10 conseils pour se protéger contre le froid quand on fait du vélo, conseils de terrain pour lutter contre le froid

Comment se protéger du froid quand on fait du vélo, comment lutter contre le froid en course à pied

Il fait froid, voici quelques conseils de terrain pour lutter contre le froid ; quand il fait froid l’organisme est plus fragile, il se défend moins contre les infections ; les tendons sont vulnérables, et le risque de blessures est accru. Quand il fait froid on brûle plus de calories (pour lutter contre le froid), donc le risque d’hypoglycémie est augmenté. Egalement les bronches sont plus fragiles, surtout si le sportif présente un asthme d’effort.

Il faut tenir compte de la température « ressentie » et non pas seulement de la température réelle ; si le thermomètre affiche une température de 10°, la température ressentie sur le vélo sera de 4 à 6°, surtout … dans les descentes.

Voici donc 10 conseils pour avoir moins froid, des trucs et astuces pour rouler quand il fait froid; ces conseils contre le froid sont également valables pour les adeptes de la course à pied :

  1. 500 mg de vitamine C le matin, c’est un bon moyen pour protéger l’organisme contre les infections l’hiver. Ou alors un kiwi ou un jus de citron, ou 2 clémentines. Bien manger avant de partir rouler ou courir ; boire chaud.
  2. D’abord bien se couvrir, les vêtements techniques sont performants.
  3. Je conseille de s’échauffer … au chaud !! Pourquoi : si l’organisme, surtout les bronches le nez et la gorge, est brutalement exposé au froid, le traumatisme du froid peut déclencher une réaction avec une inflammation des muqueuses et le risque d’infection est alors majoré; et chez l’asthmatique une réaction des bronches est à craindre si l’exposition au froid est rapide : le calibre des bronches va se réduire brutalement dès les premières minutes de l’effort. Egalement le risque de tendinite est augmenté si on s’expose brutalement au froid. Je conseille donc de s’échauffer sur home-trainer 15 à 20 minutes chez soi (garage de la maison, ou dans l’appartement), le corps est alors chaud, l’organisme a mis en place les processus physiologiques de l’effort, on peut sortir. Mêmes conseils pour la course à pied: quelques exercices d’échauffement au chaud avant de sortir.
  4. Couvrir le front et le cou ; pourquoi : parce que la région principale qui informe de la sensation de froid c’est le front ; un bandeau, ou un bonnet ou une cagoule. On se refroidit moins si on couvre le front, les oreilles, la tête.
  5. Protéger les mains : si le budget est limité le coureur peut utiliser des gants de plongée, ça coupe du vent, c’est imperméable. L’astuce: mettre d’abord une fine paire de gants en soie (synthétique) puis les gants de plongée ou des gants plus techniques; mais ces 2 couches de gants protègent mieux.
  6. Protéger les pieds avec des couvre-chaussures ; en néoprène ; des chaussons de plongée peuvent être utilisés (pour les cyclistes: les découper pour passer les cales)
  7. Boire chaud ! Il existe des bidons isothermes pas chers qui conservent assez longtemps la chaleur d’une boisson, comme du thé avec du miel. Boire chaud ça permet de lutter contre le froid. Et chez l’asthmatique ça diminue la réaction inflammatoire et spastique des bronches. Pendant l’entraînement la boisson aura un peu refroidi et sera tiède.
  8. Ne pas hésiter à protéger les genoux, surtout si le coureur présente une fragilité telle que des tendinopathies des genoux ; exposés au froid les genoux sont vulnérables. On peut découper un carré d’une feuille d’emplâtre chauffant.
  9. La nutrition quand il fait froid : bien boire pendant l’entraînement même s’il fait froid !! Ce n’est pas parce qu’il fait froid qu’il faut boire moins. Il faut apporter plus de calories que d’habitude car se défendre contre le froid amène à dépenser plus d’énergie, le risque d’hypoglycémie est augmenté. Donc il faut bien sucrer la boisson ; ne pas hésiter, selon la durée de la sortie, à emmener des pâtes de fruits ou des barres de céréales, ou des gels de glucose.
  10. Dès la fin de la sortie : prendre rapidement la douche, ne pas traîner, s’habiller chaudement, boire chaud et sucré. Chez le coureur asthmatique boire chaud après l’effort limite le risque de crise d’asthme, car souvent les bronches se serrent à nouveau dès la fin de l’effort.

Voilà pour ces simples conseils, issus de mon expérience de terrain mais aussi et surtout de votre expérience de coureurs, amateurs comme professionnels.

Bien à vous et un grand merci pour votre sympathie et votre fidélité sur ce site qui a déjà reçu 9.000.000  de visites depuis sa création !

J’anime également un site sur lequel peuvent être téléchargées des séances de sophrologie ; pour découvrir cet outil simple de travail du mental ; si certains d’entre vous éprouvent des sensations bénéfiques en écoutant une de ces séances, alors il peut être intéressant de mettre en place un travail individuel avec un professionnel qui a l’expérience des techniques de travail du mental. A ce sujet je vous encourage à travailler avec des intervenants qui ont une formation reconnue, et une réelle expérience dans le milieu du sport; trop de « gourous » trainent dans le milieu …

Jean-Jacques Menuet, médecin référent de l’équipe Fortunéo-Vital Concept

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *