TOUR DE FRANCE: la deuxième journée de REPOS à PAU; conseils d’un médecin pro

Tour de France journée de repos : ce n’est pas le repos pour le médecin d’équipe !

 

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport

 

Quelques petits conseils des cyclistes « pros »

Les fidèles internautes présents régulièrement sur ce site savent que je suis un passionné de vélo, que je me qualifie plutôt comme médecin de TERRAIN, fort d’une expérience de près de 25 ans dans le peloton amateur et pro ; je suis actuellement sur le Tour de France et je vous propose de vous détailler quelques conseils : aujourd’hui il s’agit de la 2ème journée de repos ;

Le constat : les organismes ont beaucoup « reçu » depuis 18 jours ; le médecin d’équipe, est présent pour la santé de ses coureurs et à l’écoute de chaque coursier pour essayer d’apporter une solution, pour pallier à plusieurs ordres de « dégâts » :

Jour après jour se mettent en place des pertes nutritionnelles et en tant que spécialiste en nutrition du sport j’utilise des protocoles de sorte à veiller à stocker (du lever jusqu’au départ de l’étape) puis reconstituer (de l’arrivée de l’étape jusqu’au coucher)  l’épuisement des réserves de glucides, de minéraux, d’eau, de certains acides gras, d’acides aminés ; cela est la réalité chaque jour du Tour, mais la journée de repos veille à refaire le plein ; bien sûr dans une démarche éthique par rapport au sport comme par rapport à la santé du coureur, espérant que cela fonctionne ainsi dans toutes les équipes présentes sur ce Tour de France.

Les soucis de « carrosserie » : nous avons été épargnés depuis le départ mis à part un coureur qui a quitté le Tour suite à une double-fracture du poignet ; à ce titre un élément essentiel : au moindre doute, même très peu probable, des cliché de radio doivent être très rapidement proposés ; il s’agissait pour ce coureur d’une fracture de l’extrémité inférieure du radius avec un trait articulaire, associé à une fracture du scaphoïde ; les soins adaptés sont actuellement assurés par un centre « SOS mains » Aucun de mes coureurs n’a eu à « bénéficier » d’une infiltration de corticoïdes dans les mois qui ont précédé ce Tour de France.

La carence de sommeil si bien que classiquement lors de la journée de repos les coureurs vont « faire la sieste » SAUF que mon regard sur ce bon moyen de récupérer est assez précis.  j’ai déjà rédigé de nombreux articles à ce sujet (taper sur Google « menuet sieste ») : donc un rappel : sur cette journée de repos le protocole que j’ai proposé est : 35 minutes de sieste (pas plus) ; pourquoi : au-delà d’une durée de 35 minute le coureur entre dans un cycle de sommeil avec deux conséquences : ce cycle de sommeil sera retiré des 4 à 5 cycles de sommeil nocturne : la récupération sera moindre car je répète à nouveau que le sommeil est l’outil majeur qui optimise la récupération ; et surtout le coureur va se réveiller de sa sieste trop prolongée en plein cycle de sommeil : il aura mal à la tête, sera « vaseux », fatigué. Je demande que la sieste se déroule dans la pénombre, et pour optimiser le retour veineux (surtout qu’aujourd’hui il fait plus de 30° à l’ombre) je conseille que les jambes soient surélevées.

Enfin les repas vont être adaptés : beaucoup de fibres cuites le midi, des fruits comme le raisin noir ; le soir on recharge en glycogène (réserves de glucides dans les muscles et dans le foie) avec plus de féculents, et plutôt du riz, de la polenta, des pommes de terre, ou encore des pâtes sans gluten ; j’a déjà rédigé un article à ce sujet mais il est clair qu’il faut limiter les apports en gluten.

Pour terminer : le mental du coursier est à prendre en compte : il s’agit de nouer avec le coureur une relation de respect et surtout de proposer une écoute bienveillante ; l’objectif est d’offrir un espace de parole, les tensions mentales s’amenuisent ; ceci à distance du regard du staff sportif et des dirigeants.

et voilà pour les conseils du doc; bien sûr cette journée comporte une visite médicale structurée pour chaque couruer: poids, masse grasse, analyse complète des urines pour y rechercher le PH, la densité des urines, certaines « toxines », ainsi que des spirométries (enregistrement des paramètres respiratoires)

à demain pour d’autres conseils et encore merci pour votre fidélité

Jean-Jacques Menuet médecin du sport et nutritionniste du sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *