BOXE: informations médicales diverses

Il s’agit d’un document qui reprend une intervention médicale que l’on m’a demandé de structurer lors de ma présence aux championnats de France de boxe à Dijon, en février 2010

Il s’agit d’un document qui reprend une intervention médicale que l’on m’a demandé de structurer lors de ma présence aux championnats de France de boxe à Dijon, en février 2010

°°°°°°°°°° 10 CONSEILS pour mieux récupérer après un entraînement qui a lieu par exemple de 18h30 à 20h

 

  • Si tu as beaucoup transpiré boire avant  la douche, en 5 minutes, tranquillement, 250 ml de Vichy St Yorre (= eau + sel + ça diminue l’acide dans les jambes)

Ensuite, tranquillement, boire en quelques minutes une boisson sucrée (eau plus du sirop que tu auras préparé dans un bidon avant  de partir à l’entraînement ; 500 ml) = ça recharge les réserves de sucre dans les jambes et dans le foie, car ces réserves ont été épuisées pendant l’effort. Ne pas boire glacé, et si boisson gazeuse tu l’agites un peu.

  • Bien sûr tu fais les étirements +++++ que ton coach t’a appris.
  • Au repas qui suit : si tu as beaucoup transpiré tu mets un peu plus de sel dans l’assiette ; éviter la viande rouge ; éviter les graisses ; si possible manger une assiette moitié féculents-moitié légumes ; si possible en dessert un yaourt aux fruits ou 250 ml de Yop, puis plutôt de la compote de fruits (ça retire un peu l’acide dans les jambes)
  • Bien boire jusqu’au coucher (pendant l’entraînement tu as perdu beaucoup d’eau, tu dois compenser cette perte)
  • Les dernières urines de la journée doivent être claires « comme de l’eau » sinon ça veut dire que tu n’as pas bu assez ; et donc il faut que tu reboives.
  • La température du corps doit s’abaisser un peu : tu peux donc prendre « vite fait » une douche tiède-froid une demi-heure avant  le coucher, pas plus de 16-17° dans la chambre, ne pas trop se couvrir. Surtout ne pas prendre de bain chaud, ça dilate les veines des jambes et tu récupéreras beaucoup moins bien.
  • Pour la nuit placer un coussin ou une couverture pliée sous le matelas du côté des pieds : les jambes seront donc un peu surélevées : ça nettoie mieux les toxines et les veines des jambes récupèrent mieux.
  • Avant  de te coucher, pendant un quart d’heure tu fais cet exercice : tu t’allonges par terre ou sur ton lit, tu remontes les jambes contre un mur pendant 20 secondes, puis tu les rallonges pendant 10 secondes, puis 20 secondes en haut, puis 10 secondes en bas, etc., pendant donc 15 minutes : ça « vide » bien les veines des « toxines »
  • Toujours prévoir de l’eau plate (du robinet) à portée de main car si tu te réveilles la nuit tu dois en profiter pour boire un peu.

 

°°°°°°°°°° 10 CONSEILS pour gérer la nutrition pendant une séance d’entraînement

 

  • L’échauffement : il sert à augmenter la fréquence cardiaque, la fréquence de la respiration, la dilatation des artères (dont les artères du cœur), la température des muscles ; et les hormones de l’effort se mettent progressivement en action.

 

  • Tu dois apporter TA bouteille d’eau ; car boire à plusieurs dans la même bouteille c’est un excellent moyen pour partager les virus, une gastro-entérite, un herpès, une hépatite, etc.  

 

  • Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire : quand tu as soif c’est que tu es déjà déshydraté ; donc tu dois commencer à boire dès le début de la séance, puis très régulièrement, par exemple 2 gorgées toutes les 10 ou 15 minutes. C’est la même chose si le matin tu vas faire un long footing ou une sortie à vélo d’une durée supérieure à une heure: c’est bien d’avoir sur toi une petite bouteille d’eau ou un bidon d’eau à boire un petit peu par un petit peu pendant cette sortie à pied ou à vélo; c’est aussi la même chose pendant une séance de musculation.

 

  • Au MINIMUM il faut boire 500 ml par heure ; si tu transpires beaucoup il faut boire plus.

 

  • Si tu présentes la moindre douleur (un muscle, un tendon, une articulation) : tu stoppes ton entraînement tout de suite, tu n’attends pas de voir « si ça va passer », s’il y a un coach tu lui signales tout de suite ; si tu es seul tu vas voir ton médecin le lendemain si ça ne va pas mieux.

 

  • Ne pas consommer pendant l’effort des boissons « énergisantes » qui sont plutôt utilisées pour « faire la fête » : elles déshydratent, augmentent la fréquence cardiaque, AUCUN médecin du sport ne les conseille …

 

  • Il faut que tu aies TOUJOURS dans ton sac de sport un tube de granules d’ARNICA  5CH et un tube de CUPRUM  5CH : si crampes, ou si moindre douleur : tu prends tout de suite 5 granules de chaque, que tu laisses fondre dans la bouche.

 

  • Si l’entraînement a été dur, intense, que tu as vraiment « mal » partout, dès la fin de cet entraînement tu prends 10 granules d’ARNICA  5CH

 

 

°°°°°°°°°° CONSIGNES pour arriver au poids sans prendre de risques pour sa santé

ATTENTION : ce que je vais évoquer dans ce document ce sont des généralités, car chaque boxeur est différent, et chaque catégorie d’âge ne demande pas la même prise en charge ; par exemple je ne suis pas trop d’accord pour qu’un boxeur cadet suive un « régime » pour perdre du poids alors qu’à son âge la croissance est en pleine évolution ; à l’inverse si on prend un boxeur de très haut niveau, il sera parfois difficile de lui faire corriger certaines habitudes, même si souvent on pourrait penser qu’il y gagnerait en performance. L’arrivée progressive au poids doit être gérée avant  tout par ton coach qui te connaît bien.

++Bien évidemment, et c’est le principal, le coach et son boxeur vont bien définir la catégorie de poids qui convient et qui peut évoluer d’une saison à l’autre et d’une compétition à une autre: en fonction de la taille du boxeur, de son allonge, de sa corpulence, du % de masse grasse (la collaboration avec un nutritionniste peut présenter un intérêt), et bien sûr en fonction de ce qui est possible en terme de santé (on ne va pas gratter les os !) et en terme de motivation (certains boxeurs sont plus rigoureux et plus motivés que d’autres) également le coach va analyser la valeur des autres boxeurs de la catégorie de poids dans sa région ou au niveau national.

++Ne JAMAIS s’y prendre en retard pour perdre du poids ; mon conseil : ne pas être à plus de 2 kg un mois avant  un combat, à plus d’un kg 15 jours avant.

++Ce n’est pas quand on s’aperçoit qu’on a pris 4 kg qu’on doit réagir ; pour moi, pendant toute sa saison le boxeur ne doit jamais être à plus de 2 kg de son poids de compétition.

++ C’est MAUVAIS pour la santé et pour la performance de faire trop de sacrifices pour être au poids ; en étant obligé dans les jours qui précèdent un combat de trop restreindre l’alimentation, en sautant des repas, en devant faire du sauna, des séances avec K-way ou sudisette, en suçant des glaçons ou en buvant de l’eau glacée pour couper la faim : tout ça c’est NUL et DANGEREUX. Un bon coach annulera un combat plutôt que de faire prendre des risques à son boxeur. Les risques : déshydratation, perte de force, hypoglycémie, moins de vigilance, les réflexes diminuent, la fatigue arrive plus vite. Pire encore : prendre des laxatifs, et je rappelle que prendre un diurétique (comme le Lasilix et de nombreux autres) c’est DOPANT.

++Pour un boxeur qui combat toutes les 4 ou 6 semaines c’est une faute professionnelle de reprendre plus de 2 kg après un combat.

++Comment perdre 500 (maxi 700) gr par semaine à l’approche d’un combat : manger un peu plus de légumes et un peu moins de féculents, un peu moins de pain, beaucoup moins de graisses, beaucoup moins de sodas, BN, biscuits, frites, bonbons, pâtisseries, sauces, mayo, sandwichs Kebab-mayo-frites ; boire du thé dans la journée (sans sucre), manger des yaourts nature plutôt que des yaourts aux fruits ou des danettes ; pour ceux qui veulent en savoir plus lire sur mon site l’article http://www.medecinedusportconseils.com/2009/12/03/comment-perdre-3-kg-par-mois-sans-prendre-de-risque-pour-sa-sante/

°°°°°°°°°° 10 conseils pour la journée du combat ; hypothèse pesée vers 17h et combat dans la soirée

On part de l’hypothèse que tu es certain d’être au poids

1.     Si possible ne pas faire la « fête » et ne pas se coucher tard dans les 4 jours qui précèdent. Un bon sommeil favorise la performance.

2.     La veille au soir pas de repas gras ; plutôt une bonne assiette de riz ou pâtes ou pommes de terre, de la viande blanche ou volaille ou poisson ; du pain ; un yaourt nature ; un fruit ou de la compote. La veille : boire régulièrement tout au long de la journée (si tu as la sécurité d’être au poids le lendemain) Juste avant  de te coucher : un peu de compote de fruits.

3.     Le petit déjeuner (sauf pour les lève-tard qui passeront directement au repas de midi) : du pain aux céréales ou des biscottes aux céréales, de la confiture ; ou un petit bol de céréales ; plutôt du thé ou du café car le lait est déconseillé le jour d’une compétition ; un yaourt nature ; un kiwi ou un verre de jus de fruits. Eviter les croissants, BN, brioche, pain au chocolat etc. car ce sont des aliments trop sucrés et trop gras.

4.     Le repas de midi : il doit être simple, très peu de graisses (sinon la digestion sera difficile) : riz ou pommes de terre ou pâtes ; pas trop de Gruyère ; plutôt 2-3 biscottes aux céréales.

5.     Boire régulièrement dès le matin sauf si le poids est limite (ce qui est une alors une FAUTE de ta part) ; de l’eau plate, éviter les boissons sucrées et les sodas.

6.     Après la pesée il faut consommer une collation, surtout si tu as mangé tôt à midi et surtout si tu combats plus tard que 21h ; un jus de fruits et un sandwich que tu auras préparé, par exemple thon ou fromage ou dinde ou poulet, mais il sera fait avec 2 tranches de pain de mie aux céréales (pas de pain « blanc ») puis un petit pot de compote. Ou alors le sandwiche remis par l’organisateur mais éviter la charcuterie.

7.     Pendant les 2 heures qui précèdent ton échauffement tu bois régulièrement, un petit peu par un petit peu (de l’eau plate avec un peu de sirop de fruits)

8.     Pendant l’heure de ton échauffement tu bois une gorgée toutes les 5 minutes (eau plate) ; si tu sens que tu as un peu faim, juste avant  ton échauffement tu prends une barre de céréales (vérifier que moins de 7-8% de graisses) ou une pâte de fruits.

9.     Juste avant  de quitter le vestiaire pour entrer dans la salle tu bois une petite gorgée d’eau, pas plus, et tu rinces bien la bouche.

10.  Entre chaque round tu veilles bien à boire une bonne gorgée, puis tu rinces bien la bouche.

 

°°°°°°°°°° ATTENTION, sans le savoir tu peux être POSITIF lors d’un contrôle anti-dopage

 

+++ Un contrôle anti-dopage (= prélèvement des urines) peut avoir lieu en compétition mais aussi à l’entraînement. C’est un des seuls moyens pour éviter la triche et te protéger contre ceux qui ne jouent pas le jeu ; donc un contrôle ce n’est pas une sanction.

+++ Dans les urines on retrouve tous les médicaments qui ont été pris par un sportif; il y a des médicaments autorisés, et il y a des médicaments interdits ; toi tu n’es ni pharmacien ni médecin DONC tu ne sais pas DONC à chaque fois que tu vois un médecin tu dois lui préciser que tu pratiques la boxe en compétition ; et chez le pharmacien tu demandes de bien vérifier que l’ordonnance ne contient aucun médicament interdit. Si un copain ou quelqu’un de ta famille te propose un médicament pour soigner un rhume ou autre chose, n’hésite-pas à téléphoner à ton médecin ou au pharmacien pour être certain que ce médicament est autorisé ; si tu as internet, tu tapes http://www.afld.fr/vidal.php , tu tapes le nom du médicament et tu as la réponse.

+++ ATTENTION aussi au CANNABIS ; le médecin n’est pas là pour juger, il est là pour expliquer et protéger la santé de ses patients ; ce que j’explique c’est que le cannabis n’améliore pas la performance, au contraire (moins de force, moins de lucidité, moins de réflexes), et qu’il est toxique pour la santé (gorge, bronches, cerveau) SURTOUT tu dois savoir que le cannabis se retrouve très facilement dans les urines ; si tu as fumé dans les jour set même dans les semaines qui précèdent tu seras positif au contrôle et tu seras sanctionné. Tu dois aussi savoir que dans un joint tu ne connais pas la concentration de cannabis, et surtout quelquefois ont été ajoutées au cannabis d’autres drogues pour que le fumeur de cannabis soient plus « accro » à son revendeur : coke, ecstasy et autres produits. Les autres drogues sont également facilement retrouvées.

+++ Si tu fais de l’asthme, de l’allergie, du diabète, et d’autres maladies, les produits que tu prends pour te soigner ne seront autorisés QUE SI tu envoies à l’ « AFLD » (Agence Française de Lutte contre le Dopage) un dossier appelé « AUT » (Autorisation d’Usage Thérapeutique) ; tout cela tu vois avec ton médecin traitant ; tout est détaillé sur le site de l’ « AFLD » : http://www.afld.fr/ ATTENTION +++++++ depuis début 2010 un produit a été inscrit sur la liste des produits interdits: il s’agit de la PSEUDOEPHEDRINE qui est commercialisée sous plusieurs noms et médicaments comme ACTIFED, SUDAFED, RHINADVIL, RHINUREFLEX, et de nombreux autres médicaments; j’ insiste +++++++++++  sur ces médicaments car leur prescription est très fréquente lorsque tu es enrhumé, que le nez coule, que tu as une sinusite, etc. donc de très nombreux médecins prescrivent ces produits qui peuvent te rendre positif à un contrôle anti-dopage; également des médicaments sont vendus sans ordonnance en pharmacie alors qu’ils contiennent ce produit dopant; donc, il faut TOUJOURS bien préciser au Pharmacien que tu es licencié dans un sport. Et aussi on retrouve la pseudo-éphédrine dans quelques produits en pulvérisations pour le nez.

4 Comments BOXE: informations médicales diverses

  1. Jean bernard

    Merci pour ces excellents conseils pour les boxeurs. J’aimerais vous poser quelques questions concernant vos articles :

    1 / Vous parlez de la compote de fruits qui retire un peu d’acide dans les jambes. Vous voulez sans doute parler d’une action sur l’acide lactique produit par l’effort. A plusieurs reprises vous conseillez la compote de fruits . Pourriez-vous m’expliquer en quoi une compote de fruit agit sur l’acide lactique. Merci.

    2 / J’ai remarqué chez certains boxeurs qui transpirent beaucoup qu’au bout d’un certain temps peut apparaître une carence en magnésium ( apparu suite à un contrôle des minéraux). Une carence est assez difficile à compenser par l’alimentation (chocolat, fruits oléagineux, bigorneaux, escargots ) pas exactement l’alimentation du boxeur. Je propose chez ceux qui transpirent abondamment des comprimés de magnésium ( 375 mg). Quel est votre avis sur la question ?

    3 / J’ai parfois un souci avec certains boxeurs ( souvent les meilleurs qui passent en fin de soirée en combat Main Event ) car ils sont pesés vers 18h, prennent une collation ensuite mais doivent attendre jusque 23h ou plus avant de monter sur le ring. Cela fait parfois 5 heures d’attente. La collation de 18h ne suffit pas, d’autant plus que le stress de l’attente augmente, qu’il y a un échauffement du boxeur pour le mettre en condition et je crains une petite hypoglycémie au moment d’entamer le combat. Leur donner une ration d’attente ne fonctionne pas bien car l’estomac se noue et ils n’ont pas du tout envie de manger ( ni de boire plus qu’une gorgée) à l’approche du combat. Actuellement je leur donne un comprimé de dextro energy toutes les 1/2h afin de maintenir la glycémie à un certain niveau. Mais je crains que ma méthode ne soit pas la bonne car c’est du sucre pur immédiatement assimilé avec une réponse immédiate d’insuline produite. Pourriez-vous me donner votre avis ainsi que quelques conseils concernant ce problème. Merci.

    Info importante concernant l’Actifed. Que proposez-vous en remplacement ?

    Cordialement
    Jb – entraîneur.

  2. Jean Jacques Menuet

    ok; voilà des questions de terrain !! c’est bien.

    La compote de fruits est un excellent aliment alcalin c’est à dire qu’il est anti-acide, il diminue l’acidité présente dans le sang, les muscles, les tendons, donc le sportif diminue le risque de blessures ultérieur; il y a d’autres aliments: un potage d elégumes, du pain aux céréales plutôt que du pain blanc, de la purée de pommes de terre qu’on peut mélanger avec de la purée de carotes.

    Je suis tout à fait d’accord pour le magnésium et l’intérêt de faire des cures

    Je constate que vous possédez de réelles bases de phyisiologie et de nutrition; effectivement le sucre rapide doit être évité; moi ce que je conseille souvent c’est de consommer une « boisson d’attente », pas mal de « mes » pros font ça; le « mes » est une honte, le boxeur appartient à son coach !! et non pas au doc, mais bon avec du savoir faire on s’attache à respecter la relation entre le boxeur et son coach et au final c’est le travail en équipe qui paye dès lors que chaqun respecte l’autre; pour la boisson d’attente (à tester OBLIGATOIREMENT sur plusieurs entraînements pendant les 2 heures qui précèdent l’entraînement): http://www.medecinedusportconseils.com/2009/10/23/la-boisson-dattente-et-dautres-techniques-pour-gerer-le-stress/ et toutes les 30 mns le boxeur peut consommer une bouchée de barre de céréales (en vérifiant que le¨% de graisses est inférieur à 10%); et pour s’assurer qu’il n’y aura pas d’hypo, 10mns avant de monter sur le ring je propose (à tester avant un entraînement) de prendre doucement en 2 mns un tube de concentré de glucose (on en trouve partout, par exemple chez Décathlon) et tout de suite après de bien rincer la bouche avec une gorgée d’eau. Tout cela c’est à TESTER, car mieux que moi vous savez bien que chacun de vos gars est différent.

    La pseudo-éphédrine est effectivement interdite; à la place moi je prescris des lavages se sérum physiologique, la prise d’un sachet de Fluimucil matin midi 18h pendant qqs jours, et dans le nez du Rhinotrphyl plusieurs fois par jour; le problème ce n’est pas les doses normales de pseudo-éphédrine que la plupart des patients prennent pour se soigner, c’est le fait que pour « énerver le coeur » et « stimuller le mental » certains sportifs en prennent probablement plus que la dose normale; et au final tout le monde paye.

    Bonne semaine; JJM

  3. Jean bernard

    Utiliser des aliments alcalins pour diminuer l’acidité présente dans le sang, c’est logique en fait. Nous allons suivre cela.

    Je ne pense pas que le boxeur ‘appartient’ à son coach. De la même façon que le fils n’appartient pas au père. Il y a bien évidemment cette idée de création et de formation d’un boxeur ou d’un fils qui est sous-jacente, mais sans plus. Comme vous le dites l’esprit et le travail d’équipe est primordial, et en définitive le boxeur ou le fils doivent vivre leur vie, ils s’appartiennent, nous ne sommes que des passeurs, c’est du moins mon point de vue.

    Concernant les boissons d’attente, je pense que je suivais déjà les grandes lignes tout en tenant compte des goûts des boxeurs ; par contre je vais tester les barres de céréales toutes les 30 mns, mais j’ai des doutes quant à l’acceptation par les gars. Le tube de concentré de glucose, cela je le testerai lors de sparring pour voir comment ils s’adaptent.

    Les consignes pour arriver au poids sans prendre de risques sont théoriquement idéales. Je pense que ce que vous proposez s’applique aux vrais boxeurs professionnels qui ont des ambitions internationales et qui sont des pros de la boxe à 100%, ou des membres de l’équipe de France amateur, ceux que vous côtoyez sans doute.

    Mais je vais être franc, il en va autrement dans mon environnement plus modeste qui est celui de boxeurs amateurs courants ainsi que de quelques boxeurs professionnels débutants et de niveau moyen. Tous comprennent bien la nécessité d’une stabilité du poids durant toute la saison. Mais, ils sont étudiants, d’autres ont des occupations professionnelles et l’alimentation est loin d’être idéale dans ce cas. Il y a aussi des contraintes, un boxeur désire parfois descendre de catégorie pour un championnat car il est bloqué par des cadors dans celle de son poids idéal. Parfois aussi le contrat demande une limite de poids à faire pour pouvoir conclure un combat assez alléchant sur le plan pécuniaire ( il faut bien en parler ). Je me suis trouvé devant des cas où le boxeur doit ‘perdre’ 3, 4 kg en une semaine. La réalité est que nous y arrivons, ce n’est en fait pas trop difficile surtout chez des poids moyens ou mi-lourds, cependant comme vous le dites, la perte de la force, du dynamisme, la fatigue et une diminution des capacités lors du combat sont bien réels, je l’ai vécu parfois douloureusement avec des boxeurs. Le yo-yo avec le poids, cela ne peut certainement pas être répétitif.
    Pour composer avec cela, mon truc est d’avoir des alliés, l’épouse, la compagne, les parents. Je les mets dans le coup question alimentation, cela doit être drastique mais équilibré, ils doivent veiller à ce que le boxeur s’alimente et SURTOUT le surveiller afin qu’il ne prenne pas de produits dits miracles dont les recettes hantent les clubs de boxe depuis des générations. Le souci majeur est que le boxeur ne prenne pas trop de risques avec sa santé sur le plan du poids; c’est assez paradoxal me disait une épouse, alors que mon mari va prendre des risques avec sa santé en prenant des coups sur un ring. C’est spécial la boxe ;-))

    A une autre occasion, je vous demanderai un avis concernant la modification du métabolisme les jours qui précèdent un combat. D’expérience, j’ai pu constater que le stress ‘ positif’ ou la préparation mentale du combat a comme effet d’augmenter le métabolisme. Le boxeur semble ‘manger’ nerveusement des calories. Sans rien faire de particulier, et avec une alimentation stabilisée, certains perdent du poids les jours de pré-combat.

    Je vais changer la pseudo-éphédrine par ce que vous proposez. Un grand merci pour cet avertissement, nous étions passés à côté et cela aurait pu coûter cher aux boxeurs..

    Bien cordialement
    Jb – entraîneur.

  4. Jean Jacques Menuet

    en voilà des éléments de terrain passionnants; quand je dis que « le boxeur appartient à son coach » je veux surtout dire que chacun doit respecter cette relation; trop de gens et « gourous » tournent autour des sportifs et le coach est là pour veiller à ce que son boxeur ne s’éparpille pas. Pour la pseudo-éphédrine, ne vous inquiétez pas, le drame c’est que personne n’est au courant, les infos n’arrivent pas sur le terrain; c’est une des raisons pour lesquelle j’ai construit ce site même si en aucune façon mon site ne remplace l’excellent site de l’AFLD. Oui dans les jours qui précèdent un objectif on voit très souvent le poids descendre: le boxeur ne perd ni du muscle ni du gras ni …. de l’os, mais très certainement les phénomènes hormonaux liés au stress font perdre de l’eau; de même que le transit digestif s’accélère; j’observe ça dans tous les sports; cordialement, JJM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *