XIPAMIDE DOPAGE SCHLECK TOUR DE FRANCE

Le 17 juillet 2012, présent comme médecin d’équipe sur le Tour de France, j’apprends que selon l’UCI Franck SCHLECK, coureur Luxembourgeois présent sur le Tour de France au sein de l’équipe cycliste Radioshak, est déclaré positif à l’issue d’un contrôle urinaire réalisé le 14 juillet dernier sur l’étape qui arrivait au Cap d’Agde ; l’équipe du coureur lui fait quitter la course le jour même. Le produit : du XIPAMIDE

En France cette molécule est présente dans un médicament : le « LUMITENS » qui est un diurétique (= il augmente le débit urinaire) ; ce médicament est destiné à lutter contre l’hypertension ou contre l’insuffisance rénale ; le LUMITENS est un produit à effet retard donc qui reste plus longtemps dans le corps qu’une forme dite rapide. Sans préjuger de la suite de cette affaire et pour n’évoquer qu’une réflexion générale, il est fréquent que l’utilisation d’un diurétique ait pour objectif de masquer ou plutôt d’activer l’élimination urinaire d’une substance dopante de sorte d’en raccourcir le délai de présence dans les urines ; parfois le diurétique est destiné à perdre du poids, « assécher » les muscles.

Si et seulement s’il s’avère que ce coureur s’est engagé dans une démarche de dopage, cette nouvelle est réjouissante puisqu’elle prouve que les produits sont détectables, à des doses de plus en plus minimes. Il est également clair que le sport cycliste s’est engagé dans une lutte concrète et non pas réduite à de la pure communication.

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport

Jean-Jacques Menuet médecin du sport, nutritionniste du sport

2 Comments XIPAMIDE DOPAGE SCHLECK TOUR DE FRANCE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *