Tendinite genou , TFL , syndrome de l’essuie-glaces , tenseur du fascia lata , syndrome de la bandelette de Maissiat, conseils et traitement de cette tendinite du genou

Les tendinites du genou, avec dans cet article les notions essentielles sur le « TFL »

Plusieurs dénominations sont employées pour cette tendinite fréquente du bord latéral externe du genou : le TFL, le syndrome de l’essuie-glaces, la tendinite du fascia lata, le syndrome de la bandelette de Maissiat

Cliquer ci-dessous pour accéder à l’article

Le fascia lata c’est quoi ? : c’est un large bande fibreuse ; en quelque sorte c’est une « grosse corde », très solide, qui stabilise le genou ; en haut cette bande  s’insère sur le bassin (au niveau de l’épine iliaque antéro-supérieure) ; sur le côté de la fesse ses fibres sont intriquées avec des fibres des muscles fessiers ; puis cette « corde » descend le long de la face externe de la cuisse pour s’insérer en bas sur la face externe du tibia ; lorsque le genou se plie puis s’étend cette bandelette vient « frotter » d’avant en arrière contre la face externe du genou, donnant ainsi une sensation d’essuie-glace lorsque ce tendon est trop tendu et enflammé.

Cette tendinite du genou est surtout rencontrée en course à pied, mais aussi chez le cycliste.

Vous trouverez dans cet article des conseils pour soigner cette tendinite du genou.

Son début est le plus souvent progressif, au fur et à mesure des entraînements.

La douleur est localisée à la face externe du genou, le plus souvent d’un seul côté.

Au début la tendinite n’apparaît que pendant l’effort, puis elle est présente au repos, par exemple à la montée-descente des escaliers.

Toute douleur, en particulier toute tendinite, nécessite de consulter un médecin, c’est la première règle ; car on ne peut bien soigner une douleur que si on sait quelle est sa cause ; ce n’est certainement pas en « manipulant » un genou ou le bassin ou le dos qu’on apporte une solution intelligente ; soigner une douleur ne sert à rien si on n’en trouve pas la cause ; car c’est cette cause qu’il faut prendre en charge ; il ne faut pas attendre : le sportif doit consulter dès l’apparition des premières douleurs ; ma longue expérience de terrain m’amène à affirmer que trop souvent le sportif attend de parvenir à un stade chronique de sa douleur ; il ne devra alors pas s’étonner qu’il sera beaucoup plus compliqué d’apporter une solution.

Le médecin recherchera d’autres causes de cette douleur du compartiment externe du genou : une atteinte du ligament latéral externe, une atteinte du ménisque externe, une arthrose fémoro-tibiale externe, une instabilité de la rotule avec hyperpression externe.

Le médecin pourra confirmer le diagnostic de TFL en fonction de ces éléments :

  • L’interrogatoire du sportif : c’est l’élément principal pour faire le diagnostic.
  • Le test de Renne : le patient est en appui sur un seul pied, genou fléchi à 30-40°, ce qui déclenche la douleur.
  • le test de Noble : le sportif est allongé sur le dos ; le médecin exerce une pression directe de la face externe du condyle fémoral externe, à 3 cm au-dessus de l’interligne articulaire, ce qui déclenche la douleur lors de la mise en extension passive du genou aux alentours de 30° de flexion.
  • L’examen postural : on retrouve volontiers un « genu varum », souvent des pieds creux.
  • L’examen de la chaussure de sport  : oui, on examine le sportif, il faut aussi analyser le matériel ! assez souvent on retrouve une usure des bords externes des chaussures, évoquant des appuis « supinateurs »
  • Chez le cycliste il faut examiner les chaussures de vélo, la position des cales, la hauteur de selle, etc. etc ; si besoin faire pédaler le cycliste sur home-trainer et analyser le coup de pédale, la position.

Les traitements et les conseils pour prendre en charge cette tendinite du genou :

Mon expérience de terrain m’amène à affirmer qu’on ne soigne pas une tendinite juste avec un médicament ou un seul conseil, mais avec l’association de nombreux paramètres qui doivent être mis en place, même si ça demande de « rallonger » la durée de la consultation … :

  • D’abord et avant tout corriger la cause : les chaussures, la position sur le vélo, la foulée, etc. etc.
  • Le recours à un bilan postural et podologique est donc essentiel, réalisé par un podologue du sport ; ce bilan doit être statique et dynamique ; relire : http://www.medecinedusportconseils.com/2010/08/05/il-est-essentiel-de-consulter-regulierement-un-podologue-du-sport-pourquoi/
  • La règle de la « non douleur » doit être respectée : « je ne fais pas ce qui fait mal, tout ce qui ne déclenche pas la douleur je peux le faire » : trop souvent le sportif blessé se met au repos complet ; NON !! tout au contraire c’est l’occasion aussi de mettre en place des activités trop souvent négligées comme le gainage, les étirements, du renforcement musculaire.
  • Appliquer du froid (masser avec un glaçon ; ou poches de glace ; attention de ne pas se brûler…)
  • Application quotidienne de cataplasmes d’argile verte concassée ou en poudre (en magasins bios, 5€ le kg) : reconstituer avec de l’eau, appliquer par-dessus une compresse une épaisseur de 2 centimètres de cette « boue », laisser au contact pendant 2 heures.
  • Kinésithérapie avec de la physiothérapie, de la cryothérapie, des « MTP » (massages transverses profonds) ; le kiné doit montrer au sportif comment réaliser les étirements : s’étirer c’est bien à condition de parfaitement maîtriser les techniques ; je conseille toujours au sportif de faire filer les séances d’étirements chez le kiné, pour les refaire à la maison. Il faut étirer les TFL ais aussi les muscles fessiers ; également les cordes postérieures (ischio-jambiers) Parfois la réalisation d’ondes de choc radiales donne de bons résultats.
  • La mésothérapie peut être un appoint intéressant.
  • La prise par voie orale d’anti-inflammatoires et de décontracturants musculaires est souvent prescrite.
  • Les infiltrations de corticoïdes : oui si et seulement si un traitement bien conduit a d’abord été mis en place avec des résultats insuffisants; elle ne peut être réalisée que si une échographie a vraiment retrouvé des signes inflammatoires, par exemple une bursite ; attention de respecter la règlementation anti-dopage qui demande de rédiger un dossier justificatif, en particulier dans le sport cycliste.
  • Les injections de PRP (plasma riche en plaquettes) ; je recommande très volontiers cette technique qui, lorsque l’indication est bien posée, donne de très bons résultats ; le praticien doit être expérimenté.
  • La chirurgie : plusieurs techniques comme le peignage du tendon, ou l’allongement du tendon.
  • La nutrition, l’hydratation : OUI ! Et il faut « profiter » de la prise en charge de toute tendinopathie pour vérifier que le sportif observe des règles diététiques correctes ; relire : http://www.medecinedusportconseils.com/2009/10/04/tendinite-et-nutrition/

 

J’anime ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport sur lequel vous trouverez environ 400 articles, mais également je propose sur un autre site

https://www.seance-sophrologie.com/

 des séances de sophrologie à télécharger pour prendre en charge des maladies psychosomatiques avec par exemple une séance de sophrologie pour calmer la colopathie fonctionnelle, des séances de sophrologie contre la migraine, des techniques pour apaiser le stress, des séances de sophrologie pendant la grossesse, des séances de sophrologie pour mieux dormir ; vous pouvez également télécharger des séances de sophrologie pour préparer un concours ou un examen, trouver des conseils pour augmenter la mémoire. Je propose également des séances de sophrologie pour l’arrêt du tabac, et de nombreux autres thèmes.

Le coût pour télécharger ces nombreuses séances est modique ; le webmaster qui gère le site doit gérer fort logiquement des frais ; mais pour tester gratuitement cet outil qu’est le travail du mental je propose une séance gratuite de sophrologie, dont l’objectif est d’apprendre à calmer le stress, à maîtriser les tensions.

J’ai conçu des séances de sophrologie à télécharger pour travailler le mental chez le sportif, par exemple de la  sophrologie pour le cycliste, des séances pour le travail du mental du joueur de tennis, des séances de sophrologie à télécharger pour le joueur de foot, etc. etc. Lorsque les charges d’entraînements  sont importantes, une technique me semble utile pour le sportif pour mieux récupérer : il s’agit de la microsieste, cette technique est également utile si l’étudiant en période de révisions est obligé de réduire son sommeil : grâce à la microsieste il pourra ainsi mieux récupérer et réparer les conséquences d’un sommeil insuffisant.

 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

    –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

———————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *