Sportif la nécessité d’une nutrition adaptée mais aussi le plaisir de l’alimentation

Sportifs : la nécessité d’une nutrition adaptée mais aussi le plaisir de l’alimentation; la santé comme la performance passent par la qualité de ce qui se trouve dans l’assiette avec la notion essentielle de plaisir: vigilance oui, « prise de tête » non…., plaisir oui !!!!!! 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Les nombreux articles (plus de 300 …) que le sportif peut trouver sur mon site démontrent :

  • L’importance de l’apport du bon carburant avant-pendant et après l’effort ; en termes de performance mais aussi voire surtout de santé (moins de blessures, meilleure récup, etc.) ; je suis médecin donc avant tout soucieux de la santé des sportifs qui m’accordent leur confiance.

 

  • La notion essentielle qu’au quotidien seule une alimentation variée simple et équilibrée permet d’apporter à l’organisme tout ce dont il a besoin pour la performance et pour la santé : macronutriments (glucides protides lipides), les micronutriments : vitamines, minéraux, oligo-éléments.

 

  • L’intérêt des réflexions sur le rôle des antioxydants, la récupération, l’élaboration de protocoles spécifiques pour un gain de puissance, une perte de masse grasse si besoin, la préparation d’un objectif, certains aspects particuliers de la nutrition : le sans gluten éventuel, le végétarisme voire le végétalisme, le ramadan, le sportif diabétique, etc. etc. Si bien que CHAQUE sportif est différent, et donc CHAQUE prise en charge est différente. Les conseils qui figurent dans mes articles ne peuvent être que généralistes et ne peuvent remplacer une prise en charge individuelle dans le cadre d’une consultation médicale regroupant l’interrogatoire, les données cliniques, la prise de connaissance d’éventuels bilans complémentaires (bilans biologiques, tests d’effort, ostéodensitométrie, etc. etc.)

Donc quel que soit le niveau sportif (ce qui compte ce sont les charges de travail) il faut une alimentation adaptée.

Le sportif de haut niveau est soumis à une pression et un stress permanents, le corps souffre, le mental peut traverser des moments difficiles, ceux qui me connaissent savent quelle est l’intensité de mon « combat » pour intégrer la composante «  PLAISIR «  de l’alimentation : notre inconscient est un peu complexe, il fait ce qu’il peut pour nous maintenir à peu près en équilibre, et l’alimentation est un des repères qui nous permettent le maintien de cet équilibre ; mon expérience de terrain me fait affirmer qu’un jour ou l’autre le sportif va payer cash une trop grande rigueur par rapport à ses habitudes alimentaires. J’ai partagé et je partage les « tranches de vie » de centaines de sportifs de haut niveau, dans quasi tous les sports et toutes les disciplines ; avant pendant puis après leur carrière sportive ; j’ai rencontré trop de dégâts, de dossiers douloureux, si bien que je ne peux que mettre en alerte le sportif sur cette nécessité du plaisir de l’assiette.

Dans l’élaboration de ma réflexion j’ai conscience de l’intérêt de proposer au sportif des recettes culinaires adaptées ; voici un site très bien conçu sur lequel le sportif trouvera des recettes adaptées à cette réflexion du « bon carburant » et du « plaisir de l’alimentation http://amandinecuisine.over-blog.com/  Ce site me semble rigoureux, de lecture agréable, et parfaitement en phase avec ma conception de la nutrition chez le sportif.

bien cordialement à tous, et … bon appétit

Jean-Jacques Menuet

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

9 Comments Sportif la nécessité d’une nutrition adaptée mais aussi le plaisir de l’alimentation

  1. Yasmeen

    Bonsoir Docteur, merci pour le site je viens d’acheter une papillote sillicone pr legumes frais et croquants!
    y a plus qu’à!

  2. Lolo

    Bonjour,
    Super, bravo, vraiment une réalité sur les sportifs de « haut niveau » ou « amateur »…
    Le sport et l’addiction.

  3. Jean Jacques Menuet

    bsr; chaque dossier est différent; ce qui est sûr c’est quil n’est pas utile d’apporter des protéines animales à chaque repas; ce qui est sûr c’est qu’il faut aussi apporter des protéines d’origine végétale; après ça dépend de l’âge, de la pratique éventuelle d’un sport et des charges d’entraînement, ça dépend s’il existe un surpoids; cdlt

  4. Vincent

    Bonjour, quelle est votre position / avis sur l’alimentation biologique ?
    Apporte t’elle un plus selon vous, et peut-on manger en « qualité » sans pour autant manger « bio » ?

    Merci

    Vincent

  5. Jean Jacques Menuet

    bjr; pas trop d’avis; pour moi « bio » ça ne veut pas dire gd chose; sur les marchés des maraîchers vendent des produits « normaux » tout aussi bios; je crois stt qu’on se prend trop la tête avec la crainte de manger de la « mrd »; on finit par tout craindre, trop manipulés qu’on est par les médias et l’environnement sécuritaire; un peu de laisser-aller et de plaisir à manger et à partager nos repas… Mangeons simple, pas cher, faisons-nous plaisir; cdlt, jjM

  6. Moussay

    bonjour, je lis vélo magazine et je vois souvent certains coureurs pro dirent ne consommer que très peu de féculents en semaine sauf sortie longue ou spécifique,
    qu’en pensez vous? car vous conseillez en prendre à chaque repas.
    aussi pensez vous que le consommation de produits laitiers doit être quotidienne?
    enfin je connais un coureur cycliste ne consommant que très peu de viandes et poissons, adepte du jeune et des monodiètes l’été, et ayant une alimentation style régime crétois, pensez vous que cette alimentation soit compatible avec le cyclisme.
    Merci beaucoup
    Sportivement

  7. Jean Jacques Menuet

    ok bjr et merci pour ce commentaire; chaque personne est différente, chaque coureur est différent; il existe tjr des solutions pour perdre du gras si toutefois cela est nécessaire; le carburant du muscle ce sont d’abord les glucides et rouler sans glucides à une intensité élevée expose à une perte de puissance; par contre rouler « tranquille » sans glucides est effectivement un moyen pour taper dans les graisses; impossible ici en qqs lignes de détailler tout ça; les produits laitiers, le sans gluten, les journées fruits, etc etc etc; oui dans certains cas, lorsque cela est justifié, et si le cycliste se connait et ne fait pas n’importe quoi; après, ce qu’un coureur fait pd qqs mois peut ensuite être relayé par d’autres approches nutritionnelles, rien n’est figé; la nutrition reste une approche personnelle, on est dans du cas par cas; après j’affirme que de très nbx coureurs, et qui marchent, ne se prennent pas la tête avec des protocoles nutritionnels complexes et générateurs de trop gdes frustrations; notre équilibre psychologique passe par notre équilibre alimentaire; cdlt, jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *