le Tour de France en chiffres: nutrition et physiologie

Site de conseils en médecine du sport : https://www.medecinedusportconseils.com/

Site de séances de sophrologie : https://www.seance-sophrologie.com/

Chronique N°6/21  Tour de France 2018 jjdok médecin référent équipe « Fortunéo-Samsic » : quelques données chiffrées sur le Tour de France : dépense énergétique, apports énergétiques, distances, dénivelés, nombre de bidons, etc. etc.

Pendant les 3 semaines de course sur ce Tour de France 2018 je rédige chaque jour une chronique médicale, avec des thèmes variés mais qui concernent le terrain : la nutrition, les bobos du cycliste, le dopage, la santé, l’hygiène de vie, etc. Parfois le ton est caustique, mais c’est juste pour vous réveiller 😉 En quelque sorte je vous fais partager mon expérience, qui s’est construite au fil du temps grâce avant tout au coureur avec qui j’ai toujours engagé une relation de respect, d’écoute, pour un travail interactif ; une relation médicale est, comme toute relation, le résultat d’une rencontre où chacun vient vers l’autre. C’est le coureur qui m’appris l’essentiel de mon job.

Chroniques précédentes :

 

Et donc aujourd’hui : des données chiffrées, recueillies sur un Tour de France

demain ma chronique portera sur la « collation après l’arrivée »

  • Le Tour c’est 21 étapes, 2 journées de repos, 3400 km parcourus, 45 km de dénivelé … à 40km/h de moyenne ça fait 85 heures passées sur le vélo.
  • Le Tour c’est une dépense énergétique quotidienne de 3000 à 5000 Kcalories par étape
  • Le Tour c’est 5000 à 6500 Kcalories d’apports énergétiques tous les jours, dont 1000 au petit déjeuner, 1800 pendant l’étape (environ 350 Kcalories par heure), 1000 en récupération pendant l’heure qui suit l’arrivée, 1200 au dîner, 300 pour la collation soirée-chambre. Avec un apport moyen de 70% glucides, 15% protéines, 15% lipides. Ces chiffres représentent des moyennes ; en fonction de nombreux paramètres : le coureur a « fait » l’étape ou pas, il était échappé ou pas, durée et kilométrage de l’étape, dénivelé. Une étape de haute montagne avec de l’intensité pour un grimpeur qui fait la guerre c’est une dépense énergétique de 5500 calories ; le même grimpeur sur une étape tranquille sur du plat ne va dépenser « que » 2500 calories, soit deux fois moins, alors que le kilométrage est identique. Après chaque étape je recueille de nombreuses données sur l’étape, avec l’aide d’un tableur Excel (assez abouti …) que j’ai conçu: dépense énergétique, apports caloriques, nombre de bidons, etc etc  Et grâce à un logiciel de nutrition du sport (Nutrilog) Ces données que je vous livre « tiennent la route », elles sont constantes sur les 15 Tours de France que j’ai couverts.
  • Le Tour c’est 6 à 12 bidons de 500ml par coureur et par étape, en fonction des conditions climatiques.
  • La durée des transferts : environ une heure de bus le matin entre l’hôtel et le départ, idem le soir entre l’arrivée et l’hôtel.

Pas très poétique tous ces chiffres, mais ça pose bien la réflexion pour la physiologie et la nutrition du sport cycliste sur une course par étapes qui regroupe des sportifs de très haut niveau.

Merci à tous pour votre fidélité sur ce site de conseils en médecine et en nutrition du sport.

 

J’« alimente » régulièrement ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport ; également mon webmaster gère un site de séances de sophrologie du sport sur lequel je poste des enregistrements de terrain qui s’adressent à tous les sportifs, avec des séances spécifiques pour le cycliste, le joueur de tennis, le joueur de foot, etc. etc. . Comment mieux récupérer, techniques pour optimiser la préparation d’un objectif, comment mieux dormir, etc. etc. Ce site : https://www.seance-sophrologie.com/

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *