La pubalgie diagnostic traitement conseils prévention

Comment reconnaître les causes d’une pubalgie, comment soigner une pubalgie, comment éviter d’avoir une pubalgie, voilà des questions souvent posées lors d’une consultation en médecine du sport. Voici un article simple, de terrain, pour tout savoir sur la pubalgie !

La pubalgie (douleur au niveau du pubis) est un terme qui regroupe plusieurs types de lésions ; il est essentiel de faire un diagnostic précis pour que les soins soient adaptés ; 3 hypothèses peuvent être en cause, isolées ou associées :

  • En dessous de la ligne du pubis : une atteinte des muscles adducteurs ou des tendons adducteurs : les adducteurs sont des muscles peu extensibles, ils se blessent souvent : soit au niveau du muscle, soit de la jonction muscle/tendon, soit au niveau du tendon, soit enfin au niveau de l’insertion du tendon sur le bassin (les adducteurs s’insèrent sur la branche ilio-pubienne), pouvant aller jusqu’à une désinsertion partielle ou totale.

 

  • Au-dessus de la ligne du pubis  une atteinte de la paroi musculaire abdominale: soit une déficience de la paroi abdominale avec parfois une hernie, soit une atteinte des muscles obliques, soit une tendinopathie d’insertion basse des muscles grands droits de l’abdomen, soit un hématome de la gaine des grands droits de l’abdomen.

 

  • Une atteinte de l’articulation au niveau de la symphyse pubienne (inflammation, arthrose, disjonction) en liaison avec les cisaillements et rotations imposés par exemple dans le football.

 

Comment diagnostiquer la cause d’une pubalgie :

 

Consulter un médecin du sport pour un examen attentif et adapté.

L’examen clinique est le plus souvent suffisant.

Parfois, pour préciser le diagnostic, une radiographie, une échographie, voire même une IRM seront prescrites par le médecin.

 

Comment signer une pubalgie :

  • Plus le repos et le traitement sont mis en place précocement plus vite le sportif guérit de sa pubalgie.

 

  • Quelle est la durée du repos sportif : chaque dossier est différent, en fonction du type de lésion, et de nombreux autres paramètres ; tant que la douleur est présente le sportif doit respecter ce symptôme ; ça ne veut pas dire qu’il se met totalement au repos : dans sa pratique il doit éviter la gestuelle qui déclenche la douleur. Pourquoi pas maintenir une activité physique telle que le vélo ou la natation, ou du renforcement du haut du corps.

 

  • Quels médicaments, quel traitement pour soigner une pubalgie : des antiinflammatoires si besoin sous couvert de protecteurs gastriques, des antalgiques, des décontracturants musculaires ; c’est le médecin qui adapte le traitement et sa durée. Parfois quelques séances de mésothérapie sont réalisées par le médecin. Beaucoup plus rarement une infiltration.

 

  • Des soins de kinésithérapie avec : des massages transverses, ondes de choc, renforcement des muscles abdominaux en excentrique en course externe et des obliques, descriptif des séances de natation adaptées, étirements prudents et progressifs des adducteurs, physiothérapie à visée antalgique et anti-inflammatoire. : c’est le kiné qui adapte les soins ; le kiné est le professionnel de la santé qui gère les modalités de la reprise progressive de l’activité sportive.

 

  • Surtout il faut soigner la CAUSE de la pubalgie : soigner une douleur c’est bien, mais soigner la cause c’est beaucoup mieux ! Car très souvent on retrouve une ou des causes qui favorisent l’apparition d’une pubalgie ; par exemple :
    • Une mauvaise gestion des charges d’entraînements, avec souvent un surmenage sportif (entraînements, matchs rapprochés)
    • Un geste technique perturbé, par exemple un manque de relâché de la hanche chez le joueur de foot.
    • Un manque de fluidité du geste sportif ; un mental un peu tendu (« tendu dans la tête = tendu dans les muscles »)
    • Une anomalie des appuis plantaires, par exemple une pronation exagérée : il faut TOUJOURS solliciter l’avis d’un podologue du sport en cas de pubalgie.
    • Une anomalie de la statique des membres inférieurs, ou une jambe plus courte, ou une bascule du bassin : l’avis d’un kinésithérapeute-ostéopathe ou d’un médecin ostéopathe peut être utile, pour un examen attentif de la posture, en statique et en dynamique. Mais vraiment il n’y a rien à faire « craquer » (précision pour les sportifs adeptes de se faire craquer le dos, se faire remettre le bassin ou des vertèbres …, comme si on pouvait « remettre un bassin » …. triste fumisterie qui alimente la clientèle d’ostéos peu scrupuleux …)
    • La surface du sol (macadam chez le coureur à pied, synthé chez le joueur de foot)
    • La qualité de l’amorti de la chaussure, et la conformation de la chaussure.
    • Une nutrition inadaptée, une hydratation insuffisante.
    • Un sommeil insuffisant en quantité et ou en qualité ; le stress, un surmenage professionnel.
    • Il faut toujours rechercher une infection à distance : un problème dentaire, une sinusite ; mais aussi une asymétrie au niveau des yeux, un problème de mâchoire ou d’articulé dentaire.
    • SURTOUT le sportif peu adepte de ce que je nomme une « hygiène du sport » : les étirements, le gainage, la proprioception, un renforcement musculaire harmonieux, une bonne stratégie de la récupération après l’effort ; voilà à mon sens la meilleure prévention contre la pubalgie ; souvent la pubalgie est liée à un déséquilibre avec des muscles abdominaux et obliques trop faibles et rétractés alors que les adducteurs sont trop toniques

 

En conclusion, le sportif doit écouter son corps, consulter dès la moindre douleur, de sorte qu’un diagnostic précis soit fait pour la mise en place de soins adaptés ; et surtout la cause de la pubalgie doit être recherchée.

 

J’anime ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport sur lequel vous trouverez environ 500 articles, mais également je propose sur un autre site

https://www.seance-sophrologie.com/

 des séances de sophrologie à télécharger pour prendre en charge des maladies psychosomatiques avec par exemple une séance de sophrologie pour calmer la colopathie fonctionnelle, des séances de sophrologie contre la migraine, des techniques pour apaiser le stress, des séances de sophrologie pendant la grossesse, des séances de sophrologie pour mieux dormir ; vous pouvez également télécharger des séances de sophrologie pour préparer un concours ou un examen, trouver des conseils pour augmenter la mémoire. Je propose également des séances de sophrologie pour l’arrêt du tabac, et de nombreux autres thèmes.

Le coût pour télécharger ces nombreuses séances est modique ; le webmaster qui gère le site doit gérer fort logiquement des frais ; mais pour tester gratuitement cet outil qu’est le travail du mental je propose une séance gratuite de sophrologie, dont l’objectif est d’apprendre à calmer le stress, à maîtriser les tensions.

J’ai conçu des séances de sophrologie à télécharger pour travailler le mental chez le sportif, par exemple de la  sophrologie pour le cycliste, des séances pour le travail du mental du joueur de tennis, des séances de sophrologie à télécharger pour le joueur de foot, etc. etc. Lorsque les charges d’entraînements  sont importantes, une technique me semble utile pour le sportif pour mieux récupérer : il s’agit de la microsieste, cette technique est également utile si l’étudiant en période de révisions est obligé de réduire son sommeil : grâce à la microsieste il pourra ainsi mieux récupérer et réparer les conséquences d’un sommeil insuffisant.

 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

    –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *