coca cola : dangers, effets néfastes, effets secondaires

coca cola : dangers, effets néfastes, effets secondaires, et le coca-cola est-il une bonne boisson de l’effort ? …

Il fait chaud, j’ai envie de bulles qui explosent dans la bouche, d’une sensation extrême qui pétille dans la bouche ; en plus à la télé mon inconscient a habilement été manipulé pour associer chaleur, sensation de soif, plaisir extrême, jeunesse, sport, et rafraichissement assuré ; sans compter les images subliminales qui polluent insidieusement la pub, les reportages télé, les retransmissions sportives, certains films ; « coca cola boisson de l’été » … ? quels en sont les dangers ? …

Jean-Jacques Menuet

http://www.medecinedusportconseils.com/

site de séances de sophrologie à télécharger: http://www.seance-sophrologie.com/

La canette de coca apporte 7 sucres ; ce sont des sucres rapides ; conséquence, surtout si je suis à jeun et que je bois un coca (comme tout autre soda ou boisson très sucrée…) ma glycémie grimpe au plafond ; mon pancréas n’est pas d’accord, il sécrète une giclée d’insuline ; donc le taux de sucre baisse, mais ce sucre rapide est transformé en graisses (à cause de la sécrétion d’insuline) qui vont aller se stocker sous la peau !! Très clairement les grands buveurs de coca cola s’exposent au risque de diabète et d’obésité.

Le coca cola contient du phosphore (de l’acide phosphorique à 0,05%) ; dans le corps doit se maintenir un équilibre entre le Phosphore et le Calcium, ce qu’on appelle la « balance phosphocalcique » ; explication : si je consomme du Phosphore je vais pisser du Calcium ; avec deux conséquences :

  • Tout d’abord ce Calcium qui passe dans les reins peut occasionner des calculs d’Oxalate de Calcium ; les urologues savent bien que le risque de calculs (lithiase rénale) est sérieusement majoré chez les grands buveurs de coca cola. A partir de deux verres de coca cola par jour il semblerait que le risque d’insuffisance rénale soit multiplié par deux.
  • Ensuite, c’est logique : en perdant du Calcium je vais fragiliser mes os ; aux Etats Unis une « épidémie » d’ostéoporose (os moins denses et donc moins solides, avec risque de fractures) est observée chez des sujets de plus en plus jeunes …

Le coca cola contient de la caféine, certes à une dose modérée. Les effets secondaires : oui ça stimule, mais ça fait aussi … pisser (donc ça déshydrate…); mais bon, il y a aussi des buveurs de café et de nombreuses boissons contiennent de la caféine, et aussi il existe du coca-cola sans caféine.

L’effet stimulant du coca cola est réel et il est lié à : la présence de la caféine ; la « suggestion » incrustée dans notre inconscient que cette boisson donne la « pêche » (de plus Coca Cola est sponsor de très nombreux évènements sportifs planétaires) ; la feuille de Coca (qui est toutefois « décocaïnée ») ; la présence de
noix de Kola ; cet effet stimulant est responsable de la probable « addiction » observée chez certains consommateurs.

La colaration brune de cette boisson est liée à un « colorant caramel » sauf que … ce n’est pas du tout du caramel !  Il s’agit de colorant E150c et de colorant E150d issus de l’ammoniaque et du sulfite …

Le PH de cette boisson est très acide (2,5) en raison de la présence de l’acide phosphorique, et peut occasionner des brûlures gastriques voire des ulcères de l’estomac ou du duodénum chez les grands buveurs de coca. Je rappelle que le PH de notre organisme est autour de 7. Je ne dis pas que boire du coca acidifie l’oragnisme, je dis que sa présence dans l’estomac génère un inconfort.

Et le coca cola light ? et bien c’est un gros piège, comme toutes les boissons light : je consomme une boisson qui a le goût du sucre ; mon cerveau perçoit le goût du sucre donc la présence du sucre ; il informe le pancréas qui va produire une sécrétion d’insuline qui est suivie d’une hypoglycémie ; le cerveau a bien perçu le goût du sucre mais il s’est fait « piéger » : « où est le sucre » ? En conséquence la personne va très souvent être amenée à consommer une boisson ou un aliment avec du vrai sucre.

Bref, j’ai dressé un tableau bien sombre… Mais bien sûr qu’il m’arrive de boire un coca ! Par contre en qualité de nutritionniste je considère que cette boisson doit être consommée avec modération, particulièrement chez l’enfant chez qui elle doit être considérée à mon sens comme une boisson festive réservée à une fête, un anniversaire ; mais certainement pas une boisson au quotidien.

Je « rassure » aussi les sportifs: dans l’équipe de cyclisme dont j’assure le suivi médical, j’ai introduit « l’autorisation » de mettre une petite canette de coca d’un volume de 125ml dans la musette du ravitaillement à mi-course lorsqu’il fait chaud !! Le cerveau a aussi besoin de se faire plaisir, et cet apport de sucre rapide pendant l’effort a un intérêt (qu’il n’a pas au repos)

J’attends vos commentaires, et merci pour votre fidélité puisque le site a dépassé les deux millions de visiteurs !! Un grand merci et à bientôt

 

Jean-Jacques Menuet

http://www.medecinedusportconseils.com/

site de séances de sophrologie à télécharger: http://www.seance-sophrologie.com/

 

 

 

 

 

23 Comments coca cola : dangers, effets néfastes, effets secondaires

  1. Seb M

    Bjr JJ,
    cet article arrive à point nommé car une question me trottait depuis qui je vois certains coureurs lors du tour de France (ou autres), en tout cas des professionnels (ça date pas de cette année biensur) boire à un moment donné de la course du coca. Je comprends bien l’intérêt de son utilisation quant à l’apport de sucre après des efforts conséquents comme la montée d’un col. Ce qui me questionne, c’est que des protocoles nutritionnels et boissons de l’effort type Overstim, sont élaborés de telle sorte à préserver un milieu alcalin et préserver l’estomac. Alors, pourquoi boivent-ils du coca? Est-ce un « erreur », ou alors son utilisation est-elle justifiée par le côté plaisir et sucré après de tels efforts?

    PS : lorsque j’étais au lycée, mon ancien prof de physique-chimie nous avez déjà parlé de cette acidité, proche du vinaigre, et faisait le pari que si l’on mettait autant de sucre dans le vinaigre qu’il n’y a dans le coca, nous pourrions le boire, avis aux amateurs…je plaisante bien entendu…

    A bientôt!
    Seb.

  2. Jean-Pierre Poli

    Bonjour,
    Bien d’accord, la modération a bien meilleur goût !
    Les USA font face à réel problème d’embonpoint. Quand j’ai rallié Mexico en vélo depuis Montréal par la côte Est, j’ai pu constater par moi-même les effets néfastes du fastfood…

  3. Jean Jacques Menuet

    Ok Seb ; oui tu as raison ; mais tu vois, même sur le dernier Tour en juillet j’avais donné les consignes que pouvaient être données une ou deux canettes de coca aux coureurs ; mais il s’agit de canettes de 125ml (« format avion ») ; l’objectif est d’apporter un plaisir surtout s’il fait très chaud ; on va dire que c’est l’exception qui confirme la règle ! bien à toi et merci pour ta confiance ; Jean-Jacques

  4. ndong

    je suis coincée avec le coca cola, je n’arrive plus a m’en passer, et pourtant je me rends bien compte que je dois diminuer, mais je suis sous l’emprise, des fois je tiens bon quelques mois, et après je retombe dans le panneau

  5. Jean Jacques Menuet

    oui; on observe en effet des dépendances du même ordre que celles du tabac ou de l’alcool; après, tout dépend de la qté de votre consommation; une ou deux fois par semaine ça « peut le faire »; plus, attention; il faut vous faire violence…

  6. Alex

    Bonjour,
    article intéressant, comme toujours. Une petite remarque, si le pH est bien de 2,5, en revanche celui-ci ne se donne pas en pourcents mais sans unité….

  7. Jean Jacques Menuet

    la consommation quotidienne de Coca semble occasionner des conséquences néfastes sur l’organisme telles que je les ai détaillées, avec un consensus largement observé dans la « communauté » médicale, même si je m’efforce régulièrement de veiller à ne stt pas coller aux dogmes et encore moins aux idées reçues de cette « communauté »; une consommation récréative de l’ordre de 3 fois 330ml me semble raisonnable; ma réflexion résulte stt de l’observation de trop nombreuses situations pathologiques où la consommation régulière de coca semble devoir être incriminée: surcharge de poids, lésions muscles et ou tendons, calculs rénaux, ostéopénie ou ostéoporose; je pense que boire de l’eau, tout simplement, est la notion à inculquer en nutrition; la stratégie pour cadrer la nutrition d’un sportif avant, pendant, et après un entraînement ou une compétition pouvant faire appel à des protocoles qui proposent des boissons structurées, dont la composition repose sur des bases étayées en phase avec les élts scientifiques des mécanismes qui accompagnent la physiologie de l’effort.

  8. Carine

    Bonjour, je bois du coca light tous les jours depuis près de 10 ans. Je me suis même mise aux canettes pour éviter de boire la bouteille. J’ai ainsi 2 questions : Si j’ai bien compris , le fait que mon cerveau perçoit du sucre, entraine donc la sécrétion d’insuline mais puisqu’il ne s’agit pas de vrai sucre, il ne peut donc pas le transformer en graisse? On me dit que le coca light fait quand même grossir, est-ce vrai? Ma 2ème question concerne le diabète : l’aspartame augmente t-il le risque de diabète? Quelle quantité de coca light vous semble t-il acceptable quotidiennement (je bois entre 1 et 2 , plutot 2, cannetes de 33cl /jour). Merci d’avance

  9. Jean Jacques Menuet

    bjr; cette sécrétion d’insuline peut entraîner une chute de la glycémie responsable alors d’une pulsion irrésistible inconsciente pour aller « chercher » du vrai sucre (grignotage) qui alors sera transformé en partie en graisses; à force de « gicler » de l’insuline le pancréas peut se « fatiguer » et effectivement cela peut constituer une porte d’entrée vers le diabète; une « canette » 2 ou 3 fois par semaine me semble un maximum; mais je ne suis pas à pour « interdire »; au mieux je me permets d’expliquer; ce qui est sûr aussi c’est que la prise de coca fait perdre du calcium osseux; cdlt, jjM

  10. Billie

    SVP. arretons la parano. certe le coca n est pas ce qu il y a de mieux pour la santé et que certaines personnes developpes des pathologies tel que l insuffisance renal qui d ailleurs ne peut etre du uniquement a une consommation de coca. Quant a l acidité le pH de l estomac est plus acide que celui du coca chercher l erreur

  11. Gorge

    Quant a parler de dependance sachez que boire du café et manger de la confitute conduit exactement a la meme « dependance » que le coca cola (cafeine et sucre) On peut d ailleurs parler de « pseudo-dependance »

  12. bernadette

    La glycemie est regulé par la concentration d un gramme de glucose par litre de sang et non par le gout du sucre. Les hormones intervenant dans ce pressus inclus entre autre le glucagon. Je ne defens pas l industrie coca cola qui fait du commerce peu equitable voir au mexique… mais je suis contre une desinformation.

  13. bernadette

    Desole je ne voulais pas vous attaquer mais ma sembler qu il y ait eu une exageration dans les risques… si n est pas le cas je m en excuse.
    Il est vrai qu a l heure d internet certain site diabolise certaine chose sans aucun fondement scientifique. ce qui d ailleur ne semble pas votre cas…

  14. Jean Jacques Menuet

    bjr; je publie vos 4 commentaires avec votre argumentation; mon propos n’est pas de « casser » le coca et de tte façon je ne suis pas là pour donner des leçons; après, mon expérience de terrain m’amène à croiser des patients qui ont développé des lithiases d’oxalate de calcium et des pertes de capital osseux très vraisemblablement à une consommation quotidienne de coca, et stt des prédiabètes et autres surcharges pondérales; ensuite le pb des boissons light est que le cerveau est piégé et des études montrent que se produisent des sécrétions insuliniques réactionnelles et que le patient va « aller chercher » du sucre; 1,4 milliards (OMS mars 2013) des personnes d’au moins 20 ans sont au moins en surpoids ce qui fait 30 % de la population; boire de l’eau, un peu de thé et de jus de fruits pressé semble qd même un bon objectif pour la nutrition quotidienne; 2 litres de coca équivalent à 40 sucres …; pour le PH je suis bien sûr OK que celui de l’estomac est acide, mais bon en rajouter n’est pas anodin, ne serait-ce que pour la prévention des tendinopathies chez le sportif; je reconnais fort bien l’aspect récréatif de cette boisson que je n’interdis pas; je sais aussi que ce type d’article prête à réactions et je fais partie de ceux qui se lassent d’être manipulés par les différents vecteurs d’information, les lobbyings, les modes, etc; mais vraiment au quotidien je constate qu’un minimum de pédagogie doit être fait; même si bien plus préoccupant que les « soft drinks » est l’apparition et la flambée des boissons « énergisantes » … Sans rancune et merci pour votre commentaire; jjM

  15. Pingback: Coca-Cola : Boisson ou Poison ? | Coca-Cola : Boisson ou Poison ?

  16. gior

    Il y a quelque chose qui me tracasse un peu ( beaucoup) dans cet article … Le cerveau ne va pas réagir simplement en fonction du gout du sucre retrouvé dans l’aspartame du coca light et donc envoyer une dose s’insuline .. ça me parait très simpliste comme affirmation le cerveau va permettre d’envoyer une dose d’insuline via le pancréas quand il recevra une dose de glucose or l’aspartame n’a pas la même composition chimique que le sucre si tu bois une boisson avec de l’édulcorant je doute vraiment que ton pancréas produise de l’insuline et que tu sois victime d’une hypoglycémie .. Quelqu’un peut il maider je suis paumée là

  17. Jean Jacques Menuet

    ok; je n eprétends pas tout connaître et je ne suis pas un scientifique; ce qui semble stt en cause c que le cerveau perçoit le goût du sucre; et alors il s’attend à recevoir ensuite des calories; qui n’arrivent pas; et du coup il va déclencher une sensation de faim avec une pulsion pour aller chercher des « vraies » calories; cette explication est exprimée ds des termes un peu simplistes, mais c le principe; cdlt, jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *