Tendinite et nutrition

4 octobre 2009 par Jean Jacques Menuet | Laisser une réponse »

tendinite_genouARTICLE MIS à JOUR le 13-09-2013

La nutrition comme élément de prévention et de traitement des tendinites ne remplace pas la recherche d’un appui podologique modifié, d’un geste technique inconfortable ou pas assez fluide, du stress, d’une mauvaise gestion de l’entraînement (acidose lactique, ammonium etc.) ; notons le rôle essentiel des étirements, de la qualité du sommeil, de la qualité du retour veineux, etc. etc. On sait aussi que l’utilisation répétée de corticoïdes aboutit volontiers à des problèmes récurrents de tendinopathies et problèmes musculaires. Enfin une infection dentaire, un problème de dent de sagesse, une sinusite : ce sont aussi des causes fréquentes de tendinites. ….

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Voici des conseils simple de terrain, conseils sur l’alimentation pour soigner une tendinite :

Boire de 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Meilleur repère = les dernières urines de la journée doivent être très claires sinon il faut boire à nouveau avant le coucher. Il faut « laver » les tendons, c’est le meilleur moyen d’éviter les tendinites; boire trop sucré favorise aussi les tendinites: de l’eau à table, pas de sodas ni boissons sucrées !

Les « bonnes graisses » (« acides gras polyinsaturés ») comme les oméga 3 et 6, on en trouve surtout dans le poisson, l’huile de colza, l’huile de noix (attention huiles de colza et de noix ne doivent pas être cuites) et huile de pépin de raisin. Ces acides gras « assouplissent » les tendons et ont une action anti-inflammatoire prouvée. On sait qu’un sportif qui consomme régulièrement un peu d’huile de noix et qui mange du saumon deux fois par semaine sera moins sujet aux tendinites.

Par contre il faut, surtout au cours de la collation ou du repas qui suit l’entraînement ou la compétition consommer sans modération des aliments alcalins (alcalins = qui alcalinisent c’est-à-dire dire qui luttent contre l’acidité) comme les fruits (sauf prunes et abricots) ; le poisson, les viandes blanches; les légumes verts (sauf l’asperge, l’artichaut, les choux de Bruxelles, le cresson, la rhubarbe, les tomates et les oignons) ; les fruits cuits et compote de fruits, ou une purée de fruits; les légumes secs (comme les lentilles); les céréales complètes, le germe de blé; les laitages sucrés en dessert comme le Yop ou un yaourt aux fruits. Tout ces aliments luttent contre l’état acide qui abime les tendons. Un exemple de boisson « top » et alcalinisante à consommer après un entraînement ou une compétition, et qui de plus optimise les processus de récupération : http://www.medecinedusportconseils.com/2013/07/06/present-sur-le-tour-de-france-du-centenaire-le-docteur-jean-jacques-menuet-propose-un-regard-sur-la-strategie-nutritionnelle-quil-propose-aux-coureurs-de-la-formation-sojasun/

Après un entraînement pendant lequel le sportif a beaucoup transpiré: 250ml de Vichy St Yorre à boire un petit peu par un petit peu en quelques minutes. Et bien sûr bien boire pendant les entraînements (s’il s’agit de boissons énergétiques, privilégier les boissons à PH neutre) puis après l’entraînement.

Egalement la recommandation par votre médecin d’une complémentation en CITRATE,  et/ou en BICARBONATE de SODIUM peut avoir un intérêt dans le traitement des tendinites, mais aussi dans un rôle préventif chez le sportif de haut niveau soumis à de grosses charges d’entraînements. Ces protocoles éventuels doivent être guidés par une réflexion physiologique et médicale; pour ma part, sur le terrain, j’attache une grande importance à l’analyse du PH des urines avant puis après l’effort pour détecter le sportif « à risque » de tendinite et mettre en place une éventuelle stratégie de prise de bicarbonates à doses adaptées à l’acidité : je fais compléter un tableur dans lequel le sportif relève pendant 5 jours son PH le matin, avant l’effort, après l’effort, puis le soir au coucher: c’est la qualité du suivi médicosportif et physiologique qui assure la meilleure prévention … Et pour revenir à la prévention qui doit rester L’ESSENTIEL dans la prise en charge du sportif, je résume mes conclusions et conseils dans cet article: http://www.medecinedusportconseils.com/2014/01/13/sportifs-votre-attention-sil-vous-plait-la-prevention-devrait-etre-une-priorite/

Les aliments à éviter si on est sujet à faire des tendinites :

  • alcool café thé (également le tabac ou autre « confiserie » qui se fume…)
  • abricots, prunes
  • asperge, artichaut, choux de Bruxelles, cresson, rhubarbe, tomates et oignons
  • viande rouge (chez tout sportif je recommande toujours de ne pas dépasser deux apports de viande rouge par semaine, et 100g par portion suffisent), viande grasse, fromage gras, charcuterie
  • assaisonnements acides (vinaigre, moutarde)
  • noix de cajou, cacahuètes, noix de pécan, noix
  • les bonbons, le miel, le sirop d’érable, les boissons sucrées, le sucre, le chocolat
  • les eaux minérales acides, particulièrement le Perrier.
  • Enfin, fort malheureusement la plupart des « boissons de l’effort » ont un PH très acide; à l’aide d’une simple bandelette à PH j’ai pu vérifier cela; seule la gamme Overstims propose des boissons à PH neutre. Et d’ailleurs les dentistes demandent vraiment à ce que les sportifs se rincent bien la bouche et se brossent les dents au retour de l’entraînement car certaines boissons attaquent l’émail dentaire !!

Dans un article « quelques exemples de tendinites » je développe d’autres aspects: http://www.medecinedusportconseils.com/2009/10/13/quelques-exemples-de-tendinites/ 

Sur un site où des séances de sophrologie du sport peuvent être téléchargées le sportif intéressé pourra trouver une séance pour mieux gérer une période d’inaptitude physique en relation avec une blessure; également des séances pour optimiser la récupération; car mal récupérer expose bien sûr à une fragilité des tendons. Egalement l’importance d’un sommeil de qualité, de faire des « micro-siestes » surtout si le sportif fait du  » biquotidien  »

http://www.seance-sophrologie.com/seance/35/microsieste-sportif

 

Merci pour votre fidélité sur ce site qui se veut un espace d’échanges d’informations de TERRAIN

 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Publicité

51 commentaires

  1. Jean Jacques Menuet dit :

    bjr; impossible de donner un avis à distance; passer une IRM puis consulter un orthopédiste du sport spécialisé dans le pied; cdlt, jjM

Laisser un commentaire