foot basket tennis boxe entorse de cheville conseils, comment la soigner et comment éviter les entorses

Comment soigner une entorse de cheville ? Une entorse de la cheville c’est quoi ? Comment prendre en charge une entorse de cheville, quel traitement et quelle prise en charge pour une entorse de la cheville, quels sont les conseils de terrain pour soigner une entorse,  et surtout comment éviter d’avoir des entorses …

 

Les sports collectifs sont les plus grands pourvoyeurs d’entorse de cheville, mais aussi le tennis, le squash, le badminton, la boxe, la course à pied. L’entorse de cheville est probablement la lésion N°1 en consultations de médecine du sport.

5000 personnes en France sont victimes chaque jour d’une entorse de cheville, c’est la plus fréquente des lésions en pathologie traumatique ; avec une moyenne de 400€ de coût par entorse (radios éventuelles, consultation, chevillière, kiné, médicaments) on arrive à un coût journalier de 2 millions d’euros : l’entorse de cheville est un réel problème de santé publique.

Mécanisme : l’énergie du traumatisme est trop forte et va distendre les ligaments qui assurent la stabilité de la cheville : les ligaments s’étirent au-delà de leurs limites ; le poids du corps se porte sur la cheville qui est tordue ; le plus souvent le pied part vers l’intérieur donc ce sont alors les ligaments externes de la cheville qui sont lésés ; parfois ce sont les ligaments internes.

L’entorse de cheville n’est jamais bénigne et justifie TOUJOURS un avis médical. La plupart des sportifs qui rencontrent des entorses chroniques des chevilles ont négligé de soigner correctement la première entorse, même si elle était « bénigne », et très souvent ils ont repris le sport trop tôt.

sont lésés ; parfois ce sont les ligaments internes.

L’entorse de cheville n’est jamais bénigne et justifie TOUJOURS un avis médical. La plupart des sportifs qui rencontrent des entorses chroniques des chevilles ont négligé de soigner correctement la première entorse, même si elle était « bénigne », et très souvent ils ont repris le sport trop tôt.

Cette pathologie fréquente qu’est l’entorse de la cheville est de loin la pathologie la plus mal soignée en traumatologie du sport !! C’est pourquoi de très nombreux sportifs gardent des séquelles, avec des douleurs, des épisodes de gonflement. Pourquoi: parce que le sportif pense qu’une entorse c’est bénin; alors qu’un traitement spécifique bien conduit doit être mis en place après la réalisation d’un examen clinique attentif; seul le médecin est en mesure d’examiner la cheville, de demander des examens complémentaires éventuels (radiographie, échographie, IRM), et de prescrire si besoin un traitement (contention, attelle, médicaments) et des soins de kinésithérapie

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 La toute première entorse est à soigner avec beaucoup d’attention ; car négligée elle expose à des récidives ; en effet une entorse finit toujours par « guérir » toute seule, ou tout du moins au bout de quelques jours elle n’est plus douloureuse ; mais c’est un redoutable piège car en fait le ligament (comme un « ressort ») a été distendu et le « ressort » n’est pas revenu à sa longueur initiale. Pour que ce « ressort » revienne à sa dimension normale il faut du repos sportif, mettre en place un traitement local (glace, anti-inflammatoires si besoin, immobilisation si besoin), si besoin des soins de kinésithérapie pour trois traitements essentiels : de la physiothérapie de la proprioception, et renforcer les muscles qui verrouillent la cheville.

 

Quelques explications pour comprendre ce qu’est une entorse : 90% des entorses de la cheville se font en varus forcé c’est à dire que le pied est parti vers l’intérieur.

 

Il existe en fait 3 types d’entorse, qui peuvent concerner :

  • L’articulation talo-crurale (entre le tibia, le talus et le calcanéum) avec 2 types d’entorses soit externe (l’entorse classique) soit interne (beaucoup plus rare)
  • L’articulation sous-talienne (entre le talus et le calcanéum) et médio-tarsienne entre le talus, le naviculaire (ex-scaphoide tarsien) et le cuboïde : entorse du médio-pied, souvent liées,
  • L’articulation entre naviculaire, 1er métatarsien et les 3 cunéiformes : entorse de Lisfranc

 

Quelle conduite à tenir si on vient de présenter une entorse, quels sont les conseils pratiques pour soigner une entorse de cheville, comment soigner et prendre en charge une entorse pour en obtenir la guérison :

 

Si sur le terrain il n’y a ni médecin ni kiné et que l’entorse semble bénigne (= pas de gonflement, pas de sensation de « craquement » au moment de l’entorse, et surtout le sportif peut poser le pied sans problème): il faut stopper immédiatement l’activité, quitter le terrain, surélever la jambe, glacer (protéger la peau avec un linge fin, j’ai déjà vu des brulures sévères !!).  Une bombe de froid c’est bien, mais une poche de glace ou de gel froid c’est beaucoup mieux. Si c’est possible on peut strapper la cheville avec une bande cohésive (plutôt qu’adhésive) La prise rapide d’une dose d’Arnica 5CH va limiter le saignement. Puis voir le médecin rapidement si possible. Si l’entorse fait très mal, avec un appui douloureux, un œdème et pire encore s’il y a bien sûr une déformation de l’articulation : se mettre « en décharge » (= ne pas appuyer le pied, avoir recours si possible à des béquilles) et surtout consulter en urgence un médecin, voire se rendre aux urgences d’une clinique ou d’un centre hospitalier, et voir ensuite son médecin qui gérera la conduite à tenir ultérieure.

 

Je préfère strapper avec du COHEBAN plutôt qu’avec de l’Elastoplaste qui peut occasionner des lésions cutanées avec la colle, de toute façon la bande d’élasto se détend au bout de quelques heures, il est difficile de prendre une douche ! et … « bonjour » pour retirer et refaire le strapp chez le kiné ! Une attelle type « air-cast » représente souvent  un bon choix, à porter par-dessus la chaussette ; certaines attelles incluent une poche de glace.

 

Selon les données de l’examen clinique réalisé par le médecin un arrachement osseux malléolaire peut être suspecté si bien qu’au moindre doute il faut réaliser une radiographie (face, profil, ¾ ; refuser la mise en varus de la cheville : ça ne sert à RIEN dans l’aigu et en plus ça fait mal …) Classiquement le radiographie est conseillée absolument dans 3 situations :

 

– âge inférieur à 18 ans ou supérieur à 55 ans. – impossibilité de marcher en appui = impossibilité de faire quatre pas – douleur locale à la palpation osseuse des malléoles ou des os du pied.

 

Si la radio est peu concluante mais que l’entorse parait sévère j’ai pour habitude de prescrire une échographie.

 

Seul l’examen médical réalisé par le médecin, ainsi que les données de l’éventuelle radiographie vont guider la conduite à tenir ; si l’entorse présente des signes de gravité le médecin pourra juger utile de prescrire une IRM à la recherche de lésions ligamentaires telles qu’une lésion du « talo fibulaire », voire des lésions cartilagineuses. Un avis auprès d’un orthopédiste du sport spécialisé dans le membre inférieur pourra être alors sollicité : à chacun ses compétences.

 

Il n’est pas logique de prendre un médicament anti-inflammatoire dans les heures qui suivent l’entorse (ça fait saigner) Il faut éviter les antalgiques  trop forts car ça masque la douleur : du Paracétamol suffit largement.

 

 

Le plus souvent des soins de kinésithérapie devront être très rapidement mis en place, même si l’entorse est grave (trop souvent le sportif se voit conseiller de ne voir le kiné que lorsque la cheville aura désenflé …); car le kinésithérapeute possède les outils (physiothérapie) pour un traitement anti-inflammatoire et anti-œdémateux local ; et c’est le plus tôt possible qu’il faut mettre en place les soins ; c’est pourquoi une immobilisation amovible est toujours préférable pour que le kiné ait accès à l’entorse.

 

La réalisation de séances chez le kiné permet de bien suivre l’évolution de l’entorse.

 

L’objectif de la prise en charge d’une entorse de cheville est de redonner à la cheville son aspect fonctionnel initial  et surtout d’éviter les entorses ultérieures ; car malheureusement, en multipliant les épisodes d’entorses mal soignées le sportif finit souvent par présenter une « cheville instable », la prise en charge sera alors être bien plus compliquée, pouvant même aboutir à une chirurgie.

 

Attention, si le sportif béquille : le risque de phlébites existe même chez le jeune sportif ; le médecin sera peut-être amené à prescrire des piqures d’anticoagulant.

 

 

Quand et comment reprendre le sport après une entorse de la cheville, conseils pour le retour sur le terrain : c’est avant tout le kinésithérapeute qui gère les modalités de la reprise : vélo, marche, natation, course à pieds progressive sans changement d’axe, etc. etc.

 

La prévention des entorses, comment éviter les entorses : dans de nombreux clubs (basket, volley, hand), mais aussi dans les salles de boxe l’habitude est mise en place de réaliser avant puis après les entraînements des exercices de proprioception : quelques minutes de plateau ou de trampoline, ça s’appelle de la proprioception…, c’est probablement l’aspect le plus important : la prévention !!!

 

Je conseille très volontiers au sportif victime d’une entorse de consulter un podologue du sport car de nombreuses entorses sont favorisées par des troubles statiques et/ou dynamiques des pieds.  Pour en savoir plus lire : http://www.medecinedusportconseils.com/2010/08/05/il-est-essentiel-de-consulter-regulierement-un-podologue-du-sport-pourquoi/

 

Pour optimiser le retour veineux je conseille souvent le port de chaussettes de contention veineuse ; ça représente un bon moyen pour accélérer la guérison des entorses de la cheville.

 

Il arrive également qu’un déséquilibre du haut du corps induise un déséquilibre au niveau des appuis des pieds, avec une foulée perturbée: un problème de mâchoire, une sinusite, un problème dentaire, un problème ophtalmologique ; le médecin s’attachera à rechercher ses éléments qui peuvent parfois entraîner des entorses. Il en est de même si le sportif présente des troubles statiques au niveau du rachis, ou du bassin ou des membres inférieurs, d’où l’intérêt d’un examen postural attentif.

 

Le chaussage quotidien est trop souvent négligé par le sportif ; des marques « tendance » proposent des chaussures dont la semelle se limite à un millimètre d’épaisseur, sans soutien de la voûte plantaire, sans talon ; ces chaussures doivent être réservées à la station assise devant la télé, point ; pour marcher il faut de bonnes chaussures, un bon maintien du pied voire de la cheville, et un laçage correct. Un sportif qui a présenté une ou des entorses de cheville doit vraiment bien se chausser, plutôt avec des baskets bien amortis et qui maintiennent parfaitement les chevilles.

 

De même que la nutrition, l’hydratation, l’échauffement, les étirements sont des éléments importants de prévention. Egalement un sportif se blessera plus facilement s’il est à bloc dans ses études ou son travail, s’il dort mal, s’il est en surentraînement, si son hygiène de vie n’est pas au top. Relire pour en savoir plus :

 

 

Le sportif pose souvent la question : faut-il porter une contention de la cheville lors de la reprise du sport : si le sportif a besoin d’un strap ou d’une chevillière, c’est qu’il n’est pas complètement guéri de son entorse, donc à priori je suis peu enclin à proposer cette solution ; toutefois une contention comme une chevillère « ligastrap » semble intéressante pour assurer les premiers entraînements.

 

Donc quelles sont les astuces pour éviter d’avoir des entorses : bien s’échauffer !! bien choisir ses chaussures au quotidien et ses chaussures de sport !! bien boire pendant l’effort !! freiner son activité si on est fatigué ou si on a de mauvaises sensations !! et surtout faire régulièrement des exercices de proprioception.

 

Un grand merci pour votre fidélité sur ce site de conseils en médecine et en nutrition du sport ; ce site va dépasser les 4 millions de connexions fin 2014 …

 

Jean-Jacques

 

J’anime ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport, mais également je propose des séances de sophrologie pour le travail du mental, que le sportif peut télécharger sur son ordinateur ou son téléphone portable; ce travail du mental permet de gérer l’approche d’une compétition, améliorer le sommeil, mieux récupérer après l’effort, mieux gérer un décalage horaire, revenir plus vite après une blessure, apaiser le stress, augmenter les capacités de concentration, développer les réflexes, etc. ; pour tester gratuitement cet outil qu’est le travail du mental je propose une séance gratuite de sophrologie, dont l’objectif est d’apprendre à calmer le stress, à maîtriser les tensions.

J’ai conçu des séances de sophrologie pour le cycliste, des séances pour le travail du mental du joueur de tennis, des séances de sophrologie à télécharger pour le joueur de foot, etc. etc. Lorsque les charges d’entraînements  sont importantes, une technique me semble utile pour le sportif pour mieux récupérer : il s’agit de la microsieste.

 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *