Du sport à mon âge, mais Docteur vous n’y pensez pas !!

 

Il y a seulement cinquante ans, le sport avait mauvaise réputation auprès des médecins, et au moindre bobo on vous recommandait le repos. Maintenant, tout au contraire, les autorités sanitaires reconnaissent la SEDENTARITE comme l’un des principaux fléaux qui nous menacent, au même titre que l’alcool et le tabac. Pourquoi ? Notre organisme n’est pas à considérer comme une « réserve » qu’il faut économiser pour la faire durer, mais comme un ensemble de mécanismes qu’il faut faire fonctionner régulièrement pour éviter qu’ils ne ralentissent trop et ne finissent par s’éteindre.

 

On se met tout  de suite d’accord sur la définition du SPORT : je vous parle d’une ACTIVITE PHYSIQUE pratiquée en vue d’améliorer ses capacités. Il ne s’agit donc pas de préparer une compétition, mais de « développement personnel » pour utiliser un terme à la mode, ou plus modestement d’éviter de régresser.

En effet, on a coutume de dire que tout augmente, mais avec l’âge c’est plutôt l’inverse qui pose problème, tout tend à diminuer : la masse musculaire et la force qui va avec, la masse osseuse et voilà la fracture du col du fémur (entre autres) qui menace, la capacité pulmonaire et donc le souffle, la puissance cardiaque, la vitesse du transit intestinal (ce n’est pas anecdotique car ça influence la survenue du cancer du colon), sans oublier le déclin des fonctions sensorielles, intellectuelles, et du lien social. Triste constat !

Mais puisqu’il faut vieillir, peut-on limiter cette régression voire revenir en arrière ?  

 

Pas de solution miracle pour cela, et non je ne vais pas vous préconiser la DHEA ni aucune autre potion miracle. Notre organisme est ainsi fait que si vous prenez des hormones, il va aussitôt arrêter sa propre production déjà affaiblie par l’âge, et vous risquez de gros soucis quand vous arrêterez : pas certain qu’elle redémarre ! Alors la piste des protéines ? Miraculeux au début, car ces molécules sont de véritables éponges, 1 gramme de protéine fixe 6 grammes d’eau. Donc au bout de quelques jours ou semaines, vous voyez vos muscles gonfler (d’eau), ce que confirme la prise de poids. Mais dès que les reins ont réussi à éliminer tout cela, s’ils fonctionnent bien, vous voilà dégonflé, et là encore aucun bénéfice en terme de force musculaire.

 

Donc vous l’avez compris, pas d’échappatoire, il va falloir se résoudre à bouger. Mais rien de plus difficile que de modifier ses habitudes, surtout si elles remontent à l’enfance, et même si l’on est motivé. Comment procéder ?

 

D’abord il faudra faire un constat de départ : essayer de recenser l’activité physique actuelle par jour et par semaine, sans tricher. Faire vérifier par son médecin traitant qu’il n’y a pas de risque vital ignoré, surtout si vous ne le voyez pas souvent. Faites lui part de votre projet de reprendre de l’activité, il vous conseillera sur l’hygiène de vie, vérifiera votre statut vaccinal contre le tétanos, surveillera vos paramètres (en effet si vous jouez le jeu, vous pouvez voir votre diabète ou votre hypertension baisser, et il faudra adapter votre traitement)…

 

Ensuite il faudra se fixer des objectifs, mieux vaut qu’ils soient modestes et réalistes plutôt qu’ambitieux et vite abandonnés. Le minimum pour avoir un résultat en termes de santé est autour d’une demi-heure de marche rapide (2 km si possible) tous les deux jours pour s’entretenir, tous les jours pour récupérer des capacités. La simple promenade du dimanche quand il fait beau n’est pas inutile, mais bien insuffisante ! Veiller bien sûr à porter des chaussures adaptées, avec un excellent amorti, penser également à boire avant , éventuellement un peu pendant, puis après l’effort.

Evidemment si vous êtes un parfait sédentaire qui ne fait jamais plus de quelques centaines de mètres à la fois, il faudra démarrer doucement et allonger progressivement son périmètre de marche, en étant ASSIDU, c’est l’élément primordial. Votre médecin qui vous connaît bien, votre kiné, votre Podologue sont également des acteurs essentiels pour vous guider: quelle activité choisir qui soit adaptée à votre propre cas (chaque patient est différent)

 

Je parle de marche pour simplifier car c’est l’activité la plus simple et la moins coûteuse à mettre en place, mais vous pouvez adopter ou reprendre d’autres sports, ou mieux multiplier et diversifier vos activités.

 

Quelques ASTUCES : le chien ! Pas toujours évident de se promener seul, alors si vous n’avez personne de motivé pour partager votre projet, votre chien ou si vous n’en avez pas celui du voisin sera toujours enthousiaste pour vous accompagner. Et lui, il saura vous rappeler énergiquement qu’en rentrant du travail et avant  de passer à table il faut aller « promener une demi-heure !!! », lui il a la mémoire, lui il est motivé, même s’il fait froid ou qu’il pleut, il restera assis devant le placard où se trouve sa laisse, il ne vous lâchera pas !!!!!!!!!!

 

Les associations : il y a surement autour de vous des associations qui apprécient le concours de séniors bénévoles dynamiques pour les aider dans leurs manifestations ! Sans parler des associations sportives adaptées à vos capacités (Retraite Sportive, Cœur et Santé, clubs de gymnastique, de danse de salon et autres…); parfois il s’agira donc de retrouver un groupe, d’échanger, de communiquer

 

Encore une fois, ce qui compte c’est de persévérer. Pour toutes les raisons physiologiques que je vous ai énumérées au début, le bénéfice ne se fera sentir qu’au bout de plusieurs semaines, et se perdra bien vite aussitôt que vous baisserez les bras. Alors ne vous laissez pas décourager par le temps gris, la fatigue etc… Bien souvent il faut faire un effort pour démarrer, mais au retour la forme et le moral sont bien meilleurs. Evitez de vous trouver une excuse plusieurs jours de suite pour rester à la maison, le rythme se perd vite !

 

J’espère avoir convaincu certains seniors qu’il n’est jamais trop tard pour faire du sport, quel que soit l’âge auquel on se décide des progrès sont possibles. A 20 ans le sport c’est un loisir, une passion, on veut être le plus fort et le plus beau. Mais pourquoi ne pas rivaliser à 80 ans, dans sa catégorie bien sur ? On y gagnera en estime de soi et c’est déjà important, mais surtout en terme de santé, en faisant reculer la grande menace à cet âge, la DEPENDANCE.

3 Comments Du sport à mon âge, mais Docteur vous n’y pensez pas !!

  1. gerard

    un autre aspect du sport chez les seniors à developper: pour les seniors qui continuent à faire beaucoup de sport malgré leur age, comment evoluer vers une activité plus douce quand la condition physique est toujours tres bonne,la masse musculaire toujours presente mais les articulations plus fragiles,plus douloureuses,comment gerer le besoin d’endomorphines produites par l’activité intensive.comment faire la part entre les bienfaits du sport et les blessures ou accidents plus frequents?

    Excellentes remarques; et effectivement certains sportifs vont dépasser les limites de leur âge; il s’agit alors d’engager avec eux une discussion interactive et pédagogique pour expliquer et expliquer encore le cadre raisonnable à observer; mais ce n’est pas toujours facile; par exemple une solution peut aussi être de proposer au sportif âgé de suivre les progrès de son petit fils dans un sport, d’accompagner des joueurs en déplacement, etc

    J-Jacques

  2. marie clarisse

    Depuis septembre 2009, je pratique avec grand plaisir 2Xpar semaine la marche nordique, seulement je souffre terriblement des lombaires malgré de bonne chaussures achetées en magasin specialisé, je suis à l arret depuis avant Noel avec un super lumbago cote gauche. rdv chez osteo qui m’a un peu soulagée…J’aimerais quelques conseils?

  3. Jean Jacques Menuet

    ok; la marche nordique est un EXCELLENT sport que je conseille vivement; mal de dos ?? le problème est complexe et ne peut bien sûr pas être traité à distance, c’est logique; ce qui est sûr c’est que l’on doit respecter la règle de la « non douleur »: j’ai mal en faisant ça et bien je ne dois pas le faire; penser à un sport porté probablement mieux toléré: vélo, natation; penser à consulter un podologue, à s’assurer auprès de votre médecin traitant (lui seul peut vous guider) qu’il n’y a pas au scanner ou à l’IRM un débord discal voire une hernie discale, etc etc; cordialement à vous et dsl de ne pouvoir vous renseigner plus; JJM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *