sport asthme et froid: attention DANGER, voici des conseils de terrain pour lutter contre l’asthme d’effort quand il fait froid

Asthme, froid, sport : attention danger, quels conseils pour le sportif qui fait de l’asthme

L’asthme d’effort est une réalité dans les sports d’endurance, toutes les études montrebt la prévalence d’un asthme d’effort chez 40 à 50% des sportifs d’endurance: course à pied, triathlon, cyclisme, ski.

Lire à ce sujet ma réflexion sur l’asthme d’effort chez le sportif, qui est vraiment un problème de santé publique ; c’est le rôle du médecin du sport de dépister cet asthme d’effort, de le traiter, et de préciser au sportif les conseils adaptés.

Quand il fait froid l’organisme est plus fragile, il se défend moins contre les infections ; et la bronche est plus fragile : exposée au froid elle s’enflamme plus facilement et son calibre se réduit.

Il faut tenir compte de la température « ressentie » et non pas seulement de la température réelle ; par exemple sur un vélo, si le thermomètre affiche une température de 10°, la température ressentie sera de 4 à 6°, surtout … dans les descentes.

Voici donc des conseils pour le sportif asthmatique quand il pratique son activité et qu’il fait froid; bien sûr cet article ne remplace pas la prise en charge dont le sportif bénéficie, de la part de son médecin traitant et/ou de son pneumologue.

  1. Boire chaud avant de débuter l’activité: la bronche sera moins « stressée »
  2. Le sportif doit scrupuleusement prendre le traitement qui lui a été prescrit par son médecin ou son pneumologue.
  3. D’abord bien se couvrir, les vêtements techniques sont performants.
  4. Je conseille de s’échauffer … au chaud !! Pourquoi : si l’organisme, surtout les bronches le nez et la gorge, est brutalement exposé au froid, le traumatisme du froid peut déclencher une réaction avec une inflammation des muqueuses et le risque d’infection est alors majoré; et chez l’asthmatique une réaction des bronches est à craindre si l’exposition au froid est rapide : le calibre des bronches va se réduire. Je conseille donc de s’échauffer 15 à 20 minutes, dans une pièce à température normale : par exemple sur home trainer s’il s’agit d’un cycliste.
  5. Couvrir le front et le cou ; pourquoi : parce que la région principale qui informe de la sensation de froid c’est le front ; un bandeau, ou un bonnet ou une cagoule. C’est un conseil à suivre chez le cycliste ou le coureur à pied.
  6. Boire chaud ! Il existe des bidons isothermes pas chers qui conservent assez longtemps la chaleur d’une boisson, comme du thé avec du miel. Boire chaud ça permet de diminuer la réaction inflammatoire et spastique des bronches.
  7. L’arrêt de l’effort doit absolument être progressif, il faut respecter cela, car très
  8. Dès la fin de l’effort: prendre rapidement la douche, ne pas traîner, s’habiller chaudement, boire chaud et sucré. Chez le sportif asthmatique boire chaud après l’effort limite le risque de crise d’asthme, car souvent les bronches se serrent à nouveau dès la fin de l’effort.

Voilà pour ces simples conseils, issus de mon expérience de terrain mais aussi et surtout de votre expérience de sportifs, amateurs comme professionnels.

Bien à vous et un grand merci pour votre sympathie et votre fidélité sur ce site qui a déjà été visité 6.500.000 fois depuis sa création !

J’anime également un site sur lequel peuvent être téléchargées des séances de sophrologie ; pour découvrir cet outil simple de travail du mental ; si certains d’entre vous éprouvent des sensations bénéfiques en écoutant une de ces séances, alors il peut être intéressant de mettre en place un travail individuel avec un professionnel qui a l’expérience des techniques de travail du mental. A ce sujet je vous encourage à travailler avec des intervenants qui ont une formation reconnue, et une réelle expérience dans le milieu du sport; trop de « gourous » trainent dans le milieu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *