Périostite, périostite tibiale : conseils de terrain pour éviter et soigner une périostite tibiale

Périostite, périostite tibiale :  conseils de terrain pour éviter et soigner une périostite

Quelles sont les causes des périostites, comment les éviter, comment les soigner ? par exemple comment éviter et soigner une périostite tibiale, qui est une pathologie fréquente rencontrée chez le coureur à pied.

—————–

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 

A-      Généralités

B-      Causes

C-      Prise en charge

 

A-      GENERALITES

 

–Une périostite c’est quoi ? Les os sont recouverts d’une fine pellicule appelée périoste ; la périostite c’est l’inflammation de cette membrane.

–La périostite la plus fréquente est la périostite tibiale, on la rencontre chez le coureur à pied, mais aussi en sports collectifs ou encore dans le tennis.

–A chaque foulée une « onde de choc » remonte le long de la jambe (3 fois le poids du corps en course à pied, 7 fois en saut en hauteur); si cette onde diffuse de façon non harmonieuse dans la jambe, elle va enflammer en premier lieu le périoste.

–Au début la douleur n’est présente qu’en courant, d’abord seulement pendant l’échauffement puis à un stade plus avancé pendant la durée de l’entraînement puis à un stade bien trop tardif la douleur est présente à la simple marche voire même au repos.

–La stratégie est simple : j’ai une douleur, je me mets au repos et je consulte mon médecin ; s’il ne prend pas le temps de m’interroger, de bien m’examiner, et si on me prescrit un anti-inflammatoire sans m’examiner et bien je prends un autre avis. Pourquoi : car pour soigner une périostite il faut en soigner la cause, point final.

–Seul un interrogatoire rigoureux et un examen médical bien conduit peuvent éliminer une pathologie qui est responsable des mêmes symptômes que la périostite tibiale, il s’agit de la « fracture de fatigue » : c’est LE piège, il ne faut pas passer à côté. En sachant aussi que parfois une périostite négligée peut se compliquer d’une fracture de fatigue. Au moindre doute votre médecin vous prescrira une scintigraphie ou une IRM, à lui de voir. Pour une périostite diagnostiquée avec certitude, le traitement peut être débuté sans forcément avoir passé l’un de ces examens: un bon examen clinique peut suffire.

 

 

B-      LES CAUSES : 1- soit le « matériel » 2- soit le sportif ! je m’explique :

 

1-      Le matériel :

Chaussure non adaptée à la conformation du pied ; ou chaussures usées; ou encore changement de marque de chaussures; en fait toute personne qui fait de la course à pied doit au minimum prendre la précaution d’acheter sa paire (ou ses paires) de chaussures dans un magasin spécialisé où un vendeur lui apportera les bons conseils. Le mieux c’est de consulter un podologue du sport c’est à dire un praticien qui vous examinera à l’effort c’est à dire de façon dynamique, en enregistrant les points d’impact de votre foulée sur un tapis spécial ; http://www.medecinedusportconseils.com/2010/08/05/il-est-essentiel-de-consulter-regulierement-un-podologue-du-sport-pourquoi/ Il vous conseillera sur le type de chaussures à porter et si c’est nécessaire il confectionnera une paire de semelles adaptées. Une chaussure ça a une durée de vie, comme des pneus ! également une paire de chaussures pour courir … ça ne se porte que pour courir ; d’autre part le chaussage au quotidien doit être correct et adapté.

La surface de course : le macadam … oui, le conseil est facile à énoncer mais la théorie voudrait qu’une surface meuble soit privilégiée : piste, sous-bois.

 

2-      Le coureur :

La qualité de la foulée : en « tapant » l’onde de choc est plus agressive ; travailler pour acquérir une foulée fluide, qui « caresse » plus le sol.

L’hydratation : boire avant, pendant et après l’effort.

La nutrition : éviter les aliments acides, privilégier les aliments alcalins ; cf. ces articles, avec en particulier les bons conseils pour mieux récupérer : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/09/21/les-bons-conseils-de-terrain-pour-lalimentation-du-sportif/, http://www.medecinedusportconseils.com/2009/10/04/tendinite-et-nutrition/,

Le retour veineux : une circulation veineuse défaillante est un des éléments qui peut favoriser l’apparition d’une périostite ; mes conseils : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/06/10/arteres-veines-circulation-performance-et-sport-petite-reflexion-sur-comment-optimiser-le-rendement-circulatoire-avec-pour-objectif-que-le-muscle-qui-travaille-soit-mieux-irrigue-cet-article-es/ ; http://www.medecinedusportconseils.com/2009/10/16/veines-et-recuperation/

L’état de forme et le stress ; la qualité du sommeil : si on est stressé dans le mental on est stressé dans sa foulée ; sur un site de sophrologie vous trouverez des séances adaptées au stress chez le sportif : http://www.seance-sophrologie.com/ Mais déjà, inutile de rallonger une séance si on est « à bloc » ou fatigué, ou encore si on a mal dormi. Conseils pour mieux dormir : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/08/31/10-conseils-pour-mieux-dormir-pour-un-meilleur-sommeil/

Un bilan sanguin pourra rechercher des facteurs qui peuvent favoriser un climat propice aux tendinites et périostites : acide urique élevé, cholestérol, triglycérides ; mon expérience m’amène également à toujours rechercher une carence en fer chez un sportif qui présente une tendinite ou une périostite rebelles.

Un surpoids bien sûr, qui de plus aggravera peut-être les troubles plantaires statiques et dynamiques ; il ne faut pas hésiter à s’entourer de conseils dispensés par un professionnel de la santé.

Une surcharge d’entraînements : c’est très souvent la cause principale ; fréquemment il s’agit aussi d’une personne qui se « remet » au sport ; tout comme il peut s’agir d’un cycliste ou autre sportif non coureur à pied qui pendant son intersaison va se mettre au footing.

Une infection à distance devra toujours être recherchée : une infection dentaire, une sinusite, etc. : à votre médecin de voir cela. De même qu’un trouble de l’articulé dentaire tout comme un trouble de la vision peuvent favoriser une atteinte inflammatoire : périostite, tendinite.

Savoir respirer pendant l’effort : ça semble tellement évident …. Et pourtant combien de sportifs respirent mal pendant l’effort, captent donc mal l’oxygène ambiant, et donc font plus d’acide, et donc des tendinites, des blessures musculaires, des périostites … Quelques conseils de terrain : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/09/08/comment-respirer-pendant-leffort/

 

C-      LES CONSEILS POUR SOIGNER UNE PERIOSTITE :

 

Sur de très nombreux sites vous retrouverez les conseils classiques : le repos bien sûr, avant tout ; le glaçage ; la consultation chez le podologue ; les anti-inflammatoires à condition de ne pas courir sinon on masque la douleur et donc on « triche » avec son corps et la périostite va s’aggraver « mine de rien » ; la mésothérapie semble donner des résultats intéressants, par contre fuyez les praticiens qui vous conseilleront 15 séances … ; la kinésithérapie pratiquée par un bon kiné qui prendra le temps, qui ne vous expédiera pas : à chacun sa spécialité et donc au kiné du sport de gérer mais il choisira parmi plusieurs techniques : physiothérapie, massage transverse profond, entre autres. Ne vous faites JAMAIS infiltrer pour une périostite (déjà vu …): c’est contre-indiqué et ça vous laissera des traces au niveau sous cutané.

Par rapport à tout ce qui est « classique », mon expérience personnelle de terrain m’amène à conseiller en plus, mais c’est à votre médecin de voir : un apport de Bicarbonate de Sodium avant et après l’entraînement (le pharmacien peut préparer des gélules), le recours à l’application prudente d’une teinture à base de « Gaïacol », un traitement homéopathique à base de « Curcuma », d’ « Arnica », et de « Ferrum métallicum », « Ruta Gravéolens ». En qualité de nutritionniste du sport je mène bien sûr une enquête draconienne et je donne des conseils adaptés, insistant sur l’hydratation, l’alcalinisation du repas ou de la collation post-entraînement ; je recommande la pratique du vélo pendant la phase des soins, pour éviter la perte de foncier ; bien évidemment que lors de la reprise des entraînements la qualité et la durée de l’échauffement sont ESSENTIELS, surtout en ambiance froide, dès que les températures baissent.

Après avoir surtout éliminé une fracture de fatigue, en prenant bien le temps d’expliquer au sportif le pourquoi des conseils et de la stratégie de soins employés, il est vraiment rare que le sportif ne se sépare pas de ce souci qui empoisonne la vie de nombreux joggers…

 

Un grand merci pour votre fidélité sur ce site

Bien cordialement,

Jean-Jacques

 

J’anime ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport, mais également je propose des séances de sophrologie pour le travail du mental, que le sportif peut télécharger sur son ordinateur ou son téléphone portable; ce travail du mental permet de gérer l’approche d’une compétition, améliorer le sommeil, mieux récupérer après l’effort, mieux gérer un décalage horaire, revenir plus vite après une blessure, apaiser le stress, augmenter les capacités de concentration, développer les réflexes, etc. ; pour tester gratuitement cet outil qu’est le travail du mental je propose une séance gratuite de sophrologie, dont l’objectif est d’apprendre à calmer le stress, à maîtriser les tensions.

J’ai conçu des séances de sophrologie pour le cycliste, des séances pour le travail du mental du joueur de tennis, des séances de sophrologie à télécharger pour le joueur de foot, etc. etc. Lorsque les charges d’entraînements  sont importantes, une technique me semble utile pour le sportif pour mieux récupérer : il s’agit de la microsieste.

 

 

—————–

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 

55 Comments Périostite, périostite tibiale : conseils de terrain pour éviter et soigner une périostite tibiale

  1. Jean-Pierre

    Comme vous le décrivez, les causes de l’apparition de la périostite sont multiples…
    Mais, je pense que bien avant de consulter un professionnel quand cela est possible; oubliez ça au Québec !) Le coureur se doit avant tout être à l’écoute de son corps, de ses sensations. Car à mon avis, le grand point fort de l’homme est son adaptation à son environnement.
    On n’est pas tous égaux au-devant d’une surcharge ou sur des résultats d’un plan d’entraînement…
    Douleur = Ralentir momentanément sa cadence, ses volumes !
    Le business est bien souvent incapable de répondre à nos faiblesses surtout dans cette discipline !

    À chaque grande Expo, je suis toujours très étonné de voir tout cet étalage d’articles « nécessaires » à la course à pied, et surtout les prix qui explosent !
    Personnellement, la durée de vie de mes chaussures va jusqu’à ce que je coure sur des « Slicks », je les utilise jusqu’à la corde !
    Si l’on peut courir avec des Fivesfingers, pourquoi ne pourrait-on pas courir avec des chaussures usées ? La course à pied est un des sports les plus naturels qui soient…

  2. Jean Jacques Menuet

    un immense merci pour ce commentaire de bon sens !! oui bien sûr la qualité première de tout sportif doit se porter sur l’écoute des sensations; « j’écoute mon corps, je cherche à comprendre et surtout j’adapte la réponse » tout à fait en phase; merci ! cdlt, jjM

  3. Fabien V.

    @Jean-Pierre :
    Oui, on peut courir avec des Fivesfingers/Barefoot mais il faut bien faire attention car ça demande au minimum une bonne année d’adaptation. On pourrait faire la comparaison avec un débutant qui veut faire son premier marathon sans vraiment savoir où il va.
    La technique de la foulée n’est pas du tout la même qu’avec des chaussures dites traditionnelles et suite à cela, les appuis ne sont plus comme avant. Au lieu d’une attaque talon, c’est une pose sur le médio-pied qui est préférable.

    Ce que je conseille, c’est de réduire progressivement le drop de vos chaussures en une ou deux années, voire plus, selon le nombre de chaussures que vous utilisez par an. Ensuite, vous pourrez utiliser des barefoot, mais en essayant vraiment progressivement ce type de chaussures minimalistes.

  4. Jean-Pierre

    Je suis tout à fait d’accord avec vous Fabien V. Il faut savoir aller chercher l’information pour la technique, et ensuite, à son rythme, avoir la patience de la mettre « progressivement » en application !
    Cependant, la patience, c’est peut-être ce qui fait le plus défaut aujourd’hui…

  5. Hélène

    Bonjour, je me suis mise à la course à pieds, depuis mars et depuis fin mai je présente les douleurs typiques d’une périostite ( j’ai écouté mon corps) j’ai donc ralentit un peu, consulté un podologue qui m’a fait des semelles adaptées (apparemment j’ai le pieds creux et hypertonique ce qui favoriserait les périostites) je cours avec des strappings ,je pratique des glaçages plus application de crème anti inflammatoire après l’effort mais rien n’y fait j’ai toujours mal, et le lendemain d’une compétition (où je force un peu normal!) au réveil je boite tellement la douleur est intense. Vous me faite peur avec la fracture de fatigue comment puis-je faire la différence?

  6. Jean Jacques Menuet

    ok; la médecine à distance ça n’existe pas mais je pense que vous devez vous mettre en décharge tant que la dl est présente: natation ou vélo; et consulter votre doc qui estimera s’il faut rechercher une fracture de fatigue en fonction de son examen clinique; après ça peut être une « simple » périostite mais attention car si vous continuez vous risquez 1/ de passer à la chronicité et là ce sera définitivement terminé pour la course à pied; et 2/ de mettre en place des mécanismes de compensation (tendinite ou autre pb genou, dos etc); bonne chance; cdlt, jjM

  7. Hélène

    Merci, je vais consulter un medecin du sport et revoir mon podologue. En tout cas votre site est une très bonnes découverte.

  8. Jocaz

    Bonjour,
    Tout d’abord je trouve votre article très complet, il ne manque rien, vous avez vraiment abordé tous les thèmes.

    En tant que kiné je vois régulièrement des patients pour périostites, j’en ai aussi croisé auprès de boxeurs de haut niveau (le fait d’être en permanence sur les avant-pieds crée des tensions non négligeables).
    Comme vous l’indiquez, il y a très très souvent un phénomène de sur-entrainement (reprise du sport, voeux de perdre du poids, compétition qui approche).

    En soins kiné, effectivement il faut être spécialisé.
    Si un patient ne souffre pas en séance c’est que bien souvent ça ne sera pas efficace (je ne connais peut être pas toutes les méthodes mais tout ce que j’ai vu fait « souffrir »… c’est un mal pour un bien).
    En général il y a du massage (de plus en plus profond pour aller vers le MTP) tout le long du périoste, des ondes de chocs, du crochetage, des ventouses et pourquoi pas du scraping… Bien sûr il faut aussi aller voir au dessous et en dessous de la jambe ce qu’il se passe.
    En général j’ajoute des conseils et (comme vous) une « prescription » pour de la phyto avec du curcuma +++

    Je veille aussi à ce qu’il n’y ait pas d’autres inflammations à distance (tendon d’achille, achilleen, épaules etc.) qui pourraient être aussi liées à une hyper perméabilité instertinale (qui augmente les phénomène inflammatoires)

  9. flower

    Bonjour,
    J’ai arrêté de fumer il y à 18mois. j’ai pris 15kg(je suis passé de 80à95 pour 1m80). Pour les perdre, j’ai vu une nutritionniste et en parallèle je me suis remis à la course à pieds (1x par semaine), au vélo(1x par semaine)à la natation(2x par semaine). Aucun gramme perdu (mon poids m’intéresse de toutes façons moins que ma silhouette) et au contraire je me suis fais une périostite à chaque tibia (partie intérieure du tibia). j’ai consulté un podologue du sport, qui m’a fait des semelles et validé mes chaussures (Asics adaptées à mon poids et à la morphologie de mon pied). Je me suis arrêté de courir pendant 2 mois, j’ai repris doucement (1x/sem et 20 à 25min maxi). Rien n’y fait. Aujourd’hui je pèse toujours le même poids j’ai une périostite à chaque tibia (douleur au repos et en marchant), je ne m’en sors pas et je commence à désespérer. Faire du sport pour perdre du poids mais se blesser… c’est un cercle vicieux.
    Que puis je faire ?
    J’hésite à re-re voir mon podologue qui a corrigé les semelles mais sans effets. Je ne vois plus ma nutritionniste qui m’a dis « je ne peux rien faire, je ne comprends pas pourquoi vous ne perdez pas(!!!!).
    J’ai essayé la glace, les anti inflammatoires, le repos (dernière course en novembre 2013 dernier (10km seulement en 1h06 (tranquille)!!!!)…
    j’ai l’impression d’être raisonnable mais je ne m’en sors pas ni avec mon poids ni avec mes blessures aux tibias.
    que faire?
    merci

  10. Jean Jacques Menuet

    ok, je comprends bien votre détresse; le pb est que le schéma est tjr le même et que le choix des intervenants n’est pas adapté; on ne doit jamais conseiller à qqun en surpoids de courir …. et stt on doit lui conseiller de voir le podologue avt et non pas après; les stratégies de prévention n’existent pas et ne motivent persoone; moi je me bats (seul ou presque) pour véhiculer ces démarches de prévention… http://www.medecinedusportconseils.com/2014/01/13/sportifs-votre-attention-sil-vous-plait-la-prevention-devrait-etre-une-priorite/ Maintenant vous n’avez pas le choix: repos et encore repos…

  11. Sebastien O

    Bonjour, tout d’abord bravo pour cet article intéressant et très complet. Alors voilà, j’ai une question. Est ce que les periostites tibiales, peuvent être du à une croissance trop rapide ?

  12. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; oui cela peut constituer un facteur favorisant; dans un contexte où en période de croissance il faut adopter une gde vigilance sur la gestion des charges d’entraînement et sur l’importance de la récup; cdlt, jjM

  13. Guillaume M

    Bonjour,
    Merci pour ces précieuses informations et cette approche très complète. De mon côté je souffre d’une préiostite tibiale bilatérale depuis 2009, date à laquelle j’ai effectué des séances de fractionné en càp avec des chaussures trop usées (écrasées vers l’intérieur) dans le cadre de ma préparation en ski de fond. Je n’ai pas pour habitude de forcer lorsque j’ai mal alors la douleur est toujours restée modérée mais revient systématiquement lorsque je cours régulièrement. J’effectue entre 0 (si j’ai mal) et 5 (si je n’ai pas mal) séances de càp par semaine. J’ai passé 3 mois sans courir en 2011 (car je fait aussi du vélo et du ski-roues). Depuis 2012 j’utilise des semelles faites par un podologue (semelles de sport et de ville) qui atténuent le phénomène mais ne l’enlève pas complétement. Avec ces semelles je ne ressent plus de douleurs à l’effort mais au repos lorsque j’appuie sur les zones intérieur des tibias. Pensez-vous que je pourrais continuer comme cela longtemps ou est-ce que je devrais consulter d’autres spécialistes? Je me suis rappeler dernièrement que j’ai la jambes droite 1cm plus longue que la gauche (le tibia gauche me fait plus mal) et les médecins m’ont toujours dit de ne pas compenser cela tant que tout allait bien. Pensez-vous que cela puisse être une des causes?
    Merci,
    Guillaume

  14. Jean Jacques Menuet

    ok Guillaume; franchement à distance je ne peux pas te donner d’avis; une conduite à tenir personnalisée relève d’un examen personnalisé; ce qui est sûr c’est qu’un avis podologique dynamique s’impose (sur tapis de marche) et seul le podologue en fonction de son bilan peut juger si ton inégalité de longueur doit être complétée; cdlt, jjM

  15. Marchetti Marine

    Bonjour,
    Je suis étudiante, j’ai 20 ans et depuis maintenant 5 mois je souffre sur le coté intérieur des deux tibias. La douleur a commencé un jours alors que je faisais du longboard ( long skate). C’était supportable je ne l’ai donc pas prit en compte. A partir de la j’avais mal quand j’appuyais légèrement dessus mais comme je ne faisais pas de sport à ce moment la ça ne me gênais pas plus que ca. En mars je me suis mise au rugby puis à la boxe. Des que j’ai commencé à courir la douleur était la. Mais comme je reprenais enfin le sport je ne me suis pas écoutée et j’ai continué. Course, corde à sauté.. La douleur était toujours la et restait jusqu’au lendemain. Un jour où on est allé courir pendant le cours de boxe j’ai eu l’impression qu’on me sciait les tibias, impossible de continuer même à marcher. Je suis alors allée demander à mon médecin qui m’a dit qu’il s’agissait surement d’une périostite. Radio: Aucune anomalie, aucune explication de mes douleurs. Deuxième médecin: forcement une périostite. Echographie: aucune anomalie, aucune explication. Maintenant la douleur est quasiment toujours présente, quand je marche ou même au repos ça brûle. Que dois je faire ? Mon deuxième médecin m’a prescrit des séance de kiné. Sachant que je refuse d’arrêter la boxe car même pendant 2 mois ou je ne faisais absolument aucun sport la douleur n’est pas passée.

    Merci de votre aide.
    Marchetti Marine

  16. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; il est difficile et même impossible de faire une consulttaion médicale à distance; toutefois peut-être faut-il passer une scintigraphie qui permet d’affirmer le diagnostic de périostite; ensuite la mésothérapie peut donner des résultats; mais stt il faut chercher des pbs éventuels au niveau des appuis (bilan podologique statique et dynamique), de la nutrition etc etc; une consultation pour périostite ça prend du tps … Bon courage; cdlt jjM

  17. Val

    Bonjour, merci pour votre article très complet, ça m’as donné envie de reprendre la course à pied et de refaire des efforts pour traiter mes périostites ! Bonne journée.

  18. Paillard

    Mon mari qui n’est pas un acharné du travail, a dû tondre le gazon à ma place, et comme cela ne lui plaisait guère il s’y est collé une heure puis 1 heure de recharge de la batterie ou il coupait autour des obstacles et ainsi de suite sur une journée. Dans les jours qui ont suivi il s’est plaint d’une douleur devant le tibia et douleur à la marche; il a consulté son médecin qui a diagnostiqué une périostite. Il faut vous dire qu’il n’était pas chaussé convenablement…. Doit il consulté un bon podologue car maintenant cette douleur est sur les 2 jambes ? Merci

  19. Jean Jacques Menuet

    ok; je pense que le médecin lui a prescrit un traitement associé bien sûr au repos; oui il faut consulter un podologue pour être chaussé correctement pour … la prochaine tonte de pelouse; cdlt, jjM

  20. Paul

    Bonjour,

    Je suis triathlète et j’ai une périostite dont je ne peux pas me débarrasser. J’ai été voir un médecin du sport qui m’a renvoyé vers un podologue… J’ai fait des semelles ortho mais rien ni fait. J’ai fait aussi des séances de kiné (dont avec une kiné qui m’a clairement dit qu’elle ne pouvait rien faire…) sans résultat. Après avoir eu mal même au repos, j’ai arrêté de courir pendant un mois complet et glacé 2 fois par jour tous les jours… Après un mois la douleur au repos été partie je pensais que j’étais soigné. J’ai repris doucement la course et après 3 petites séances rebelote de nouveau de fortes douleurs. Je suis de nouveau au repos avec de la glace. Mes chaussures sont adaptés à ma foulé (vu avec le podo) et dans un bon état. J’essaye autant que faire ce peut de courir sur sol « naturel »… J’essaye de manger équilibré et sainement mais peut être qu’une prise de sang pourrait me donner quelques réponses ? Si vous avez quelques idées ou conseils à me transmettre j’en serais ravi !! J’ai entendu parler de passer un glaçon directement sur la zone douloureuse, est-ce efficace? Et la méthode « des crochets »? Je suis quelque peu désespéré…

    Bien cordialement,

  21. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; je comprends votre désarroi; il semble que votre lésion soit passé à la chronicité; à distance je ne peux vraiment pas vous conseiller gd chose, je ne connais pas la spécificité de votre dossier; peut-être devriez-vous consulter un médecin orthopédiste spécialisé dans le sport; bonne chance; jjM

  22. Charles

    Bien intéressant! Utile, recherché et adéquatement vulgarisé. Aurait été encore mieux sans l’utilisation du terme « footing », lequel est un faux anglicisme qui devrait être supprimé de notre mémoire collective.

  23. Jean Jacques Menuet

    alors je vous propose d’aller jouer au baby-foot chaussé de baskets et habillé d’un smoking, avant d’aller manger un rosbif !!

  24. hibicus

    slt j,ai ete opere depuis le 05/02/2014 de la rotule et j,attend pour mes proteses l,annee prochaine j,ai 60 ans et j,ai encore tres mal , en ce moment j,ai du mal a marcher j,arrete pas de boiter une douleur du genoux qui me brule tout le long du tibia ,aider S.V.P merci

  25. Jean Jacques Menuet

    bjr; difficile de donner un avis à distance … J’imagine que vous avez consulté un podologue; et peut-être un ostéo pour vérifier qu’il n’existe pas un dysfonctionnement d ela tête du péroné ? ceci après avoir consulté votre médecin qui vous orientera vers les bons spécialistes; cdlt bonne chance; jjM

  26. célia

    Bonjour.
    j’aimerais avoir vos conseils… j’ai commencé la course à pied il y a 3 mois maintenant et me suis inscrite à mon 1er semi marathon le 14/09. il y a 2 semaines après avoir fait mon 1er 17km (plus longue sortit depuis mes débuts) j’ai commencé à ressentir des douleurs au niveau du tibia et j’ai donc ralentit. après plusieurs jours de petites sorties, j’ai refais 15km mais pareil, douleurs après le 11ème km! l’osthéo m’a diagnostiqué la périostite tibiale et je n’ai pas couru depuis une semaine mais toujours mal et là, même au repos… je me demande si je vais pouvoir être prête pour mon semi et si cela n’est pas trop « dangereux » si je m’obstine à le faire?
    en lisant sur les forums, je sais que je fais plusieurs erreurs de débutants, mauvaise hydratation, étirements presque absents… mais avez vous des conseils basique pour me remettre sur pied rapidement? alimentaire, densité des entrainements, ect…. j’adore courir et je serais très frustrée de ne pas pouvoir effectué l’objectif du semi que je me suis fixée….

  27. Jean Jacques Menuet

    bjr, je comprends bien votre frustration mais les soins et le repos doivent primer sur votre motivation de maintenir votre objectif de compét; je ne peux pas gérer de dossiers individuels car chaque cas justifie un examen attentif; par contre je note que vous n’avez pas consulté de médecin ni de kiné Un ostéo n’est pas forcément le premier et dernier recours pour cette pathologie comme toute pathologie d’ailleurs; chacun doit se limiter à ses compétences; cdlt, jjM

  28. Romain

    Bonjour, j
    je fais du badminton en club depuis plus de 2 ans et je cours une dizaine de km par semaine depuis au moins 4 ans. j’ai actuellement une périostite assez douloureuse aux deux tibias, je m’en suis rendu compte il y a presque 1 an, suite à des douleurs légères lors de palpations. J’ai continué à jouer au badminton en strappant mon mollet (je ne strappais pas pour courir, jamais eu de douleur à l’effort) et le phénomène ne s’est pas aggravé mais ça ne s’est pas guérit. Pas de douleur à l’effort, uniquement à la palpation. Les genou en vacum depuis toujours (j’ai 28 ans). J’ai fait faire des semelles orthopédiques et acheté des chaussures neuves pour les 2 sports dès les premiers symptômes mais ça n’a rien changé. Durant des moi j’ai mis de la glace et crème anti-inflammatoire 2x par jour mais ça n’a jamais stoppé le problème. Apres une pose de 6 semaine suite à une entorse, la douleur avait disparue pui est revenue dès les premières séances de sport. J’ai tout arrêté depuis 3 semaines et je me fais faire des massages profond chez mon kiné 2x par semaine, douleur attroce, aucune amélioration notable. Je prends également du symphytum officinal 5CH. A part un entrainement excessif, avez-vous une idée de la cause soudaine de ces périostites ? Merci pour votre aide

  29. Jean Jacques Menuet

    bjr et merci pour ce commentaire très détaillé; mais … je ne peux absolument pas donner un avis à distance; les périostites relèvent de causes très nombreuses, chaque dossier est différent; vraiment consultez un médecin du sport et suivez ses recommandations; bonne chance; jjM

  30. Johanna

    Bonjour! J’ai repris l’athlétisme en juin 2014 après deux ans d’absence suite a des problèmes de genoux ( croissance trop rapide qui entrainait des épanchements) Le problème c’est que j’étais tellement contente de ENFIN pouvoir retourner sur la piste après ces deux longues années, c’est que je me suis trop entrainée!! 2 à 3 entrainements par semaines et 2 compétiions…
    Et en plus de faire du sprint, je fais de la hauteur, rien de mieux pour attraper une inflammation aux tibias…!
    Donc en ce moment je suis en repos et je pense ne reprendre les entrainements que fin septembre ( j’ai arrété il y a 2 semaines déjà)
    J’espère que le repos et un étirement à faire 2 fois par jour vont arreter les choses car j’ai vraiment envie de reprendre les entrainements en pleines formes!!!

  31. Rose

    Bonjour,

    Je souffre de periostites aux deux tibias et parfois d’une tendinite au talon d’Achille, est-ce que la pratique sur tapis de course est conseillée ? Si oui quelle critère pour avoir un tapis qui amorti bien ?
    Je suis une ancienne athlète en demi fond, sans trop de blessure, ces periostites surviennent depuis ma grossesse tardive (41 ans, mon fils à 5 ans) et surtout l’été, je travaille debout, et je souffre de jambes lourdes. Si je persiste, ça me fait comme des micros déchirures au périoste, et je dois couper. J’ai pourtant repris très progressivement car je connais la pratique, et je suis très à l’écoute de mon corps. J’ai de bonnes baskets.
    D’avance merci pour vos conseils, votre site est super, merci pour tout.

  32. Jean Jacques Menuet

    bjr et merci pour la sympathie de votre commentaire; je comprends la frustration que vous éprouvez; je ne peux pas vous aider à distance; je pense qu’il faut associer plusieurs paramètres: kiné, podo, phlébo, nutrition, bilan sguin, gestion d’un éventuel surpoids, sport porté de façon temporaire etc etc; ce n’est qu’en additionnant les solutions qu’on arrive assez svt à venir à bout de cette « galère » qu’est la périostite … cdlt, jjM

  33. taillandier

    Bonjour,
    Article tres complet , très riche dinformation !
    Pour mon cas jai eu un debut de periostite aux deux tibias octobre 2013 arret total de la course a pied puis reprise tranquille en fevrier 2014 et la le choc ! De nouvelles douleurs scintigraphie prescrites —> fracture de fatigue jambe gauche.
    Aout 2014 je passe un irm apres avoir insiste aupres de mon medecin et a limagerie de simples traces dune periostite trainante.
    Tout heureux je reprend la course à pied fin aout …
    Apres six sorties courtes , bien hydraté avec les manchons aux jambes je ressent de legeres douleurs , semelles orthopedique aux pieds apres consultation avec un podologue
    , au toucher le point de mon « ancienne » fracture de fatigue mest extremzment sensible

    Je suis désemparé , je ne sais pas quoi faire …
    Merci

  34. Jean Jacques Menuet

    ok; je comprends bien ton désarroi; par contre à distance il m’est difficile de te conseiller; consulte un médecin du sport bien introduit ds le milieu de la course à pied; ou alors tu viens à St-Malo ! Cdlt, bonne chance; jjM

  35. Aurelie

    bonjour,
    Suite a un arrêt de la cigarette en juilllet 2013, je me suis mise a augmenter mon rythme de course, je fait du sport depuis que je suis enfants, je n ai jamais eu de blessures.
    Je courrais a un rythme de 3 sortie de 1 h par semaine. En Mars 2014 j ai commencer a faire des séances de fractionné, et j ai ressenti une douleur au tibia. Je suis aller voir mon kiné après 20 séances de massages, cryothérapie, pose de kinesio ja i fait 5 ondes de choc. et après 3 mois d’arrêt plus de douleur.
    J ai repris alors tranquillement la course avec des nouvelles chaussures, des chaussettes de compression, et des bande de kinesio, a l ‘effort je n ai pas de douleur mais après j ai mal.
    Je suis un peu démunis je suis éducateur sportif, je fait très attention a l alimentation, l hydratation…
    j ai rendez vous chez un podologue du sport, par contre j aurais besoin de plus de renseignement sur le traitement homéopathique mais aussi sur la teinture.
    Merci d’avance

  36. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; je comprends bien votre questionnement; mais vraiment à distance je m’interdis de donner des conseils médicaux; muni de votre cpte rendu du podo il faut que vous consultiez un médecin du sport; cdlt, jjM

  37. Franxisco

    Bonjour,
    J’avais lu quasiment tous vos articles mais pas celui-ci avant de commencer à avoir ces douleurs …
    Je suis cycliste de bon niveau et ne pratique jamais la course à pied. Est-il possible de contracter une périsotite ?
    Je vais consulter un medecin du sport sur Lyon, en connaiteriez vous un spécialisé dans le cyclisme ou le triathlon ?
    Cdlt,

  38. Jean Jacques Menuet

    bjr; oui bien sûr on peut attraper une périostite sur un vélo même si c bcp plus rare qu’en cap; stt si cales mal réglées; non je n’ai pas de contact sur Lyon; cdlt, jjM

  39. Stéphanie

    Bonjour,
    J’ai 18 ans et je fais énormément de fitness (cours LesMills). Suite à des douleurs à un tibia, je suis allée voir un medecin qui m’a fait faire une radio (qui ne montrait rien d’anormal) ensuite je suis allée voir un kiné. Le kiné m’a diagnostiqué une periostite. Ca fait maintenant 2 semaines que je suis au repos total… Mais encore maintenant, lorsque je suis assise, mon tibia me fait mal et ca m’inquiete car mon kiné m’avait dit de me reposer 1 mois et j’en suis a la moitié… et est ce qu’elle se gueri définitivement ou il y a des risques pour qu’elle revienne? Je vous avoue etre un peu en manque de sport et j’ai peur de ne pas pouvoir reprendre de sitot et de me faire encore mal car je pense que c’est mauvais deja d’avoir une periostite a mon age… je ne sais meme pas si c’est courant…
    Merci d’avance pour votre reponse. Cordialement, S.B

  40. Jean Jacques Menuet

    bjr; je comprends votre questionnement mais à distance je ne peux vraiment pas donner d’avis ou de conseils; il faut que vous consultiez un médecin du sport; les cours de « Body Pump » sont très pourvoyeurs de soucis de ce genre … Bonne chance; cdlt, jjM

  41. philippe

    Bonjour
    J’essaie de prévenir un peu la périostite et de manière générale toutes autres inflammations :
    J’ai demandé à mon pharmacien de me préparer des gélules de Bicarbonate de Sodium comme vous le conseillez mais quelle est la meilleure posologie et pour un traitement de combien de temps ?
    Il s’agit bien sûr d’une moyenne .je m’adapterai connaissant suffisamment mon corps et les douleurs inhérentes à la pratique de semi marathon ,marathon et trail longue distance.
    merci de votre réponse //
    Sportivement

  42. Marion

    Bonjour,

    J’ai mal aux deux mollets ainsi que le long du tibia, sans faire de sport, en marchant (je marche très rapidement).

    J’ai consulté une rhumatologue de la médecine du sport qui m’a diagnostiqué que d’abord une périostite puis que mon muscle coinçait une veine (mais des deux jambes je trouve ca assez etrange) , puis j’ai vu une podologue qui m’a expliqué que je ne me servais pas des mes orteils en marchant et que de ce fait ca « tire » sur mes mollets.

    J’ai mes semelles depuis juillet, et j’ai tjr des douleurs le long de mes tibias, hier sans même marcher j’avais une douleur lancinante partant du talon d’achille jusqu’aux genoux le long du tibia.

    Un avis ?

  43. Jean Jacques Menuet

    Bonjour ; merci pour votre commentaire ; malheureusement je ne peux vraiment pas gérer de conseils personnalisés ; par manque de disponibilité mais aussi et surtout parce que chaque dossier est différent et doit faire l’objet d’un examen personnalisé attentif (interrogatoire, anamnèse, et bien sûr examen clinique) ; faute de quoi les conseils risquent fort de ne pas être adaptés ; si bien que je ne peux formuler un avis qu’après avoir vu le sportif en consultation ; bien cordialement, J.J.M

  44. Dillies

    Dillies
    12 janvier 2015
    Bonjour j’ai aussi des douleur pendant mes compétition, donc pendant l’effort aux cuisses mais surtout au mollet ( je fait de l’athlétisme en salle et stade depuis 10 ans – j’ai 15 ans – je suis spécialiser dans le saut a la perche ) et je voulais savoir si comme je vois beaucoup de gens porter des sorte de bas de contention ( ça fait comme des grandes chaussettes de foot ) et je voulais savoir si sa pouvais régler mon problème .
    Merci de votre réponse.

    Répondre

  45. Jean Jacques Menuet

    bjr; pour vos dlrs je ne peux que vous conseiller de voir un médecin du sport; oui vous pouvez tjr tester les chaussettes; cdlt, jjM

  46. Maeva

    Bonjour! Tout d’abord merci pour cet article qui m’éclaire énormément.
    Je voulais vous poser une question.
    Je suis actuellement en fac de sport et je pratique du rugby (3entrainements par semaine minimum) en plus du sport à la fac (1 à 2h d’athlétisme, de natation et de tennis). J’ai déjà eu avant toutes ces pratiques sportives (il y a environ 1an ou 2) mal sur les tibias (devant) lorsque je marchais; et surtout lorsque marchais vite (mais pas lorsque je courais!) . Puis ça c’est arrêté. Mais ça a repris et cette fois ci c’est sur l’intérieur du tibia, lorsque je marche et lorsque je fais du sport: sensation de jambe très très lourdes, et coup d’électricité.
    Vaut-il mieux pour moi, voir un médecin du sport, ou un podologue, un kiné?
    Est ce que le froid et la cure homéopathique que vous parlez me ferais du bien ou vaut-il mieux que j’attende un rdv chez le médecin avant de faire tout ça?
    Merci d’avance pour votre réponse

  47. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; oui il faut que tu consultes un médecin du sport qui probablement t’adressera à un podologue et un kiné; bonne chance; jjM

  48. tarek bounaas

    Bonjour! Tout d’abord merci pour cet article qui m’éclaire énormément.Je voulais vous poser une question.
    Quelle est la periode de traitement la periostite tibiale (shin splints) merci

  49. Jean Jacques Menuet

    bjr; je ne comprends pas trop la question; « période » ça veut dire en combien de tps on soigne une périostite ? si c ça la question ma réponse est que plus tôt le sportif arrête de s’entraîner et plus tôt on trouve la CAUSE de la périostite, alors plus vite on la guérit, bien sûr; trop svt on arrive sur des histoires compliquées où le sportif a poursuivi ses entrts malgré la dlr; cdlt, jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *