faire du sport à jeun fait maigrir et augmente les capacités d’endurance : conseils, protocole, mise en garde

Faire du sport à jeun pour maigrir plus facilement et augmenter son potentiel aérobie ?

Pour ou contre courir à jeun le matin pour maigrir et perdre des kilos superflus et progresser en endurance ?

Oui faire une activité physique à jeun permet de brûler plus efficacement les graisses mais attention aux risques pour la santé …

Pour en savoir plus, comprendre comment perdre du poids, et suivre des conseils simples de terrain … à lire …Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Ce document présente de l’intérêt pour le cycliste ou le coureur à pied qui doit perdre du poids, pour le boxeur qui doit être vigilant, mais aussi pour un joueur de tennis ou de foot ou de hand qui a compris qu’il sera beaucoup plus tonique, avec une vitesse de déplacement augmentée, et qu’il se blessera moins en économisant ses genoux, son dos: moins de blessures musculaires, moins de tendinites.

Le matin au réveil cela fait environ 10 heures que l’on n’a pas mangé de glucides (sauf boulimie nocturne !!), donc on a moins de glucides qui circulent dans le sang et les réserves de glucides (stockées dans le foie et dans les muscles sous forme de « glycogène » sont diminuées) ; donc notre organisme, à défaut de ces glucides disponibles, va chercher à consommer des graisses pour trouver l’énergie et donc les calories nécessaires pour la contraction musculaire liée à l’effort réalisé à jeun; donc oui on brûle des graisses en faisant du sport à jeun.

Vous trouverez dans ce document des conseils et astuces pratiques de terrain, qui marchent bien pour vous affûter (comment s’affuter facilement, c’est une question fréquente posée par le sportif !) mais également je me dois de détailler des mises en garde et précautions pour éviter tout ennui, car perdre du gras en faisant n’importe quoi ça peut marcher, mais au prix de risques pour la santé et surtout les kilos perdus seront vite repris.

Lorsque je prends en charge la nutrition d’un sportif le conseil de faire du sport à jeun fait partie de mes protocoles.

Mes conseils concernent donc les sportifs qui cherchent à perdre du poids (perdre du poids c’est rechercher à perdre de la masse grasse sans perdre de muscle ni d’eau ni … d’os !), car on sait bien que s’il y a un secret dans les sports d’endurance, c’est bien d’avoir le poids optimal, par exemple pour «bien passer les bosses » en cyclisme, mais aussi et surtout pour augmenter le rapport poids-puissance, déterminant dans la performance. De plus un sportif affuté souffrira moins au niveau des contraintes articulaires (genoux, hanches, dos) que s’il est en surpoids. Dans les sports à catégories de poids comme la boxe, le sportif devra parfois mettre en place une démarche pour perdre du poids, par exemple pour passer dans la catégorie de poids inférieure où son «  allonge » fera plus mal … Mon expérience de 3 années comme un des médecins de l’équipe de France de boxe me conforte dans cette réflexion.

D’abord voici quelques explications pour comprendre :

°°°°°     Le carburant des muscles

°° Pour se contracter nos muscles utilisent les glucides comme carburant surtout si l’intensité de l’effort est élevée, et nos muscles utilisent plutôt des lipides (réserves de graisses) si l’intensité de l’effort est modérée et si le sportif a habitué son organisme à « marcher au gras » c’est à dire à être capable de brûler longtemps ses graisses avant de « taper » dans ses réserves de sucre ; dans les sports d’endurance (cyclisme, triathlon, trails, course à pied longues distances, etc.) l’objectif sera justement de pouvoir économiser le plus longtemps possible ses réserves de glucides en étant capable d’utiliser le plus longtemps possible ses réserves de graisses ; cette explication a le mérite d’être « didactique », mais en fait la filière glucidique et la filière lipidique sont associées ; sur un test d’effort un petit logiciel que j’ai mis au point me permet toutefois d’évaluer minute par minute le pourcentage de glucides et de lipides utilisés (ceci à partir de l’analyse des gaz expirés).

L’énergie tirée des glucides provient :

  1. Des sucres apportés après un repas et ces sucres se trouvent dans le sang qui circule.
  2. Des réserves de glycogène disponibles dans les muscles et le foie ; c’est à dire que l’organisme a « stocké » des réserves en transformant les glucides ingérés en glycogène.

 

°° L’énergie tirée des lipides (graisses) provient de la dégradation des lipides (dont la plupart sont situés sous la peau); cette dégradation libère dans le sang des «  acides gras libres » qui vont servir de carburant à condition que de l’oxygène soit présent dans les mitochondries (= les « petites usines » qui brûlent le carburant dans le muscle pour fabriquer de l’énergie) Donc il faut de l’oxygène pour bien brûler ses graisses, (« pas de bras pas de chocolat ! pause pub pour se détendre et mieux comprendre !! : http://www.dailymotion.com/video/xkfd3n_quot-pas-de-bras-pas-de-chocolat-quot_news ) donc « pas d’oxygène alors je ne peux pas bruler mes graisses » !) c’est à dire qu’il faut un bon « foncier » encore appelé un bon niveau d’ « aérobie » Pour avoir de l’oxygène il faut … RESPIRER, c’est à dire qu’il faut être capable de respirer … et selon l’intensité de l’effort, on peut avoir « la bouche de travers » et être quasi incapable de respirer, presque en apnée !!  Et donc « plus l’effort est intense moins je suis capable de brûler mes réserves de graisses » ; je teste d’ailleurs ce mécanisme en mesurant la saturation en oxygène du sang avant, pendant, puis après une apnée.

°° On peut bien « taper » dans les graisses à la SEULE CONDITION QU’il y ait un peu de sucre qui circule dans le sang ; donc exercice totalement à jeun : NON, ça diminue l’efficacité brûle-graisses !! Ainsi que je vais le détailler plus loin, il faudra avoir mangé des féculents la veille de la sortie à jeun.

Ces explications étaient un peu « hard » mais nécessaires pour comprendre deux choses essentielles : « si je veux perdre du gras, je dois effectivement m’entraîner à jeun mais aussi je dois réaliser un effort d’intensité modérée » Enfin un dernier élément : on ne peut pas bruler du gras dès le tout début de l’effort, il faut d’abord que l’organisme soit bien échauffé ; en « gros » la dégradation des lipides commence à être rentable au bout de 15 minutes de travail.

DONC :

  1. 1.       Je m’entraîne à jeun
  2. 2.       Mon effort doit être d’intensité modérée
  3. 3.       Je ne tape dans le gras qu’à partir de 15 minutes environ donc il faut que je fasse au moins un effort de 45 minutes pour taper dans mes graisses pendant 30 minutes !

Donc on peut perdre plus facilement du gras en faisant du sport à jeun ; mais aussi et peut-être surtout on va habituer l’organisme à être plus efficace dans l’utilisation des graisses. Ce point est essentiel dans les sports d’endurance (aérobie) de longue durée comme le cyclisme sur route, la course à pied longue distance comme le marathon, triathlon, ironman, trails de longue durée : activités sportives dans lesquelles en quelques heures les réserves de glucides (= le glycogène stocké dans les muscles et dans le foie) seront vidées ; celui qui a habitué son organisme à « rouler au gras » aura donc pendant son effort « économisé » ses réserves de glucides pour les utiliser sur le final !! ; C’est tout le problème du « fameux » mur du marathon aux 30 km …

Et au début de ce document j’ai bien expliqué que brûler des glucides permet de fournir un effort d’intensité plus élevée que lorsqu’on brûle des lipides ; et que le stock de glucides est vite épuisé et expose à la « panne sèche » en fin d’épreuve justement au moment où il faut « en mettre un gros coup » … Et aujourd’hui dans TOUS les sports on constate que la progression et la performance passe par UNE SEULE NOTION : ça doit aller plus vite (temps de passage) sur la deuxième partie de la course que sur la première !!!

 Tout ce que je viens d’énoncer semble compliqué mais en même temps c’est simple …

Du coup le protocole que je vais exposer est simple ; en sachant que les conseils que je vais énoncer ne peuvent être personnalisés pour un sportif en particulier ; je ne peux qu’évoquer des recommandations générales ; alors que ma conviction est que chaque sportif est différent, donc chaque dossier est différent, donc chaque protocole doit être différent…

Intérêt de l’entraînement à jeun, d’accord mais …

Sport à jeun, attention il existe des risques pour la santé : s’entraîner à jeun ça marche pour perdre des graisses inutiles et pour augmenter son potentiel aérobie mais ça peut être dangereux ; voici donc des mises en garde :

°°Prendre l’avis de son médecin traitant ou de son médecin du sport surtout s’il s’agit d’une reprise d’activité, ou si la personne présente un problème médical et/ou suit un traitement médicamenteux

°°Attention car cet exercice physique à jeun peut occasionner une hypoglycémie (fringale) qui peut se manifester par un « coup de moins bien », vertiges, maux de tête. La personne pourra alors ressentir des coups de pompe dans la journée.

°°Si l’effort est réalisé à une intensité trop élevée l’organisme aura –je l’ai expliqué- du mal à  « taper » dans les graisses (puisque pas assez d’oxygène) et donc pour trouver l’énergie nécessaire l’organisme va aller « taper » dans les protéines des muscles : d’où le risque de perdre de la masse musculaire ; ce qui n’est pas le but du « jeu » puisque le sportif abaissera alors son niveau de puissance alors que l’objectif est d’augmenter le rapport poids-puissance !

°°Quand l’organisme manque de sucre, il va « taper » (surtout si l’effort est d’intensité trop élevée) dans ses réserves de protéines en produisant un produit de dégradation qui sont les «  corps cétoniques » ; ces composés sont toxiques pour le cerveau.

EN PRATIQUE ( ouffff il serait temps !! )

  • Fréquence: réaliser une sortie matinale à jeun une seule fois par semaine pour le sportif peu entraîné, deux fois pour le compétiteur, 3 fois par semaine chez le sportif très entraîné ; plus souvent expose à des risques. Si le sportif réalise cet exercice 3 fois par semaine, ce doit être 3 jours espacés ! par exemple lundi mercredi vendredi.
  • Chaque sportif adaptera la durée de la sortie à SES sensations ; dépasser une heure de sortie (footing) me paraît inutile. Un cycliste pourra aller jusqu’à deux heures SI et SEULEMENT S’ il se connait bien, que son niveau d’entraînement est performant, et qu’il amène au cas où des aliments et boissons sucré (e)s
  • Bien boire (eau plate) la veille pendant toute la journée.
  • Manger des sucres lents (pâtes cuites « al dente » ou  riz basmati) la veille au soir de la sortie afin que le matin il reste dans le foie et dans les muscles un peu de réserves de glucides.
  • Ainsi que je le conseille à tous « mes » sportifs, mais là c’est essentiel : placer la nuit une petite bouteille d’eau à portée de la main et boire 3-4 gorgées si vous ouvrez l’œil la nuit
  • Dès le lever, quasi avant de poser le pied par terre, buvez un verre d’eau plate à température ambiante dans lequel vous ajoutez le jus d’un demi-citron (plutôt un citron vert)
  • Réalisez un petit réveil musculaire, quelques étirements tranquilles, quelques exercices respiratoires.
  • Un quart d’heure avant de partir buvez 3-4 gorgées d’eau plate.
  • Amenez dans une poche 3 sucres ou 2 pâtes de fruits qui seront à consommer immédiatement en cas de fringale (hypoglycémie)
  • Munissez-vous de 250 ml d’eau plate, à boire en trois fois bien réparties.
  • Prévoyez un parcours « en boucle » autour de chez vous : logique !! si vous avez un coup de moins bien, c’est plus rapide pour revenir ! Empruntez un parcours que vous connaissez, car un GPS piéton ou une appli iPhone ça marche à condition … d’être connecté !
  • Prévenez quelqu’un du détail de votre parcours et munissez-vous de votre téléphone portable
  • Ne débutez-pas la sortie « à bloc », respectez 5 bonnes minutes de  » chauffe  » progressive, surtout s’il fait froid (on craint plus une hypoglycémie si la température est basse)
  • La foulée sera fluide, vous devez toujours rester dans une filière aérobie, ce que j’ai l’habitude de nommer « conversationnelle » c’est à dire que « je suis virtuellement capable de discuter du film de la veille avec quelqu’un qui serait à mes côtés » Il est clair qu’un sportif très entraîné en foncier, à sensations respiratoires égales, aura une allure plus rapide que le sportif mal entraîné qui aura peut-être la « bouche de travers » à une intensité basse. En moyenne la fréquence cardiaque se situe entre 120 et 140, mais ce repère n’est pas fiable, de très loin je préfère évoquer la notion d’aérobie conversationnelle car le repère de SES sensations respiratoires est bien plus fiable.
  • En pratique, si on parle de vitesse : quelqu’un de « moyennement entraîné » tapera déjà dans ses graisses en marchant rapidement autour de 6 km/h ; un athlète très entrainé fera sa sortie autour d’une moyenne de 8km/h ; pas plus, ça ne sert à rien. Donc marcher, ça marche aussi !! Je recommande aux patients obèses qui me consultent de marcher simplement 30 minutes à jeun 3 ou 4 fois par semaine, et bien sûr d’adopter une alimentation adaptée.
  • Bien sûr que dans un objectif compétition ces sorties à jeun ne suffiront jamais et si un sportif se limitait à ce type d’entraînement il serait « arrêté complet, « diesel » complet » !! leur but est UNIQUEMENT de renforcer le niveau d’endurance et de taper dans le gras en complément d’un programme bien construit, bien programmé en fonction du calendrier sportif avec des sorties en intensité, du fractionné, le renforcement musculaire, le gainage.
  • Interrompre la sortie au moindre signe de « moins bien »

 

PUIS :

  • Prendre une douche, plutôt fraiche.
  • S’étirer ; s’habiller (pendant ce temps-là l’insuline reste basse après l’effort et le corps continue à « brûler » des graisses.
  • Consommer le petit déjeuner (pas question de rester à jeun, quitte à alléger ensuite le repas de midi) : il doit être composé de sucres lents (riz basmati ou céréales complètes ou pain aux céréales grillé avec un peu de confiture) et d’apports protéiques (un petit déjeuner riche en protéines ça stimule l’éveil et surtout ça répare la sollicitation des réserves énergétiques pendant l’effort, ça évite donc la fonte musculaire) : une tranche de jambon blanc bien dégraissée ou une tranche de dinde ou de poulet, un yaourt nature ou 30g de fromage de chèvre frais ou de St Moret allégé ; puis un peu de compote de fruits (« ça lave les toxines » ce qui ne veut rien dire ; disons que c’est un bon aliment qui alcalinise les cellules musculaires) ; comme boisson je conseille plutôt du thé vert peu infusé; si le sportif est vraiment en recherche de perte de poids et si ce petit déjeuner est consommé vers 11h, le repas de midi pourra être supprimé pour être remplacé par une collation très structurée vers 16h comprenant en particulier des sucres lents.
  • Puis bien boire pendant la journée

 

En conclusion : bien sûr cette démarche de courir (ou rouler) à jeun le matin présente des intérêts pour perdre du gras et renforcer ses capacités d’endurance; mais je précise à nouveau que cette technique doit être réservée au sportif qui se connait bien.

J’anime ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport, mais également je propose des séances de sophrologie pour le travail du mental, que le sportif peut télécharger sur son ordinateur ou son téléphone portable; ce travail du mental permet de gérer l’approche d’une compétition, améliorer le sommeil, mieux récupérer après l’effort, mieux gérer un décalage horaire, revenir plus vite après une blessure, apaiser le stress, augmenter les capacités de concentration, développer les réflexes, etc. ; pour tester gratuitement cet outil qu’est le travail du mental je propose une séance gratuite de sophrologie, dont l’objectif est d’apprendre à calmer le stress, à maîtriser les tensions.

J’ai conçu des séances de sophrologie pour le cycliste, des séances pour le travail du mental du joueur de tennis, des séances de sophrologie à télécharger pour le joueur de foot, etc. etc. Lorsque les charges d’entraînements  sont importantes, une technique me semble utile pour le sportif pour mieux récupérer : il s’agit de la microsieste.

Sportez-vous bien, prenez-soin de vous; merci de votre fidélité,

Jean-Jacques

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

92 Comments faire du sport à jeun fait maigrir et augmente les capacités d’endurance : conseils, protocole, mise en garde

  1. Jean Jacques Menuet

    gainage de la sangle abdominale sous les conseils d’un bon kiné; natation (palmer sur le dos)

  2. Vincent BRIZION

    Bonsoir,

    Tout d’abord, merci pour tous vos articles qui comportent bon nombre d’infos et de conseils utiles.
    J’ai 17 ans et je pratique le cyclisme en compétition.

    Je voudrais savoir si vous considérez cette « sortie à jeun » comme une séance d’entraînement à part entière ou plutôt comme une séance à rajouter dans une semaine qui peut compléter l’entraînement effectuer ? (comme par exemple placer cette séance entre 2 jours d’entraînement à la place d’un jour de repos)

    De plus, j’ai pour habitude d’effectuer des sorties de 80-100kms, 3 fois par semaine, fixer cette sortie à jeun à une cinquantaine de kilomètres (2h00) serait donc suffisant ?

    Enfin, pour ma simple curiosité, vous qui avait côtoyé le monde du cyclisme pro, ce type d’entraînement à jeun est il suivi par certains coureurs pro’ ?

    Merci d’avance
    Vincent

  3. Jean Jacques Menuet

    ok Vincent; d’abord j’invite à la plus gde prudence pour ce type de sortie à jeun; pas plus d’une heure; rouler en boucle autour de chez soi; pour moi il ne doit s’agir que de 1 à maxi 3 séances par semaine, en complément de l’ett classique; à réserver stt si perte de poids nécessaire et justifiée; attention de ne pas rechercher à perdre trop d epoids, ça se paye cash derrière; oui bien sûr les pros utilisent cet outil qd il reste 1 ou 2 kg à perdre; cdlt, et PRUDENCE; ok ? jjM

  4. Vincent BRIZION

    Bonsoir,
    Merci de cette réponse rapide. C’est noté ; je vais tenter l’expérience.. en restant prudent.
    « Prudence est mère de sureté »

    Merci encore.
    Vincent

  5. Vincent

    Je suis atteint du syndrome de Marfan et donc sous traitement bêta-bloquant. Courir à jeun est-il plus dangereux pour moi que pour une personne lambda ?

  6. Jean Jacques Menuet

    bjr; si vous êtes breton on peut se voir ! sinon consultez un médecin du sport; l’avis médical doit être personnalisé; bien cdlt, jjM

  7. suuntogirl

    Bonjour.
    Merci beaucoup pour votre article très bien écrit. Je cours souvent à jeun, j’aime ça car mes sens sont décuplé et mes sensations sont vraiment bonne. Pas plus tard que ce matin j’ai fait mes 1h15 de sortie à jeun. Du coup votre article vient renforcer mes connaissances sur le sujet.
    J’ai cependant une question concernant les abdos, avez vous un bon conseil sur des exercices pour renforcer efficacement les abdos du bas ventre?
    Merci d’avance.

  8. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; vraiment le mieux c de rencontrer un kiné du sport qui en direct fait la démonstration des exercices adaptés; cdlt, jjM

  9. dulac albert

    Merci sincèrement docteur , je prépare le 100km de Theillay le 30 aout .j’aimerai perdre 2 à 3 .Je cours pourtan depuis des années à jeun ; et j’ai du mal à maigrir j’ai 69 ans ?
    Est- ce plus difficile de maigrir en vieillissant ?
    2013 , j’a

  10. dulac albert

    Merci sincèrement docteur , je prépare le 100km de Theillay le 30 aout .j’aimerai perdre 2 à 3 .Je cours pourtan depuis des années à jeun ; et j’ai du mal à maigrir j’ai 69 ans ?
    Est- ce plus difficile de maigrir en vieillissant ?
    2013 , j’ai fait 2 marathons,165 km Stévenson,25 km à Gap trail championnat de france, et la Saintélyon : 1,70m pour 75 kg !!!
    Qu’en pensez vous très sincèrement.

  11. Jean Jacques Menuet

    bjr; non on peut perdre du pds à tout âge; je ne peux pas trop vous conseiller, chaque dossier est par édfinition individuel et donc chaque prise en charge est individuelle; cdlt, bonne chance; jjM

  12. surot

    bonjour . rouler à jeun représente pour moi une incontestable progression , j’ai l’impression de vraiment faire un entrainement ; grande tasse de café (deux sucres ) un abricot sec , toilette puis départ pour 1h 45 (un bidon d’eau sucrée légèrement ) 52 km , échauffement 15 mn de la même façon 15 mn retour au calme ; 64 ans 40 pulsations le matin au réveil . Amicalement

  13. Karim

    Je vous cite  »Quand l’organisme manque de sucre, il va « taper » (surtout si l’effort est d’intensité trop élevée) dans ses réserves de protéines en produisant un produit de dégradation qui sont les « corps cétoniques » ; ces composés sont toxiques pour le cerveau »

    A titre de rectification: les corps cétoniques sont des métabolites produits par la cétogenèse dans le foie à partir de lipides et surtouts d’acides gras. Leur dangerosité réside surtout dans l’abaissement du pH sanguin qui accentue l’excrétion de l’eau et des électrolytes des cellules sanguines et peut provoquer déshydratation, tachycardie et hypotension artérielle. Mais cela reste rare et dans cas de diabète type 1.

    Bien à vous
    http://www.gym-chezvous.com

  14. solange

    Bonjour Docteur,

    merci pour cet article bien calibrée. je suis actuellement un régime.je fais la danse et le tae bo 45 minutes tous les deux jours. j’ai deja perdu 10 kg mais ne perds pas au niveau des bras. je fais actuellement 60kg pour 155 cm. mon souhait serait de stabiliser à ce poids, mais l’inconvénient ce sont mes bras qui restent assez volumineux. pensez-vous que la course à pied a jeun me permettra de perdre du poid au niveau des bras? ou alors, pourriez-vous m’orienter vers un exercice pour faire diminuer et muscler mes bras? en vous remerciant par avance. Cordialement
    .

  15. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; si cela vous convient, la natation avec des plaquettes au niveau des mains pourrait être intéressante; cdlt, jjM

  16. Kanimba Sixbert

    Bjr Dr
    Merci d’abord pour votre aide à travers vos articles. J’ai presque tout compris mais il me reste une seule question. Moi j’ai commencé à pratiquer des exercices quotidiens pour tonifier mon ventre, mes bras et mes jambes. Je le fais à la maison en suivant les conseils des professionnels comme vous. Mais certains recommendent des courses à pieds reguliers pour parvenir à eliminer les graisses. J’en ai pas trop mais je veux vraiment voir ma silhouette plus ameliorée. Alors pensez-vous que la course à jeun peut suffir pour moi? Merci infiniment.

  17. Jean Jacques Menuet

    bjr et merci pour votre cmentaire; je ne peux pas gérer de dossier individuel à distance car chaque cas est particulier; c’est l’association de plusiuers outils qui permet d’obtenir un résultat: nutrition, activité physique; associé à la ercherche d’autres paramètres dont la biologie; consultez un médecin spécialisé pour vous aider; cdlt, jjM

  18. DeDe

    Très bon article cependant une question me trotte la tête, peut-on faire un entrainement en cote à jeun ou bien c’est plus concentré sur le footing sur le plat.

    Merci

  19. Jean Jacques Menuet

    ok; non, sur une séance de bosses les réserves protidiques des muscles sont mobilisées d’autant plus si ces muscles ne trouvent pas de carburant glucidique à leur disposition; d’où un risque de blessures musculaires et aussi de perte de puissance; bien cdlt, jjM

  20. Philippe

    Bonjour.
    Est qu’un complément en protéines en petit déjeuner permettrait d’éviter l’apport en sucre et du coup maigrir plus vite.
    PS bravo pour votre article très complet.

  21. Jean Jacques Menuet

    bjr; cet article est généraliste; mais chaque dossier est spécifique et demande une analyse et un protocole individuels; oui ds certaines situations, stt si recherche de perte de masse grasse, le pt déj pourra être protéiné; tout dépend aussi des charges d’entrainements de la journée, de la période ds laquelle le sportif se trouve par rapport à sa préparation et son calendrier de compéts; etc; cdlt, jjM

  22. jerome

    bonjour et merci pour les précautions apportées. je pratique le marathon, depuis peu le vélo et natation.
    peut on s’entrainer à jeun en natation, sachant que l’entrainement peut durer 1h30-1h45
    il y a t il un délai pour que l’organisme s’habitue à « rouler au gras »
    en moyenne quelle perte de poids en courant 3*45′ à jeun par semaine ?
    merci de votre réponse
    sportivement votre

  23. Jean Jacques Menuet

    bjr; j’ai pour habitude de déconseiller de nager le matin à jeun; une hypoglycémie peut occasionner un malaise; après, c’est à voir au cas par cas; à priori c plutôt non; cdlt, jjM

  24. Guillaume TETU

    Bonjour Jean Jacques.

    Tout d’abord félicitations pour votre site que je suis avec intérêt depuis le début.

    Depuis quelques temps, je vois quelques articles disant qu’il ne fallait plus forcément travailler à allure modérée mais au contraire à haute intensité (intermittent) pour augmenter la dette d’O2 afin d’avoir un « effet brule graisse retardé » ce qui va à l’encontre de ce qui se fait depuis longtemps.

    J’aimerais avoir votre avis de spécialiste là dessus. Exemple : http://www.superphysique.org/articles/4235

    Merci JJ 🙂

  25. Jean Jacques Menuet

    ok Guillaume; en fait il est possible d’alterner ces 2 types d’activités car ce ne sont pas les mêmes réserves de graisses qui sont mobilisées; l’activité en endurance va « chercher » les triglycérides sous la peau, l’activité fractionnées plus intense va plutôt chercher la « graisse brune »; cdlt, jjac

  26. Guillaume TETU

    OK jj
    Du coup, ce n’est peut être pas intéressant de mobiliser la graisse brune sachant qu’elle intervient, d’après ce que j’ai compris, dans la thermorégulation, la lutte contre le surpoids etc etc?

  27. Jean Jacques Menuet

    les deux démarches sont complémentaires; le pb c’est que c’est difficile de communiquer sur un site auprès d’internautes anonymes pour expliquer des exercices pd lesquels le risque de lésions est important (fractionné); allez, porte toi bien; avec mon amical souvenir; jjac

  28. Van Mich

    Bravo pour ce texte!
    Si c’ était juste pour perdre du poids, je ne prendrais pas le risque; mais là ça me donne bien envie d’ essayer.. Mais est-ce que améliorer son endurance ne fait pas baisser son niveau d’ intensité max ? (organisme plus performant en « conso de lipides » mais pert de l’ efficacité en « conso de glucides »?), même de façon infime?

  29. Jean Jacques Menuet

    ok; même pour un sportif qui pratique un sport qui n’est pas de l’ordre de l’endurance (foot, boxeur, sprinter, etc) il y a tjr intérêt à disposer d’un gros foncier pour bien gérer les charges d’etts, pour mieux récupérer et pour moins se blesser; et chez ces sportifs d’autres etts permettent le travail sur la vitesse, la force, l’intensité etc; tout est affaire de dosage au cas par cas; cdlt, jjM

  30. carole

    Bonjour monsieur, je suis une jeune fille de 19 ans je pèse 66 kg pour un mètre 68 et j’ai pratiquement jamais fait de sport que me conseillé vous pour me mettre au sport et perdre mes kilos en trop pour des muscles?

  31. Jean Jacques Menuet

    ok, je comprends ton questionement; le plus simple est peut-être 45 mns de marche à un bon pas 3 fois par semaine, si possible à jeun; mais entoure toi des coonseils d’un bon médecin du sport qui t’écouteras et prendra le tsp de et bâtir un pgr structuré; à distance je ne peux rie pour toi o bien tu te déplaces à St-Malo!!bien à toi, jjM

  32. le dantec yohan

    Bonjour je fait un régime alimentaire avec pour petit déjeuner 3 biscottes un yaourt au fruit un café sans sucre.et quand je fai une sortie a jeun en VTT de 1h15 es ce que cela suffit comme petit déjeuné. Merci d’avance et merci pour tous vos article

  33. Jean Jacques Menuet

    bjr; pas possible de conseiller à distance, un dossier de nutrition comprend de trop nbx aspects dont il faut tenir compte; juste c mieux s’il s’agit de biscottes complètes ou aux céréales; cdlt, jjM

  34. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; chaque cas est particulier, mais pour travailler le foncier bcp de joueurs incluent le vélo ds leur préparation d’intersaison; de même en retour d’une blessure; cdlt, jjM

  35. Bebin Cédric

    Bonjour Docteur,
    Tout d’abord un grand merci pour votre article.
    J’ai deux questions: Je reprends la boxe cette année (2,0,0 en 2010 et je souhaite refaire des combats cette année), en parallèle je débute en triathlon; un M en septembre 2014, un semi marathon en novembre, et je prévois un semi marathon en mars, un marathon en juin et en objectif de fin d’année, l’half ironman de Royan (septembre).
    première question: ces deux sports sont-ils compatibles?
    Mon rythme d’entrainements est le suivant: séance de boxe le mercredi et le vendredi,
    natation le lundi, fractionnées (course à pied) le mardi, footing jeudi, et une sortie longue en course à pied le week-end). Je pèse actuellement 85 kg pour 1m85, et je souhaite repasser en -81kg (j’ai 28 ans).
    puis-je ajouter les deux footing à jeun et quels jours me les conseillez vous?
    D’avance un grand merci pour votre réponse. Cédric

  36. Jean Jacques Menuet

    bjr; à distance et sans avoir les élts complets d’un dossier je ne peux vraiment pas donner de conseils précis; il est clair que ttes les activités que l’on pratique avec du plaisir et de l’envie sont des activités à poursuivre; et la boxe peut aussi se pratiquer, selon le niveau et les objectifs, en complément d’une activité foncière comme la cap ou le tri; donc c’est compatible; ok pour 2 footings (ou séance de home-trainer) à jeun à placer ds la semaine en fonction de nbx paramètres (horaires du job, disponibilité, horaires des autres etts, et ça je ne sais pas) mais pas le jour de la lgue sortie à pied; cdlt, jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *