le staff d’une équipe cycliste professionnelle: qui fait quoi ?

Site de conseils en médecine du sport : https://www.medecinedusportconseils.com/

Site de séances de sophrologie : https://www.seance-sophrologie.com/

Chronique N°20  Tour de France 2018 jjdok médecin référent équipe « Fortunéo-Samsic » : le staff d’une équipe pro : qui fait quoi ?

Pendant les 3 semaines de course sur ce Tour de France 2018 je rédige chaque jour une chronique médicale, avec des thèmes variés mais qui concernent le terrain : la nutrition, les bobos du cycliste, le dopage, la santé, l’hygiène de vie, etc. Parfois le ton est caustique, mais c’est juste pour vous réveiller   En quelque sorte je vous fais partager mon expérience, qui s’est construite au fil du temps grâce avant tout au coureur avec qui j’ai toujours engagé une relation de respect, d’écoute, pour un travail interactif ; une relation médicale est, comme toute relation, le résultat d’une rencontre où chacun vient vers l’autre. C’est le coureur qui m’a appris l’essentiel de mon job.

Chroniques précédentes :

 

Donc aujourd’hui : le staff d’une équipe pro, qui fait quoi ?

J’ai fréquenté plusieurs équipes ; chaque structure a ses spécificités ; mon regard et mon expérience m’amènent à énoncer quelques principes qui à mon sens conditionnent un fonctionnement harmonieux :

L’intérêt premier est le bien-être du coureur ; la tentation est grande pour certains de faire passer leur propre intérêt avant celui du coureur ; la tentation est grande de rejeter la responsabilité sur le coureur s’il n’a pas de résultats, et … de récupérer une partie de la victoire s’il gagne : « c’est moi qui l’ai massé …. » « avant le départ je l’ai remis en confiance … » «  Pendant le briefing j’avais dit ça ça et ça, il a tout suivi à la lettre, etc. etc. » souvent à la limite du risible, mais bon, la tentation est grande d’ « exister » à travers le coureur. Je souris quand je vois des membres du staff (malheureusement des médecins dans certaines équipes) qui collent au coureur à l’arrivée pour « être à la télé » ; tout juste ridicule …

Chacun doit rester dans sa mission : l’assistant assiste le coureur, le DS s’occupe de la stratégie et de la logistique, le mécano gère les vélos, le Manager manage, le kiné fait de la kinésithérapie, l’ostéo de l’ostéopathie, la com s’occupe de la com ; et le doc s’occupe de la santé des coureurs. Interdiction à un membre du staff de remettre un comprimé ou une simple pommade à un coureur. Chacun sa casquette.

Travail d’équipe : en qualité de doc, si un coureur présente un problème de genou, je vais intégrer dans ma réflexion l’avis du mécano : les cales ont-elles bougé ? la selle ?, etc. etc. Je vais discuter aussi avec le kiné, avec l’ostéo. Des réunions formelles ou informelles nous permettent d’échanger les infos.

La nutrition : je gère les menus, le contenu des collations avant et après course, la composition des boissons avant pendant après la course ; les menus personnalisés de quelques coureurs ; en fonction de la dépense énergétique et des watts de l’étape, en fonction des apports caloriques pendant l’étape. Je gère la nutrition en collaboration avec Françoise notre « cuisto » et intendante, fidèle et sympathique nounou pour nos coureurs ; Corentin, stagiaire dans notre équipe et qui prépare son BTS m’apporte une aide précieuse.

La santé des coureurs : la surveillance du poids et du % de masse grasse (mais surtout pas d’obsession … ; le coureur pro se connaît, il sait ce qu’il a à faire pour être au poids de performance) ; la prévention avant le Tour : recherche et correction des carences, stratégie pour arriver au poids et masse grasses adaptés, prévention des infections, équilibrer un asthme, prise en charge des allergies. Pendant le Tour : pansements …, prise en charge de la bobologie : pathologies ORL, digestives, périnée, carrosserie, troubles du sommeil (rappel : PAS de somnifère, PAS un seul petit morceau de Stilnox pendant ce Tour ; d’autres solutions existent, dont la sophrologie) En qualité de médecin référent, j’assure une mission administrative importante: relation avec les différentes instances: UCI, AMA, FFC, MPCC, etc.

Les assistants : ils gèrent la préparation des véhicules  (lavage, nettoyage), la préparation des ravitos, le linge des coureurs et du staff, 2 assistants gèrent exclusivement le bus (conduite et entretien) ; ils sont postés sur les lieux de ravitaillement ; ils gèrent l’arrivée des coureurs ; puis une partie des massages ; juste j’observe que le sport cycliste est un des rares sports où des personnes non diplômées massent des sportifs de haut niveau ; même si les assistants ont de l’expérience, même si la plupart d’entre eux sont d’anciens coureurs, ils ne disposent pas des compétences pour déceler d’éventuelles micropathologies telles que des tendinopathies. Mes propos ne retirent pas le respect que j’ai pour leur engagement et leur passion, d’autant que certains sont admirables dans leur relation avec « leur » coureur. La solution serait, je pense, de leur assurer une formation structurée sur le massage de récupération ; en même temps il est clair que certains kinés ne savent pas masser. Il est difficile de faire évoluer la culture du sport cycliste ; pour avoir travaillé 6 années comme médecin de l’équipe de France de Boxe, sur les compétitions le doc partage la chambre avec le kiné, l’échange d’infos et de compétences est constant ; j’ai travaillé aussi dans le foot pro, le doc et les kinés travaillaient dans la même pièce.

Le kiné : Antoine est pour moi un relais précieux ; je le laisse gérer en totale autonomie ; il masse un seul coureur et assure les soins de kinésithérapie éventuels (T-Care thérapie, strapp, physiothérapie, Tape, etc.)

L’ostéo : Edouard m’a réconcilié avec quelques expériences « malheureuses » : il fait son job, discret, il reste à sa place, il se limite au champ de ses compétences ; il a toute ma confiance ; on échange nos infos, il est autonome dans les soins qu’il juge utiles ; les coureurs sont très satisfaits des soins qu’il propose ; j’ai connu quelques ostéos un peu « agités » qui gèrent tout, en soif d’existence, qui collent au coureur pour un partage d’émotions.  Et donc il existe de très bons ostéos spécialisés dans le sport, et leur rôle est précieux.

En conclusion, un staff avec des compétences, la priorité pour le bien être des coureurs, un travail d’équipe où chacun reste dans le champ de ses compétences  

Merci à tous pour votre fidélité sur ce site de conseils en médecine et en nutrition du sport qui chaque jour réunit 4000 à 7000 visiteurs

J’« alimente » régulièrement ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport ; également mon webmaster gère un site de séances de sophrologie du sport sur lequel je poste des enregistrements de terrain qui s’adressent à tous les sportifs, avec des séances spécifiques pour le cycliste, le joueur de tennis, le joueur de foot, etc. etc. . Comment mieux récupérer, techniques pour optimiser la préparation d’un objectif, comment mieux dormir, etc. etc. Ce site : https://www.seance-sophrologie.com/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *