Le boxeur et son poids : les catégories de poids, bien choisir sa catégorie de poids, comment être au poids pour un combat : comment gérer, conseils pratiques et consignes pour arriver au poids sans prendre de risques pour sa santé

Le boxeur et son poids : les catégories de poids, bien choisir sa catégorie de poids, comment être au poids pour un combat : comment gérer, conseils pratiques et consignes pour arriver au poids sans prendre de risques pour sa santé.

Ce document est le résultat de mon expérience et de celle des boxeurs que j’ai suivis et que je suis ; j’ai partagé la tranche de vie de très nombreux boxeurs pros ou amateurs, depuis plus de 20 ans ; j’ai assuré la fonction de médecin de ring sur des centaines de réunions de boxe; j’ai eu la chance de travailler avec l’équipe de France, je retiens surtout l’expérience que de nombreuses contre-performances sont en relation directe avec de mauvaises solutions apportées à la notion du poids d’équilibre : l’équilibre pour la performance et l’équilibre pour la santé. C’est LE message que je souhaite faire passer.

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Je pense aussi que le suivi médico-sportif du boxeur doit être très attentif sur cette notion de poids ; le boxeur qui veut progresser doit vraiment s’entourer de spécialistes expérimentés.

Bien évidemment, et c’est le principal, le coach et son boxeur vont ensemble bien définir la catégorie de poids qui convient au boxeur (et qui peut évoluer d’une saison à l’autre) : en fonction de la taille du boxeur, de son allonge, de sa corpulence, de son pourcentage de masse grasse (c’est là que la collaboration avec un nutritionniste peut présenter un intérêt), et bien sûr en fonction de ce qui est possible en terme de santé (on ne va pas gratter les os pour perdre encore un kilo .. !) et en terme de motivation : certains boxeurs sont plus rigoureux et plus motivés que d’autres pour être vigilants sur leur alimentation ; également le coach va analyser la valeur sportive des autres boxeurs de la catégorie de poids de son élève.

La principale consigne : ne jamais s’y prendre en retard pour perdre du poids ; mon conseil : ne pas être à plus de 2 kilos un mois avant  un combat, à plus d’un kilo 15 jours avant.

Ce n’est pas quand on s’aperçoit qu’on a pris 4 kg qu’on doit réagir ; pour moi, pendant toute sa saison le boxeur ne doit jamais être à plus de 2 kg de son poids de compétition et il doit immédiatement « rectifier le tir » s’il s’écarte de cette marge de sécurité de 2 kg.

Le footing à jeun le matin pour aider à perdre du gras : lire cet article : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/09/15/faire-du-sport-a-jeun-fait-maigrir-conseils-protocole-mise-en-garde/ mais là aussi c’est le coach qui décide de l’intérêt éventuel de cette stratégie pour l’inclure dans la préparation de son boxeur.

Il est CRIMINEL pour la santé et pour la performance de faire trop de sacrifices pour être au poids : en étant obligé dans les jours qui précèdent un combat de trop restreindre l’alimentation, en sautant des repas, en devant faire du sauna, des séances avec K-way ou sudisette, en suçant des glaçons ou en buvant de l’eau glacée pour couper la faim : tout ça c’est NUL et DANGEREUX. Un bon coach doit savoir annuler un combat plutôt que de faire prendre des risques à son boxeur. Priorité santé. Les risques : déshydratation, perte de force, hypoglycémie, moins de vigilance, les réflexes diminuent, la fatigue arrive plus vite. Pire encore : prendre des laxatifs, et je rappelle que prendre un diurétique c’est DOPANT.

Pour un boxeur qui combat toutes les 4 ou 6 semaines c’est une faute professionnelle de reprendre plus de 2 kg après un combat. Car le problème c’est qu’on reprend très facilement du poids après un combat, surtout si les sacrifices pour arriver au poids ont été excessifs.

Voici des conseils simples pour perdre 500 (maxi 700) gr par semaine à l’approche d’un combat : ne pas sauter de repas, manger un peu plus de légumes et un peu moins de féculents, un peu moins de pain, beaucoup moins de graisses, arrêter totalement les sodas, les BN, biscuits, frites, bonbons, pâtisseries, sauces, mayo, sandwichs Kebab-mayo-frites ; boire du thé vert dans la journée (sans sucre), manger des yaourts nature plutôt que des yaourts aux fruits ou des danettes ; pour ceux qui veulent en savoir plus:  lire sur mon site l’article http://www.medecinedusportconseils.com/2009/12/03/comment-perdre-3-kg-par-mois-sans-prendre-de-risque-pour-sa-sante/

Si du poids est à perdre rapidement en une dizaine de jours avant un combat parce que le boxeur n’a pas été vigilant …. voici quand même quelques conseils … mais cette situation doit absolument être évitée ….

Les conseils qui suivent sont toutefois plus cohérents que de sauter plusieurs repas, de sucer des glaçons et de se pointer comme un cadavre affamé sur le ring pour se faire démolir au 1er round …. C’est à dire que si malgré les conseils ci-dessous le poids ne baisse pas, il vaut mieux annuler le combat, c’est alors la responsabilité du coach.

En théorie les kilos superflus doivent être perdus bien avant le combat pour qu’à l’entraînement l’organisme s’habitue aux sensations et aux repères du poids de compétition : 2-3 kilos de plus ça change tout au niveau des sensations

Jusqu’à ce que ce que le boxeur ne soit pas proche de son poids de compétition voici ce que je conseille :

  • ALIMENTS INTERDITS : sodas, Coca, sirop de fruits, pain au chocolat, croissants, brioche, bonbons, confiseries, Nutella, pain blanc (remplacer par pain aux céréales ou pain complet ou biscottes aux céréales ou biscottes complètes : 50 g matin et midi, pas le soir), biscuits, sucre, céréales au chocolat ou au miel, banane, raisin ; mayo ; yaourt aux fruits, danettes, crèmes dessert, fromage. Remplacer le fromage par un yaourt nature sans sucre ou un verre de fromage blanc 20%mg. Pas de jus de fruits « avec sucre ajouté » Alcool = 0.

 

  • LIMITER : pas plus d’une petite plaquette de beurre (= 10g) par jour ; pas ou TRES PEU de sauce ; lait : que du lait demi-écrémé pas plus d’un verre par jour.  Assaisonnements des crudités : plutôt citron, et au maximum 2 cuillère à café d’huile par jour. Volaille ou jambon ou viande blanche 100 g par jour. Pas plus d’un verre de jus de fruits par jour (jus de fruits 100% pur jus sans sucre ajouté) Pas trop de sel (mais il en faut quand même un peu)

 

  • CE QUI NE « CRAINT PAS » : un yaourt nature, une ou 2 pommes ou kiwi, ou un pamplemousse, un verre de fromage blanc 20%, légumes verts cuits (haricots verts, endives cuites, épinards, ratatouille, courgettes, aubergines, poireaux) Poisson. Boire du thé sans sucre. Persil, ciboulette, 4-5 olives, oignon, ail, un peu de moutarde : c’est pour apporter du goût et des couleurs, car le « plaisir » de manger c’est important. Salade verte, crudités (mais attention, les carottes c’est sucré) Je conseille d’ajouter midi et soir une cuillère à café de « germe de blé » (ce sont des petites boites en carton avec un bec verseur, on en trouve dans les hypermarchés) : ça contient des vitamines, des oligo-éléments, des minéraux, et surtout ça ne fait pas prendre un gramme ; mélanger l’équivalent d’une cuillère à café avec l’assiette du plat principal.

 

  • Pour l’assiette de légumes, voici à peu près les proportions : le midi légumes verts cuits la moitié de l’assiette, féculents la moitié de l’assiette (riz, pâtes, pommes de terre, petits pois, lentilles) avec une assiette de volume « moyen » La règle le midi c’est de TOUJOURS associer des féculents ET des légumes verts cuits. Le soir : que des légumes verts cuits si le boxeur est encore loin du poids ; si peu de poids à perdre : un tiers féculents et 2/3 légumes verts cuits avec une assiette de volume « moyen »

 

  • Une collation « hyperprotéinée » vers 10h, 16h, puis 1/2 heure avant le coucher, cela optimise la perte de poids, mais ce conseil n’est valable QUE lorsqu’il y a du poids à perdre; je conseille tout simplement la consommation d’un petit verre d’eau plate dans lequel tu mélanges 3 c-à soupe rases de lait écrémé en poudre, sans sucre à ajouter.

Et ………….

sur les prochains objectifs il faudra être proche du poids de compétition bien plus tôt, en adoptant une alimentation adaptée au moins un mois avant  la compétition. Le PIEGE c’est surtout de reprendre trop vite du poids après une compétition. Petit à petit il faut vraiment apprendre à faire le « métier » pour le poids, sinon le boxeur va souffrir les jours qui précèdent un objectif car les sacrifices pour arriver au poids seront trop importants pour le « moral » et SURTOUT si le boxeur perd du poids rapidement dans les jours qui précèdent un objectif il aura perdu de la force musculaire, il sera un peu déshydraté, et au final les risques de contre-performance seront accrus.

Merci pour votre fidélité sur ce site qui se veut un espace d’échanges ; cordiales salutations à tous, Jean-Jacques

 ————–

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

2 Comments Le boxeur et son poids : les catégories de poids, bien choisir sa catégorie de poids, comment être au poids pour un combat : comment gérer, conseils pratiques et consignes pour arriver au poids sans prendre de risques pour sa santé

  1. raf

    Bonjour,

    Je suis judoka, également soumis à la régulation de poids. Avez vous des conseils concernant  » l’après compétition  » ? Un article expliquant comment s’alimenter pour stabiliser plus ou moins son poids serait très intéressant. Merci beaucoup et un grand merci pour votre travail, votre site est super .

  2. Jean Jacques Menuet

    ok et merci pour ta question qui bien sûr est très pertinente; en fait mon « combat » est d’expliquer qu’il ne faut pas reprendre plus de 1,5 à 2 kg maxi après une compét; c’est du cas par cas en fonction des sacrifices auxquels le sportif a dû éventuellement consentir pour être au poids, et ça dépend aussi du délai entre 2 compéts; et pour se stabiliser c simple, il faut concevoir une « balance » avec 2 « plateaux »: d’un côté les féculents, le pain, et de l’autre côté les légumes verts, crudités, fruits: « je ne prends pas trop de poids et je me sens bien » = « j’équilibre ces deux « plateaux »; « j’ai des coups de moins bien, des hypos, je me sens pas top à l’entraînement » = « je monte un peu la qté des féculents et du pain » Si je prends du poids et bien c’est l’inverse. De toute façon le seul et unique moyen pour concilier santé-plaisir-performance c’est d’être dans la bonne catégorie de poids. J’ai l’expérience de nbx sportifs dans les sports à catégorie de poids qui ont vraiment fait les cons avec leur poids: ils en ont gardé des soucis physiques ou psychologiques. Bonne chance et bien cdlt, jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *