un iroman par jour pendant 33 jours consécutifs : belle performance de Didier WOLOSZYN !!

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 

Didier WOLOSZYN, sportif français âgé de 42 ans vient de battre un record: 33 iroman en 33 jours … 

L’Ironman est un des plus longs formats de triathlon, il consiste à enchaîner 3,8 km de natation, 180 km de cyclisme puis un marathon (42,195 km) en course à pied !

Il a déclaré dans son interview sur le site du Nouvel Obs:  »  Au total, j’ai donc parcouru 125 kilomètres à la nage, 5.940 kilomètres à vélo et 1.392 kilomètres à pied en un peu plus d’un mois ! C’est un rythme qui peut paraître fou, excessif, mais dont je suis parvenu à tirer un vrai plaisir. Malgré la douleur, la fatigue physique et nerveuse, j’ai l’impression d’avoir consommé du bonheur à l’état pur pendant ces 33 jours, d’avoir vécu un moment magique « 

Ce sportif de haut niveau décrit son expérience dans cet article : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/914656-j-ai-fait-33-ironman-en-33-jours-c-etait-dur-voire-violent-mais-je-me-suis-fait-plaisir.html 

Et voici mon sentiment: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/915152-33-ironman-en-33-jours-une-perf-qui-merite-le-respect-mais-deletere-en-terme-de-sante.html 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Fracture de fatigue et reprise du sport

Fracture001Grande classique des sportifs, la fracture de fatigue intervient essentiellement au cours d’un déséquilibre de résorption/formation osseuse. L’ennui essentiel pour le sportif lors de ce type de fracture est la durée d’immobilisation. Indépendamment de la gestion du mental auquel il faudra, à l’image d’une centrale électrique, du temps pour gérer « l’arrêt à froid » du sport pratiqué,  il faut aussi compenser la fonte musculaire liée à l’arrêt brutal de son sport.

Continue reading

Préparation nutritionnelle d’un MARATHON

SaintMalo2ARTICLE MIS à JOUR le 28-02-2014

préparation marathon de Paris

Préparation marathon de la baie du Mont Saint-Michel à Saint-Malo

le marathon de St-Malo, comment le préparer ? quelle nutrition pour le marathon avant, pendant, après ?

Se préparer pour un marathon c’est avant tout savoir gérer la préparation des mois qui précèdent: de nombreux coureurs se blessent pendant leur préparation (tendinites en particulier) parce qu’ils méconnaissent les bases nutritionnelles de la gestion des charges d’entraînement; ils se limitent à suivre les « plans d’entraînement » qu’ils trouvent dans de nombreux magazines; donc une préparation d’un marathon ne peut se limiter à des conseils pour les jours qui précèdent la course.

Bientôt le marathon de Paris; ici en Bretagne bientôt le marathon de la baie du Mont Saint-Michel à Saint-Malo; en consultation certains coureurs viennent chercher les conseils pour préparer ce marathon. Je vais dans cet article exposer des conseils simples, des conseils de terrain  pour bien préparer un marathon, avec pour objectif de vivre une belle expérience, qui ne soit pas une expérience de douleur et de galère… ces conseils sont le résultat de mon expérience de terrain, pour avoir suivi et suivre encore de très nombreux coureurs de longue distance, de tous les niveaux ; j’ai en particulier eu la chance de suivre toute la carrière de Benoit Z (et sa carrière n’est pas terminée !), parmi de nombreux autres coureurs meilleurs français ou étrangers; je me suis fait mon expérience sur le terrain, avec eux, non pas seulement entre les 4 murs de mon cabinet de consultation; la médecine du sport ne peut exister qu’avec le retour du terrain, au contact proche de l’athlète; connaître et partager avec eux une « tranche de vie »; et l’expérience des meilleurs d’entre eux me conforte pour vous proposer ces conseils ; bien sûr chaque athlète ne prendra dans ces recommandations que ce qui lui paraît utile en fonction de SA propre expérience et surtout en fonction de son environnement sportif (coach, préparateur physique etc.)

Les conseils de préparation d’un marathon qui suivent concernent avant  tout l’athlète motivé, prêt à entrer pendant plusieurs mois dans un cadre qui représente une vigilance spécifique.  Bien sûr que de nombreux coureurs qui participent à un marathon vont « simplement » chercher un moment de partage, des émotions, avant tout du plaisir, même si leur chrono dépasse les 3 heures; sauf que ces mêmes coureurs sollicitent deux fois plus leur organisme s’ils courent en 4h14 plutôt qu’en 2h07 … : c’est à mon sens tout le problème de l’approche d’un marathon:  c’est le coureur en surpoids, c’est le coureur mal entraîné, c’est le coureur qui sans le savoir présente une carence en fer, c’est le coureur qui sans le savoir présente une hyperréactivité bronchique, c’est le coureur chez qui n’a pas été dépisté un trouble le la voûte plantaire, oui c’est CE coureur qui vivra mal son marathon, et qui justement risque de ne pas se faire tant plaisir que ça … Pour moi participer à un marathon oblige à une visite d’aptitude auprès d’un médecin du sport, visite qui ne ne limite pas à la signature du certificat de non-contrindication … C’est tout mon « combat » de considérer que la médecine du sport doit avant tout être une médecine de prévention, que voir des sportifs blessés est certes intéressant mais que les voir avant qu’ils ne se blessent est quand même bien plus intéressant … pour leur performance mais aussi et surtout pour leur santé. Je développe cet aspect de la prévention dans cet autre article:  http://www.medecinedusportconseils.com/2014/01/13/sportifs-votre-attention-sil-vous-plait-la-prevention-devrait-etre-une-priorite/ 

Continue reading