8ème étape du Tour de France 2013: déja beaucoup d’écarts … ou d’Aicar …

 

–site de conseils en médecine du sport: http://www.medecinedusportconseils.com/

–site sur lequel peuvent être téléchargées des séances de sophrologie adaptées au sport: http://www.seance-sophrologie.com/ 

 

8ème étape : beaucoup d’écart entre les premiers et les suivants …

Pour le côté sympa voici le site de Cyril LEMOINE qui propose chaque jour des photos et vidéos sur l’expérience collective que nos 9 coureurs partagent sur ce Tour de France du centenaire depuis qu’ils ont quitté la maison ; http://www.cyrillemoine.com/actualite.html; également le site de Julien SIMON qui sur la 3ème étape était 2ème du classement général et qui a mis le feu à l’étape de 13 juillet avec son échappée solitaire dans les rues de Lyon: http://www.simonjulien.com/

Un de mes amis me demandait à l’arrivée si je croyais dans les performances de certains escaladeurs de cols : « comment expliquer me disait-il qu’ils grimpent aussi vite sans dopage que ceux qui ont avoué s’être dopé, comment expliquer de tels écarts ?, comment expliquer une telle facilité dans la puissance le mental l’oxygénation la fluidité la facilité ? » Je l’ai rassuré : « tu sais il y a la génétique, on ne nait pas égaux, et puis il y a le travail, certains travaillent beaucoup plus que d’autres (…), l’entraînement, la nutrition, peut-être aussi la cuisson des pâtes (…), la force du mental (facile quand on a les jambes…), ceux qui savent se faire plaisir (facile quand on a les jambes ..), et certaines équipes disposent probablement  de spécialistes excellents dans leur encadrement ; et d’ailleurs certains vont dire que les coureurs français ne s’entraînent pas assez, ou mal ; après c’est aux coureurs qu’il faut demander ce qu’ils en pensent »

Moi, personnellement je m’en fiche, les performances des autres ne m’interpellent pas, je crois dans leur honnêteté, jusqu’à preuve du contraire. Et je ne me permets pas de juger. J’ai parcouru ce soir des articles de presse très interrogatifs, des jeu de mots « écarts » – « aicar » … Mais non, l’UCI nous a bien expliqué que cette molécule est détectable.

Nos gars ont fait ce qu’ils pouvaient, avec leurs moyens ; un de nos coureurs s’est échappé, il a passé une bonne journée et on est tous fiers de lui !

Ce soir à l’heure où je rédige mon petit mot ils sont tous couchés; demain l’explication va être sérieuse dans les cols, l’étape est difficile, le hors-délais fait peur, la journée de repos de lundi est attendue avec impatience…

à demain

8 Comments 8ème étape du Tour de France 2013: déja beaucoup d’écarts … ou d’Aicar …

  1. Dr Jean Claude Dorion

    Cher Confrère,

    A titre purement médical, aucun laboratoire de détection du dopage sportif n’a été mandaté pour rechercher l’Aicar et le GV 15/16 qui est souvent associé, et ce, pour une bonne raison; à ce jour seul un laboratoire allemand aurait mis au point une méthode semble t-il fiable, qui différencie la production endogène de l’apport dopant exogène massif. Cependant,aucune méthode n’a été validée par les instances internationales qui luttent contre le dopage.
    C’est ainsi que l’on peut voir des champions cyclistes, à la limite du « décharné musculaire » gagner des étapes de ce Tour de France du Centenaire.

    Ce n’est pas en niant l’évidence, comme pour pour les « Tours à l’Epo d’Armstrong », que l’on rend service au vélo en particulier et au sport en général. On ne peut, d’ailleurs, que saluer les efforts qui sont réalisés en France par les instances fédérales de la Fédération du Cyclisme, mais qu’on se le dise clairement, nous sommes assez seuls à essayer de contrôler le dopage.

    Pour terminer, faites une étude randomisée sur les variations de l’hématocrite des coureurs cyclistes, il doit être inférieur à 50 % ! La norme chez les hommes varie entre 40 et 52 % avec une moyenne aux alentours de 45 environ. Si ce n’est pas légaliser un certain dopage sur les passeports biologiques « transversaux », je ne suis plus médecin !

    Comme vous le constatez dans la vie, le dopage est inhérent à la nature humaine sportif ou non, ayons, nous médecins, le courage de dire une certaine vérité qui dérange, mais qui n’est pas contestable, nous qui savons. A votre décharge, vous vivez peut-être du sport cycliste en ce qui vous concerne !

    Dr Jean Claude Dorion

  2. Jean Jacques Menuet

    Cher confrère, bonjour et merci pour votre commentaire intéressant et contributif à un « vieux » débat; il est clair que le « marché » du dopage aura toujours une longueur d’avance, il est clair que tous les sportifs ont dans la tête d’être meilleurs que les autres; il est clair que tous ne sont pas prêts à tricher avec leur corps et leur santé, fort heureusement; à ce jour et au vu des images que je perçois dans le peloton au bord des routes, dans la voiture de course ou à la télé,j’ai la conviction que la lutte porte ses fruits, que manifestement les apports exogènes qui enrichissent érythropoïèse ne sont plus présents; à quelques exceptions près; effectivement certaines transformations morphologique m’interpellent, tout comme certains coureurs s’étonnent de la progression sportive fulgurante de certains coureurs avec lesquels ils ont pu rouler auparavant. Probablement de nouveaux produits dont ceux que vous évoquez, à ce jour probablement indétectables (production endogène, et « fenêtre de tir » entre la prise et la présence dans le sang et les urines) Par définition je pense que toute lutte contre le dopage est vouée à l’échec pour la partie « haute » de l’iceberg c’est à dire pour une petite partie de sportifs de « très » haut niveau, qui peuvent en particulier se payer des « suivis » médicaux via des réseaux qui n’ont rien à voir avec la santé. Par contre la dissuasion est présente et à mon sens efficace (encouragement à la délation en particulier et pour le code de l’AMA 2015 des sanctions plus lourdes, une liste d’acteurs véreux qui dans le sport font leur business ce qui en particulier empêchera certains praticiens exclus du vélo de se réfugier dans d’autres sports et d’autres continents) Et puis il y a probablement le « dopage du pauvre », celui notamment aux corticoïdes … Sous l’influence de la FFC et de son médecin national, en France la chasse est ouverte depuis déja longtemps: par exemple une règlementation interdit le recours à des corticoïdes locaux (voie nasale; ou infiltration) qui existent sous d’autres formes, en particulier injectables, je m’explique: de la Triamcinolone peut être retrouvée dans les urines, « apportée » officiellement par un spray nasal et en fait provenant de micro-injections de cette même molécule … grand classique dont l’évocation revient souvent à la surface … Et cette pratique est vraiment en voie de disparition, après cela dépend aussi de la vigilance des médecins d’équipes … et aussi du débat entre notre médecine et la médecine anglosaxone: nous disons que tout apport de corticoïdes même local peut générer une baisse de la cortisolémie qui si elle est importante retentit sur la santé (insuffisance cortico-surrénalienne aigue bien sûr) alors que nos confrères évoquent que le patient est « protégé » puisqu’un apport exogène permet de couvrir le besoin. Egalement la Triamcinolone est le corticoïde employé de façon préférentielle par nos confrères anglo-saxons alors qu’on lui fait la chasse dans le cyclisme en France; je ne suis pas expert, je souhaite qu’un jour il y ait un consensus. Il faudrait aussi que les infiltrations ne soient effectuées que par des praticiens référencés par la Fédé, avec un dossier médical sans conteste justifiant le soin réalisé, pour fermer la porte aux infiltrations « bidon ». Oui le cyclisme progresse, c’est évident; par contre ce sport représente vraiment le « nuage de fumée » jeté en pâture aux yeux du grand public pour occulter sans conteste ce qui se passe dans les autres sports où personne ne se pose la question d’un éventuel dopage dans des sports où les gars courent le 100m en 10 secondes alors qu’ils pèsent plus de 100kg, ou des héros écrasent un sport depuis des années, ou les antécédents connus de certains sportifs « vitrines du sport national » ont été protégés, etc etc. Je ne suis pas là pour jeter le discrédit sur les autres sports, le vélo doit renaître de ses erreurs, les autres sports doivent peut-être un jour débuter leur vraie lutte contre le dopage; et là, désolé je n’y crois pas, les intérêts financiers économiques et politiques ne le permettront jamais, sic les déclarations honnêtes de certains acteurs politiques qui ont été confrontés au problème. Je ne disserterai pas plus car ce débat n’est plus médical, ou je dirai plutôt que la mission d’un petit médecin qui cherche à éduquer et à faire correctement son job est dépassée … le débat est politique, sociétal …
    Bien cordialement, JJMenuet
    PS: pour les hématocrites, la moyenne des « nôtres » sont autour de 42, aucun « souci » Par contre rien à redire sur le fait que de nbx sportifs d’endurance présentent une érythropoiëse riche: clairement une sélection naturelle s’est opérée dès l’enfance, n’oublions pas la génétique: les grandes perches vont jouer au basket, les très endurants avec une érythropoiëse riche vont se retrouver devant sur les courses de vélo dès leur plus jeune âge, les « gros » lanceront le poids.

  3. capron

    Que vaut l’avis sur le dopage d’un médecin payé par une équipe cycliste? On sent dans les propos de JJ Menuet une sorte de fascination des cyclistes, d’ailleurs JC Dorion avec un œil certainement extérieur remet les choses à leur place.
    Par ailleurs, tant que le cyclisme et à fortiori la lutte anti dopage sera géré par d’anciens cyclistes qui ont souvent été touchés par des affaires, rien ne changera!

  4. Jean Jacques Menuet

    bonjour; votre commentaire, même s’il est en décalage avec la grande majorité des mails que je reçois et qui apprécient le partage que je propose, mérite une réponse; par honnêteté intellectuelle d’abord et ensuite parce-que je n’ai rien contre la contestation de mes idées, tout au contraire; sauf si certains propos confinent à l’insinuation voire à la diffamation. J’ai exercé 29 années en clientèle et j’ai respecté mes patients; je n’ai pas arnaqué la sécu, je n’ai pas arnaqué mes patients; et j’ai quitté le libéral parce-que je me sentais en décalage avec une idée de la médecine éloignée de la notion de rentabilité; c’est la même chose avec « mes » sportifs; bizarre cette suspicion que vous émettez sur un ton assez curieux, je ne prendrai pas le temps de me justifier ni de tenter de vous convaincre; vous avez le droit d’avoir vos convictions; ceux qui me connaissent savent ce que je fais et ce que je ne fais pas, les autres peuvent papoter et disserter, cela ne me dérange pas; souvent ces mêmes personnes ne connaissent pas le terrain. Bien cordialement, et permettez-moi de conserver mes convictions et ma passion du sport, le sport cycliste en particulier, où ma mission est une mission de soins. Cordialement, jjM

  5. loic

    bjr, sans être aussi dur que le commentaire précédent, je suis quand même content de voir que d’autres personnes pensent que votre analyse des performances ne tient pas la route. Qui peut croire que la cuisson des pates fait avancer froome (car c’est bien de lui qu’il s’agit) comme un avion. Et qu’on arrête avec ces histoires d’entrainement (argument que nous avançaient déjà LA) : à ce niveau et avec tous ces entraineurs, tout le monde a peu ou prou les mêmes charges. Après sur la génétique, évidemment qu’il y a une selection qui s’opère mais à ce moment là le coureur a de suite un très bon niveau lié à cet avantage naturel. Il y a encore 3-4 ans, froome n’avançait pas en cols (wiggins idem) donc l’argument génétique ne tient pas. Pinot par ex a toujours très bien monté : là on peut dire qu’il a des aptitudes surement génétiques, ce qui ne l’empêche pas de prendre un « tir » de temps à autre, ce que ne connaisse pas tous les derniers vainqueurs du tour (aucun jour sans sur 3 semaines et plusieurs années de suite, incroyable pour tout coureur même amateur !) et ça c’est suspect… Je respecte donc infiniment le travail de médecin des équipes cyclistes et le blog de JJM mais arrêtons la naïveté et l’hypocrisie, ça ne sert pas le vélo

  6. DidierC

    Bonjour,
    N’étant pas medecin, juste cycliste amateur, il est vraie qu’il n’est pas facile de se forger une opinion claire … L’amalgame est vite fait 🙂
    Je pense que comme partout, il faut faire la part des choses et que rien n’est ni blanc ni noir … Il y a eu des efforts fait dans la lutte anti-dopage et il faut qu’ils continuent mais est-ce que ses efforts sont égaux dans tous les pays?
    Ce qui m’interpelle est le décalage entre les performances des français et « les autres ». La France est tout de même un pays de vélo avec un nombre important de pratiquants et de licenciés avec des méthodes d’entraînement et des moyens financiers comparables aux « autres » … Donc pourquoi n’y a t-ils pas de français dans les 10 premiers? Est-ce lié à la génétique ou á la peur des contrôles qui semblerait plus présents?
    Un autre fait m’interpelle … Un article dans « Le Monde » prétend que Froome est aussi performant qu’Armstrong en 2003. Ceci devrait porter quelques doutes… Est-ce que le cas Armstrong pourrait être utilisé comme moyen d’étalonnage en terme de performance pure?
    http://www.lemonde.fr/sport/article/2013/07/08/froome-aussi-puissant-qu-armstrong-et-ullrich-en-2003_3444094_3242.html
    Didier

  7. Jean Jacques Menuet

    ok, merci pour ta visite et ton commentaire qui, ça fait du bien!, n’est ni agressif ni basé sur l’insinuation et la suspicion; mon article a déclenché de nbreuses réactions et présent sur le Tour je ne peux répondre à tous; par honnêteté je publie les commentaires corrects et ceux qui ne le sont pas; il est très difficile de trouver des médecins qui acceptent de bosser dans le vélo, car le regard de leurs confrères est suspicieux, et trop svt environné de notions de jalousie et d’enviosité: enfermés dans leurs cabinets de consultation ils n’ont pas tjr le moral … Je pourrais moi aussi après 30 ans d’exercice libéral et avoir constaté les dérives de certains qui exercent en libéral insinuer et décrier qu’ils gavent leurs patients de médicaments inutiles, qu’ils bâclent leurs consultations, qu’ils jouent avec un « pseudo-pouvoir » avec leurs patients, et que certains sont largement complices de compérage et de comportements limites voire illicites; et bien je ne le fais pas, car ce que je viens de décrire je sais que c’est du marginal, que dans leurs cabinets les médecins galèrent, qu’ils sacrifient une partie de leur vie et je leur dis « respect et bravo »; dans les campagnes les médecins souffrent; après que chacun se respecte et qu’on arrête d’entretenir la suspicion; la porte de mon équipe est ouverte, mes dossiers transparents et partagés avec d’autres médecins et de VRAIS spécialistes qui ne sont pas dans le « dogme et la pensée unique », qui ont ainsi accès au terrain et progressent alors dans leurs connaissances et leurs pratiques; mais ces médecins avec qui je partage mon expérience sont des confrères respectables et respectés et avec lesquels j’ai envie et plaisir à partager car bien sûr que je ne connais pas tout et que j’ai besoin de l’expertise de confrères; que chacun se respecte et ne diffame pas; c’est comme toi quand au carrefour un crétin qui adore le foot te jette à la figure que tu es dopé; au bout d’un moment ça te gave. Pour revenir à tes propos, oui je pense que le dopage est plus présent à l’étranger qu’en France; je ne critique pas mes confrères qui bossent dans des équipes étrangères car très certainement ils ne dirigent pas le suivi personnel de leurs gars; mais la France, je parle du vélo, est très en avance et malheureusement en décalage dans sa lutte contre le dopage; ça ne veut certainement pas dire que tout est blanc chez les cyclistes français; comme le nuage de Tchernobyl le dopage ne s’arrête pas aux frontières de notre pays. Moi ce que je souhaite c’est qu’un jour les acteurs politiques aient la volonté et le courage de traiter tous les sports avec égalité, mais hélas je possède trop de preuves pour affirmer aujourd’hui que c’est une utopie, doublée d’une vaste hypocrisie; hélas pour le vélo qui petit à petit va en crever, alors que j’affirme que la très grande majorité des gars sont sains dans leur corps et dans leur tête; mais ils en ont aussi ras le bol d’être traînés dans la boue; voilà, c’était le coup de sang du doc! mais bien sûr pas dirigé contre toi! fais-toi plaisir dans ton sport, le vélo est un sport santé, fais-en la pub autour de toi, continue à pratiquer et laisse tes copains se rendre à la buvette des stades et disserter sur le mercato des grands héros; très cdlt, jjM

  8. Jean Jacques Menuet

    je vous laisse vos certitudes affirmées avec autant de conviction; je ne juge pas, permettez-moi de vous prier de ne pas me juger, merci, tout simplement; très cordialement et merci pour votre fidélité. JJM
    PS: juste pour ma réflexion sur la cuisson des pâtes je vous explique que c’est de l’humour ainsi que l’ont compris la très gde majorité des internautes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *