Dimanche 5 juillet, la chronique du dok de l’équipe Bretagne Séché Environnement sur le Tour de France 2015 ; 1ère étape en ligne Utrecht-Zélande, un final dantesque

Dimanche 5 juillet, la chronique du dok de l’équipe Bretagne Séché Environnement sur le Tour de France 2015 ; 1ère étape en ligne Utrecht-Zélande, 165 km avec une arrivée digne d’une course au large, car les derniers kms se déroulaient sur une digue, secouée par les vents de mer ; bref un mélange de Tour de France et de Route du Rhum …

Dès l’arrivée à l’hôtel j’ai accompagné un de nos coureurs au centre hospitalier d’Anvers pour le bilan d’une diarrhée persistante depuis quelques jours malgré un traitement structuré et une nutrition adaptée ; une origine virale banale a été confirmée ; les choses devraient rentrer dans l’ordre maintenant ; le coureur s’est battu avec beaucoup de courage pour rallier l’arrivée aujourd’hui. Nous avons quitté l’hôpital vers 23h30, ce qui explique que j’ai pris du retard à rédiger cette chronique aujourd’hui …

On avait prévu de la cryothérapie en arrivant à l’hôtel, mais les températures ont beaucoup diminué, moins 20 degrés par rapport à hier … De plus on est arrivé tard à l’hôtel, les coureurs ont dîné tard, vers 21h, et le staff est sorti de table à minuit ; grosse journées.

Un petit mot sur les massages ; Élodie notre kiné masse 2 coureurs, Boris le kiné-ostéo n’en masse qu’un pour être disponible pour les soins éventuels d’ostéopathie concernant les coureurs. Ensuite 3 assistants sportifs massent chacun 2 coureurs. Un massage dure une heure, il correspond aussi à un moment privilégié pour le coureur qui peut se détendre et verbaliser avec son masseur les bons et mauvais moments de la journée. Le massage se termine par un drainage veineux pour optimiser la récupération. Le masseur sait créer un espace d’intimité pour détendre son coursier : musique, pénombre dans la pièce, ton de la voix, respect de moments de silence. Certains masseurs utilisent des huiles essentielles pour renforcer le climat de détente.

Demain c’est la 3ème étape : Anvers – Huy, avec l’ascension finale mythique du mur de Huy. Il faudra que les coureurs se placent bien avant ce « mur » final ; la victoire d’un puncheur est possible, pour reprendre le maillot jaune. Départ 13h40, arrivée autour de 17h15

Bien à vous, et on se donne rendez-vous demain soir !

Egalement vous trouverez sur ce site des séances de sophrologie à télécharger, pour le travail du mental du sportif, en particulier du cycliste.

Jean-Jacques Menuet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *