ras le bol de cette télé spectable qui manipule plutôt que d’informer

Mon commentaire sur l’émission « le revers de la médaille » du 10 juin  sur Arte:  » pas terrible messieurs … »

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

L’essentiel pour le journaliste c’est de faire frissonner le téléspectateur, limite de lui donner l’envie de gerber ; même si bien sûr ce reportage comporte des éléments de vérité sur l’aspect sale du sport business, l’aspect sinistre du dopage qui a fort malheureusement souillé certaines histoires du sport, et qui très probablement existe encore dans certains sports ; mais vraiment ras le bol de ce système médiatique qui entretient la polémique et entretient le mal-être dans notre société, qui casse l’enthousiasme: « les politiques tous pourris », « les sportifs tous dopés », « notre société va crever », « tout ce que vous avez dans votre assiette va vous faire mourir » : la France crèvera de toute cette entreprise de démolition qui freine l’enthousiasme, l’espérance, la « foi » ; de façon sournoise et insidieuse vous instillez au quotidien des doses de mal-être et de mal-vivre … Désolé messieurs les journalistes mais vous contribuez à entretenir le « mauvais moral » et la discorde. Même si parfois votre regard permet de « décoiffer », de réveiller le ronronnement ambiant vous ne devez pas stigmatiser à ce point et jeter le discrédit, au travers d’amalgames; la force ces images et des émotions provoque des émotions perçues par le téléspectateur de façon souvent inconsciente, vous savez cela. Votre mission est de nous permettre de garder un esprit critique, pas de cracher sur un système dont d’ailleurs la plupart d’entre vous profitez bien.

Quid du libre choix de la vie de chacun ? Oui le sport peut casser l’organisme (entorses, traumatismes) ; mais le travail à l’usine aussi, l’alcool, le tabac, et la connerie aussi ….

Pourquoi ne pas faire témoigner des sportifs heureux et qui ont vécu un beau parcours, ils sont la grande majorité.

Si d’anciennes stars de ce système (je ne parle pas des tristes histoires de sportifs victimes d’un dopage imposé ou masqué) sortent aujourd’hui les mouchoirs, et bien qu’ils imaginent un instant qu’ils puissent refaire leur vie : aller à l’usine, faire les 3 8, être anonymes, avoir des fins de mois difficiles, puis avoir des retraites de misère : ils ont profité du système, gagné de l’argent, exploité leur image ; et bien oui msieursdames vous avez vieilli, vous n’êtes plus des idoles, votre corps a changé,  tout comme l’ouvrier qui part en retraite, qui a mal aux genoux, aux épaules ; et si dans votre parcours vous avez choisi le dopage, ne vous comportez pas en « pauvres victimes », trop facile …

Quant au rôle des médecins qui travaillent dans le milieu du sport : certains ont la passion et respectent une éthique pour prendre en charge une population de sportifs soumis à des charges de travail qui génèrent des conséquences sur l’organisme ; ceux qui connaissent mon « combat » savent l’importance que j’attache à la prévention,  à l’action plutôt qu’au discours et aux belles paroles. Oui bien sûr il y a des médecins qui trichent et certains qui ne font rien si ce n’est de profiter du système ; mais ils sont peu nombreux. D’autres comme moi et mieux que moi travaillent tranquillement au quotidien.

Le sport évolue grâce à un environnement qui met au centre l’épanouissement du sportif : le respect, l’écoute, l’accompagnement ; ce petit mot aux jeunes sportifs : vivez votre passion, choisissez vos repères, sachez bien vous entourer ; et vous vivrez des émotions, vous graverez de beaux souvenirs, vous serez armés pour progresser dans votre vie comme vous aurez progressé dans votre sport. Ma vie professionnelle dans le sport m’a permis et me permet de croiser des centaines d’expériences de sportifs avec je pense une bonne compréhension de ce qu’ils ont vécu avant, pendant puis après la carrière : la plus grande majorité d’entre eux ont vécu une belle histoire ; ils méritent qu’on les respecte, eux et les gens qui les ont entourés : leurs entraîneurs, leur staff.

Mon constat est toutefois de regretter l’absence de prise en charge de la fin de carrière du sportif de haut niveau ; j’ai vainement tenté de persuader des sponsors de s’intéresser à cette problématique : entourer, conseiller le sportif pendant sa dernière année et dans son nouveau parcours ; l’argent se fait rare pour investir les années lumières du sport, il est concevable qu’il soit encore plus rare pour éclairer la fin de parcours des athlètes. Mais cette dynamique d’accompagnement a tout son sens et devrait mobiliser des énergies.

Pour conclure en ce qui me concerne, la vision de ce type d’émission me laisse bien amer ; gardons notre enthousiasme, regardons devant, entretenons la passion du sport qui doit avoir tout son sens dans le contexte de la vie difficile que notre société impose à certains d’entre nous.

J’avais tenté de regrouper mes idées sur la problématique de l’arrêt du sport dans cet article:

http://www.medecinedusportconseils.com/2010/01/03/les-consequences-de-larret-du-sport-physiques-et-parfois-psychologiques-je-pose-le-debat-dans-cet-article/

Bien cordialement à tous

Jean-Jacques

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

5 Comments ras le bol de cette télé spectable qui manipule plutôt que d’informer

  1. Yasmeen

    de toute façon c’est comme d’habitude les médias ne montrent que le côté négatif c’est archaique.

  2. Claire

    Pourquoi nier la réalité de ce reportage? Et si les sportifs retraités heureux etaient une minorité?
    Arguer qu’ils devraient etre content du pactole amassé pour leur retraite semble quelque peu simpliste quand une immense majorité d’entre eux ne vit meme pas de sa pratique?
    La force de ce reportage est aussi de faire intervenir des anciens sportifs que le grand public estime « retraités heureux »: Aron, Bartoli…
    Le sportif de haut niveau est un etre hors norme, donc tres fragile

  3. Jean Jacques Menuet

    bjr d’abord; je ne nie pas, je dis simplement que ça ne correspond pas à l’immense majorité des sportifs qui à travers leur histoire ont vécu qqc de grand et dont ils gardent de beaux souvenirs;la preuve: ma réaction a été lue par des milliers d’internautes et de très nbx sportifs ne se reconnaissent pas dans les propos tenus par les sportifs qui ont collaboré au reportage; depuis bientôt 30 années je partage la vie de ces sportifs de haut niveau et fort heureusement que le tableau est bien plus enthousiaste que ce qui transparaît de cette émission; sinon cela fait lgtp que j’aurais déserté… Mais c le comportement classique des médias qui s »arrêtent sur les trains qui n’arrivent pas à l’heure alors que 99% arrivent à l’heure; quant au mal être que certains sportifs vivent effectivement pd ou après leur carrière, sur le terrain très humblement je pense apporter un soutien utile; bien cdlt; jjM

  4. julien

    Bonjour

    Les sportifs heureux, on ne voit qu’eux dans l’équipe ou dans Tout le sport sur FR3.
    Ce reportage est donc pour moi salutaire dans le sens où il montre un certain revers de la médaille, une réalité qu’on a rarement l’occasion de voir.
    Si certains comme Laurent Brochard me font l’effet de pleurnicheurs pas très légitimes, il est à l’inverse intéressant d’écouter Marion Bartoli expliquer le pourquoi de son arrêt, pas vraiment médiatisé à l’époque (de ma lorgnette encore).

    Bref, c’est comme toujours avec un reportage, il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre.

    PS : « le sportif est un produit » : comment le nier à l’heure actuelle (pour les pro) ?

  5. Jean Jacques Menuet

    ok bjr et merci pour votre commentaire; des sportifs malheureux, blessés, en difficulté morale, oui il y en a, j’en croise et stt j’en aide de nbx; mais des sportifs heureux qui ont vécu une belle histoire il y en a plein, et ils représentent la très gde majorité; j’ai eu des centaines de témoignages persos de sportifs qui ont été choqués par ce reportage, et qui ne se reconnaissent vraiment pas dans les histoires narrées par certains et certaines « has been » Oui le sportif de hy niveau est devenu un produit; et alors, l’ouvrier et le salarié aussi; de même que le chomeur; cdlt; jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *