Les huîtres et le sport !! intérêt de consommer des huitres, composition nutritionnelle des huitres

 

L’idée classique est que les huîtres se consomment l’hiver, surtout pendant les fêtes ; mais on peut considérer que l’on peut manger des huitres toute l’année. Les huîtres apportent au niveau nutritionnel d’excellents éléments que je vais détailler, avec un intérêt tout particulier pour le sportif. De façon générale les huîtres sont bénéfiques pour notre santé.

 

Jean-Jacques Menuet,

 

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

 

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

 

———————–

L’ « histoire » des « mois en r » où on doit consommer les huîtres n’a plus de sens : les ostréiculteurs ont développé des moyens considérables (conservation, « récolte », transport) qui permettent d’affirmer qu’on peut et qu’on doit manger des huîtres toute l’année.

Je suis nutritionniste du sport et … malouin, … du coup je me dois quand même de faire un peu de « pub » pour cet aliment naturel, sain, marqué du « sceau » de la mer, ancré dans une culture, et qui est un trésor de santé.

D’abord l’huître est peu calorique (sauf si vous  consommez plein de mayo !), elle est très pauvre en lipides (moins de 1%, même pour les variétés d’huîtres « laiteuses »), donc le sportif qui se doit de perdre un peu de poids peut intégrer de temps en temps la consommation de cet aliment ; elle est très riche en minéraux, en oligoéléments, et en antioxydants ;dont le zinc, la vitamine C, le sélénium, la vitamine E, le cuivre, le magnésium, et le fer. L’huître contient par ailleurs 9% de protéines.

Sportifs : une douzaine d’huîtres apporte plus de la moitié de la ration de fer dont vous avez besoin ; sans aller jusqu’à en consommer pendant un match, ou en mettre dans un bidon de course (quoique l’apport de sel serait intéressant !), consommer des huîtres 2 ou 3 fois par mois s’inscrit dans le cadre d’une nutrition équilibrée.

 

Beaucoup de « fantasmes » sont rapportés sur les huîtres : allergies, intolérance, toxicité … Effectivement sévissent souvent l’hiver des épidémies de gastro-entérites virales mais qui n’ont rien à voir avec la consommation des huîtres ; mais comme c’est la période de l’année où la consommation des huîtres est fréquente, on a vite fait de faire le rapprochement entre une « gastro » et le fait d’avoir consommé des huîtres.  Et puis Il faut simplement un peu de bon sens : bien sûr que les huîtres ça contient du sel, donc les personnes soumises à un régime peu ou pas salé éviteront cet aliment. De même j’ai toujours recommandé aux femmes enceintes d’éviter de consommer des huîtres crues.

Une petite idée pour un dîner sympa peu calorique et équilibré : simplement une douzaine d’huîtres, et quelques toasts de pain de seigle ; le pain de seigle est riche en fibres pour une bonne écologie du tube digestif, riche en antioxydants vitamines et minéraux ; également le pain de seigle contient des lignanes végétales et des isoflavonoïdes, deux types de phytoestrogènes qui auraient une action préventive contre certains cancers (colo, sein) Ce pain de seigle est un excellent « sucre lent » (c’est à dire qu’il permet le maintien prolongé du taux de sucre dans le sang), et les fidèles lecteurs de ce site savent quel est l’intérêt de la consommation des sucres lents (désolé … maintenant on dit : sucres à « index glycémique bas »…) chez le sportif.

Il faut mastiquer longuement les huîtres et ne pas les « gober » ; car l’huître se digérera elle-même grâce à ses propres sucs digestifs libérés par la mastication ; et puis la garder plus longuement en bouche permet bien sûr de mieux en apprécier la saveur: obligatoire …

Sur ce site vous trouverez des recettes et des compléments d’information sur l’ostréiculture :  http://www.saveursdupaysdesaintmalo.fr/huitres-prod34.html

En ma qualité de médecin je tiens aussi à souligner la pénibilité du travail pour les personnes qui ont un emploi dans l’ostréiculture, et d’ailleurs il s’agit souvent de femmes. Le travail se réalise bien sûr en ambiance humide, l’eau est froide, les épaules, les mains, le dos sont soumis à des contraintes majeures. Le « détroquage » (opération qui consiste à détacher et séparer les jeunes huîtres) est très contraignant pour les articulations des doigts.

Voilà pour ce petit clin d’œil à cet aliment plein de vertus nutritionnelles !

Bien cordialement à tous et merci pour votre fidélité  sur ce site qui va bientôt dépasser 1.300.000 visiteurs …

—————–

 

Jean-Jacques Menuet,

 

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

 

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

 

3 Comments Les huîtres et le sport !! intérêt de consommer des huitres, composition nutritionnelle des huitres

  1. seb

    merci Jean Jacques pour tous vos supers articles…..la complexité du corps et de ses besoins nous est facilitée par vos explications.
    Bonnes fêtes à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *