BODY PUMP attention prudence !!!

Voici une nouvelle activité physique qui arrive tout droit des Etas Unis : le « BODY PUMP » : dans une société où la gestion du temps nous agresse, où on n’a plus le temps de poser les valises, où on s’étourdit avec le stress, le bruit, l’hyperactivité, voici une « nouvelle technique » qui justifie un regard quelque peu critique ; rien d’agressif dans cet article, mais je m’autorise à émettre quelques réflexions.

Sur le terrain de la médecine du sport, voici ce que j’observe, tout comme de nombreux confrères qui comme moi s’interrogent….

Il s’agirait donc, pendant une heure, de travailler le renforcement musculaire, l’amincissement,  tout en conservant sa masse musculaire ; ceci avec des exercices réalisés en groupe ; le matériel : haltères, poids, step. Sur de nombreux sites vous trouverez des détails techniques sur cette pratique.

Cette technique est proposée comme accessible à tout le monde, sportifs et non sportifs, femmes, hommes ; et le programme, s’il semble personnalisé (adaptation du poids des altères et des poids), impose une musique qui pulse, et une chorégraphie.

Je ne me permets certainement pas de « tout jeter », mais je formule quelques mises en garde, de bon sens, si je garde la casquette de médecin du sport :

Comme tous les entraîneurs et les préparateurs physiques j’ai la conviction qu’une pratique physique doit être personnalisée, surtout quand elle comporte des efforts sollicitant le système cardiovasculaire, les articulations, les tendons, les muscles. De nombreux patients me consultent pour la rédaction d’un certificat médical de non-contrindication à la pratique des activités physiques et sportives proposées par les salles de gym et fitness qui fleurissent dans nos villes ; bien sûr que j’encourage ces patients à faire du sport, mais je les oriente vers des salles où je sais que l’encadrement est personnalisé : chaque patient est différent.

De même que je leur conseille, outre une nutrition équilibrée, la pratique d’activités pour « respirer »: marche, vélo, natation et toutes autres pratiques dès lors qu’elles sont adaptées au patient: âge, état de forme, contre-indications physiologiques ou médicales, etc.

Concernant le « Body-Pump » je m’interroge sur les risques que pourraient représenter cette pratique si elle est mal encadrée : pas de certificat médical spécifique, patient déjà « à bloc » dans son travail qui va « foncer » dans la salle de sport, s’immerger rapidement dans l’ambiance, la musique, la chorégraphie (mais j’émets les mêmes réserves pour la pratique du squash en fin de journée chez un cadre supérieur survolté depuis le matin par son travail) ; il va lui falloir suivre le rythme, surtout ne pas abandonner (le regard des autres) ; dans ce contexte effréné il ne peut être à l’écoute de ses sensations, il est quasi déconnecté de ses sensations ; alors que la finalité pour un sportif c’est d’écouter ses sensations physiques et mentales, de les analyser, puis de s’adapter : je me permets d’avoir cette conception du sport qui d’ailleurs représente la meilleure prévention contre les blessures, tant physiques que psychologiques. A mon sens le sport doit être un instant privilégié à l’écoute de son corps. Alors que dans ce contexte effréné le pratiquant est quasi « déconnecté » de son corps.

Quels sont les risques potentiels ? Un sportif entrainé va fort bien encaisser son heure de pratique, dans un contexte ludique et attrayant : chorégraphie, musique sympa et tonique, et je conçois même qu’une séance hebdomadaire peut apporter un bénéfice psychologique ; mais pour la personne peu ou non sportive, qui en sortant de son travail va rejoindre des ami(e)s le risque de lésions musculaires est réel et dans nos cabinets (d’autres confrères le constatent) on voit arriver des soucis musculaires, assez souvent tendineux, également des problèmes podologiques. Egalement de travail réalisé au dessus du potentiel cardio-vasculaire peut poser problème.

Je me permets donc de mettre en garde les pratiquants peu entraînés, qui en dehors de ces séances ne pratiqueraient pas régulièrement des activités en endurance (marche prolongée, footing, vélo, natation) car la toxicité potentielle de cette activité qui « agite furieusement le corps et les neurones » n’est certainement pas à négliger.

N’hésitez pas à réagir à cet article, sur un « nouveau » sport qui s’intègre dans un débat de société : « toujours plus vite, toujours plus fort » …

38 Comments BODY PUMP attention prudence !!!

  1. Hologram

    Puis-je me permettre de réagir face à vos imposantes certitudes ?

    Première remarque : vous commencez dès la toute première ligne avec deux erreurs :
    1.Le Body Pump n’est pas nouveau, il en est actuellement à sa 76e édition trimestrielle et a été lancé en 1991
    2. Le Body Pump est un cours « Les Mills », société de NOUVELLE ZELANDE, qui n’est pas, que je sache, un des États des USA…
    Voici pour commencer de quoi dire sur la première ligne de votre pamphlet, et elle symbolise bien tout le reste de l’ « article »…

    Sur internet il est possible de publier tout et n’importe quoi, d’informer sans être journaliste, de critiquer sans être expert…
    La moindre des choses lorsque l’on s’exprime, surtout lorsque c’est dévalorisant, est de connaître le sujet.
    Une seule question me vient : avez -vous AU MOINS réellement pratiqué une seule séance de Body Pump ?
    Si oui, vous sauriez qu’elle commence par un échauffement et termine par un stretching, que les poids y sont totalement adaptables selon le profil de chacun et sur les conseils réguliers de professeurs (à chaque début d’exercice des consignes et explications vous laissent le choix de la charge de travail). Ces professeurs sont formés et diplômés.

    Alors merci, cher Mr Menuet, de faire cette concession :
    « Je ne me permets pas de « tout jeter » »
    Je n’aurais pas tant de tolérance envers votre article, pour ma part…

  2. Jean Jacques Menuet

    Madame, je réponds très volontiers à votre commentaire; ce site est un espace de partage, d’échanges d’opinions, si possible sur un mode de communication confortable; et même j’ai modifié mon article (ce que j’ai déjà fait à plusieurs reprises sur ce site), jugeant qu’effectivement il pouvait être mal perçu tant sur la forme que sur le contenu; ceci témoigne de mon souci constant d’interactivité avec les lecteurs; je considère votre démarche intéressante même si dès la conception de ce site je m’étais promis de ne publier que les commentaires qui répondent à l’esprit du sport que les fidèles internautes de ce site partagent : la convivialité et le respect ; un très grand merci Madame pour votre intervention. Très cdlt; JJM

  3. Germain

    Je tiens à réagir à cet article, car j’approuve votre point de vue Mr Menuet. Il se trouve que je suis ce qu’on appelle communément « coach sportif », même si ce terme ne me plaît pas, et définit très mal mon rôle . J’exerce cette profession à domicile. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de clients qui se présente à moi et qui ont eu l’expérience de ce genre de cours. Comme vous le dîtes, ce sont en grande majorité des pratiquants non entraînés à la base, je tiens à le préciser. Ces individus me font souvent part de lors mauvaises expérience en salle : exercices trop peu personnalisés, grande fatigue en sortant des cours, récupération très difficile les jours suivant (malgré l’échauffement, et les étirements préconisés). Ces personnes se sentent « cassées », d’après leur propre mots, et finissent par lâcher prise au bout de quelques mois, quelques semaines, alors que leur abonnement continue…
    Bref, tout cela pour vous dire, que les faits sont là, sur le terrain, et que cet article est de très bon conseil pour les personnes voulant se lancer dans ce genre d’activités.
    Merci pour votre article Docteur!

  4. Jonathan

    Une mise en garde oui mais…

    Ce sport a un côté social très important (peu être un simple effet de mode) et la technique y est très basique. Je pense donc que ça permet d’attirer beaucoup de personnes qui ne pratiqueraient aucune activité physique si les sports dans ce genre n’existaient pas (body pump, combat, attaque, même combat)

    D’où la question en réaction à votre article: n’est-ce pas en général un moindre mal par rapport à aucune activité sportive du tout?

    Quand au côté vie effrénée à laquelle on ajoute une bonne dose de sport, j’ai bien peur que ce ne soit la société qui le veuille et que ce soit le lot de beaucoup de sportifs amateurs (dont je fais partie). Mais, le sport a aussi un côté exutoire qui dans ce contexte peut, je pense, s’avérer bénéfique.

    D’où à nouveau la question du moindre mal?

  5. Bulle

    Bonsoir, c’est avec intérêt que j’ai lu votre article.
    Je suis inscrite dans une salle de sport où sont enseignés les cours Lesmills.
    Je m’y suis d’abord abonnée pour le body balance, puis, j’ai été attirée par le Body Pump.
    J’avais à l’époque des problèmes importants de dos, et un coeur plus que faible.
    les différents coache de ma salle m’ont alors conseillé de faire de la cardio avant de commencer le pump.

    J’ai donc fait 6 mois de cardio, avec d’autres cours ‘doux’, et quand j’ai pu faire une heure de vélo a un rythme soutenu, je me suis mise au pump avec des charges minimum.
    J’ai eu du mal, des courbatures, oui, l’envie d’aller au bout, et la musique aide pour cela. Je me mets au fond de la salle, donc le regard des autres… basta quoi.
    Et moi, toute faible, pas courageuse, je suis allée au bout de moi, de mon petit coeur fragile qui est devenu bien résistant au fil des cours.
    Quant à mon dos, pas un seul problème, rien. Au contraire, en me musclant le dos, j’ai pu gagner une meilleure posture que je continue à travailler avec un ostéopathe (mauvaise position depuis l’enfance)

    J’ai toujours su écouter mon corps, ralentissant ou « déchargeant » quand je suis fatiguée. J’augmente mes charges quand je me sens prête, et si je fais plusieurs séances dans la semaine, je reste raisonnable.

    Après chaque séance je suis détendue, plus forte et particulièrement fière de moi.
    Dans mes cours, il y a tous les âges, toutes les corpulences, toutes les tailles, et toutes les charges.

    Je pense donc, que oui, prudence (écoutez vous les gars), parce que, comme tout sport, le pump a ses risques, mais les bénéfices sont tels quand il est bien pratiqué, que ce serait dommage de dissuader ainsi les gens d’essayer…

  6. Jean Jacques Menuet

    et bien oui je suis tout à fait en phase avec votre excellente réflexion; loin de moi l’idée de tout jeter dans cette activité ludique et sportive, mais avec précaution; cdlt, jjM

  7. Jean Jacques Menuet

    En fait je suis très dans l’écoute de la « misère » de ce que l’on observe autour de nous, je parle surtout de l’isolement; donc bien sûr je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’aspect ludique, l’espace de partage; c’est en tout cas bien mieux que de retser devant sa télé à écouter la sinistrose des journaux télévisés !! donc tout à fait ok avec cette réflexion; mais qaund mêm, vigilance et encore vigilance; cdlt, jjM

  8. Epolas

    Un médecin du sport qui découvre Les Mills en 2011 en pensant que ça vient des states ?
    Hum, je me permets d’émettre de sérieux doutes sur votre crédibilité.

    Au delà de ce premier constat, renseignez-vous sur les instructeurs, les formateurs, et les pratiquants.
    Quel que soit le club que j’ai fréquenté, j’ai tjs été pris en charge, conseillé, dès mon arrivée.
    A chaque cours, l’instructeur rappelle les règles de base pour protéger son corps, et montre les mouvements avant chaque travail isolé.
    Il est beaucoup plus sécurisant de participer à un tel cours que de passer son temps sur le plateau…

  9. Jean Jacques Menuet

    un grand merci pour vos remarques; je soulève simplement la réalité du terrain avec un % non négligeable de lésions musculaires, tendineuses; je pense qu’un participant à ce type de séance doit concevoir que son état de forme doit être correct: cardio vasculaire, respiratoire, musculaire articulaire tendineux, et surtout que dans son hygiène de vie il intègre des activités « foncières » Je n’ai rien, mais absolument rien contre cette pratique, je place une mise en garde, tout simplement; je ne souhaite pas prendre le relai d’une Société qui se permet de réguler notre mode de vie: agression contre les fumeurs, manger 5 fruits et légumes par jour, caméras de surveillance, etc etc; je m’inscris comme un acteur de terrain, avec une certaine expérience, et je soulève les risques potentiels; bien évidemment vous avez raison, mais concevez quand même qu’une vigilance doit s’imposer, ce à quoi que la grande majorité des moniteurs veille, je n’en doute pas car je connais bien le milieu des salles, en France comme à l’étranger; merci pour votre participation au débat; cdlt jjM

  10. Arnaud

    à la lecture de cet article, il me semble intéressant de mettre en avant le fait que le body pump peut être un cours très ludique et complet d’un point de vu musculaire pour une personne sportive et qui connait son shéma corporel: Cependant ceci est plus problématique concernant une personne novice et/ou peu sportive qui est susceptible de se blesser du fait de mauvaise posture et ou de charges trop lourdes: En effet étant moi même préparateur physique et gérant d’une salle de sport je ne conseille pas ce cours à des novices, seulement après un quelques séances de remise en condition et après leurs avoir montré attentivement chaque postures: et ceci afin d’eviter les tendinites rotuliennes, du coude ou autres problèmes dorsaux ou d’épaule: bonne continuation.
    PS très bon site pour un préparateur physique comme moi, passionné par mon métier et le vélo. merci

  11. David

    Bonjour

    Je viens de découvrir votre article. Je suis Canadien et BodyPump, ainsi que les 9 autres programmes Les Mills, sont également proposés ici.
    Un cours collectif est par définition, non personalisé. Beaucoup de clubs proposent un cours d’introduction pour chacun des programmes: une initiation de 30 minutes ou le nouveau participant peut prendre le temps de découvrir les mouvements de base qui seront utilisés pendant le cours: il suffit de se renseigner auprès de son gym.
    Les Mills propose aussi d’autre programmes qui ont un niveau de resistance moins élevés et plus adaptés à une personne qui commence son expérience de cours collectifs: Body Vive est l’un d’eux http://www.lesmills.com/bodyvive
    Il est de la reponsabilité du participant d’écouter ses limites et de savoir s’arreter: ce n’est pas une compétiton mais un entrainement. L’instructeur est attentif a ses participants et donnes des consignes si il/elle voit que l’un d’entre eux execute des mouvements non sécuritaire. Ils sont souvent disponibles à la fin du cours pour jaser si le nouveau participant à des questions ou veut en savoir plus sur un mouvement en particulier.

    Bon entraimement à tous

    david

  12. Dominique Touchette

    Énergie Cardio étant le promoteur exclusif de BODYPUMP au Québec, nous tenons à soulever un point dont il n’a pas été question dans votre billet.

    Effectivement, chaque personne s’abonnant à un centre d’entraînement aurait, dans un monde idéal, besoin de l’encadrement d’un entraîneur personnel. Toutefois, la réalité est qu’ils sont nombreux à ne pas avoir les ressources financières pour s’offrir un tel encadrement. Chez Énergie Cardio, notre mission étant de permettre à la population d’améliorer sa qualité de vie par l’intégration de l’activité physique à son quotidien, nous cherchons constamment à élargir notre gamme de services afin de répondre aux besoins, aux goûts et au budget du plus grand nombre de personnes possible. Les cours en groupe répondent aux besoins d’une clientèle pour qui la motivation et l’encadrement d’un instructeur sont nécessaires. Ainsi, avec BODYPUMP, nous permettons maintenant à cette clientèle de profiter d’un tel encadrement pour son entraînement musculaire.

    Il est vrai que l’exécution des exercices peut occasionner des blessures si celle-ci n’est pas faite correctement. C’est pourquoi nos instructeurs BODYPUMP, certifiés en enseignement de cours en groupe et Les Mills BODYPUMP, n’hésitent pas à rappeler les consignes de sécurité et à expliquer les techniques au début de chaque cours ainsi qu’avant et durant chacune des 10 routines formant le cours. Ils offrent ainsi le meilleur encadrement possible dans ce contexte.

    En conclusion, je souligne que la pratique de toute activité physique comporte des risques. Si nous nous arrêtions à ces dernières, nous serions tous en bien piètre état. Oui, les centres d’entraînement ont une responsabilité quant aux services qu’ils offrent. Cependant, seul le sportif est en mesure de juger de ses capacités physiques; la responsabilité lui revient donc d’écouter celles-ci et pratiquer son sport de façon sécuritaire. En ce sens, nous vous donnons raison quant aux précautions à prendre avant l’intégration d’une activité telle le BODYPUMP.

    Chez Énergie Cardio, le plaisir et la sécurité à l’entraînement sont la priorité numéro1 et nous investissons beaucoup dans la formation de nos entraîneurs. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter les pages suivantes de notre site Internet :

    L’entraînement privé constitue la meilleure façon de vous garantir sécurité, motivation et résultats.

    Dominique Touchette
    Coordonnatrice, communications externes
    Énergie Cardio

  13. Jean Jacques Menuet

    Un très grand merci à nos amis Canadiens; je publie très volontiers ce commentaire; ce site accepte toutes les critiques !! très cordialement; jjMenuet

  14. Aurelien

    Bonjour,

    Je suis pratiquant de body pump/body barre depuis maintenant un peu moins de 6 mois, j’ai perdu durant cette periode 8 kilos et acquit une force musculaire ( je suis maintenant capable de faire des pompes sans me casser le dos et avoir l’air ridicule)
    J’ai toujours été conseillé, surtout au debut, et comme le dit un commentaire plus haut on repete à chaque debut les positions de base. Il y aussi ce qu’on appelle les niveaux 😉 quand on commence je vous déconseille d’aller à un niveau noir car vous ne suivrez pas et vous vous decourageriez.
    Cependant j’aimerais alerter ceux qui font ce sport, il est inutile de surcharger sa barre si vous faites pas correctement les mouvements (et j’en vois plein) je pense que la responsabilité est du coté du pratiquant et non du sport en lui même.
    Voila bonne soirée et bonne séance

  15. Cleo

    Bonjour,
    Je pratique dans une grande chaine parisienne de fitness depuis 2 ans, je viens juste de tester le bodypump après 2 ans de pratique de bodybalance, de musculation et de cardio. Tout c’est très bien passé, récupération facile même si je n’ai réussi forcement à réaliser la totalité des exercices pendant le cours. Je pense que le problème n’est pas lié à l’encadrement des cours mais à certaines mauvaises habitudes des pratiquants :
    – se jeter sur des activités très physique dès l’inscription
    – ne pas se signaler au formateur lorsqu’on découvre une nouvelle activité (c’est très important et ça permet d’éviter les mauvais gestes)
    – avoir peur du regard des autres et forcer (alors que le plupart des pratiquants sont plutôt dans l’entre-aides)

    La seule chose que l’on peut reprocher à la plupart des salles de fitness c’est de pas assez communiquer sur cette bonne conduite à tenir.

    Bon sport à tous 😉

  16. sylvie

    Bonjour,
    Je pratique le body pump depuis 10 ans environ et 3 fois par semaine en faisait également du cardio à côté…Jusqu’a ce jour je n’ai pas relevé de tendinite ou quoi que ce soit d’autre pourtant je charge assez bien la barre..c’est un sport complet faisant travailler aussi bien les muscles que le coté cardio… Cordialement

  17. Jean Jacques Menuet

    bababa, mon article est trop provocateur et vous êtes très nombreuses et nombreux à avoir réagi; je suis tout à fait d’accord avec ttes ces remarques qui d’ailleurs réhaussent en bien la vision que j’avais de cette activité; je me limite à dire prudence !! bonne continuation , cdlt, jjM

  18. Georges

    Bonjour,
    Ca fait 4 ans que je pratique du fitness en salle (bodypump; bodycombat, Rpm…).
    Ce que j ai remarqué avec les nouveaux pratiquant, c’est qu’ils veulent perdre du poids et retrouver la ligne rappidement, malgrès des années ou ils n’ont rien fait.

    En général, les deux premières semaines ils enchainent plusieurs cours différents en surestimant leurs capacités.
    Beaucoup enchaine a la suite un cours de bodycombat puis un bodypump.

    A partir de la 3ième semaine ils viennent de moins en moins et disparaissent au bout de 2 mois pour revenir avant l’été et en janvier apres les bonnes résolutions.

    Les nouveaux pratiquant négligent les temps de repos nécessaire au corps pour se régénérer.
    Ils ne s’hydrate pas assez durant l’effort.
    Et pensent que pour perdre du poids ils faut se donner a fond.

    Donc il ne faut pas s’étonner qu’après ils ont des soucis de tendinite ou autre.

    On est dans une société ou on veut tout vite et maintenant.

    Pour en revenir a votre article, le constat que vous faite est valable pour tous les sports. Les sportifs débutant ou Occasionel devraient tous être encadré personnelement toutefois cela a un cout que tous le monde ne peut se payer.

    Si j etais medecin, je conseilerais a mes patient qui voudraient reprendre le sport de:
    -se mettre aux velo eliptique ( cet appareil n engendre pas de traumatisme aux articulaion en comparaison de la course a pieds et a d autre sport).
    -d acheter un cardiofrequencemetre afin de travailler le cardio pour perdre du poids dans un premiers temps et ensuite l endurance.
    (pour perdre du gras on doit travailer entre 60% et 70 % de sa FC max frequnce cardiac maxi)
    -de s’hydrater avant pendant et apres la seance
    – d’avoir une alimentation équilibré.

    Apres quelques mois de vélo éliptique ils peuvent commencer tous type de sport en écourant leurs corps en s’hydratant correctement et en ayant une alimentation équilibré.

    Le bodypump est un tres bon sport mais il faut du temps pour apprendre les bonnes position.
    Et tant qu on ne les métrisent pas cela na sert a rien de charger.

  19. Jean Jacques Menuet

    e

    excellent commentaire que je valide et qui reprend bien l’aspect « sociétal » du sport et plus généralement de l’activité sportive de la part de certains adeptes; par contre moyennement ok pour le cardio-fréquence-mètre dont l’usage -en tout cas dans le haut niveau- fond comme la neige au soleil; on préfère que le sportif « écoute » essentiellment sa respiration; cdlt, jjM

  20. se muscler rapidement

    Le Body Pump en chiffre
    85 pays, 15 000 clubs, 7 millions de participants par semaine
    476 calories dépensées sur l’heure
    100 000 programmes autant de licences accompagnées de milliers de DVD et CD

  21. Jean Jacques Menuet

    ok; merci pour ce commentaire que j’ai la courtoisie de publier; je suis médecin du sport; dans l’article qui semble vous contrarier je n’ai fait que mettre en alerte les personnes mal préparées qui, je suis désolé, risquent bien sûr de rencontrer des soucis avec cette forme de chorégraphie associée effectivement à ce qui peut s’assimiler à de la muscu; la plupart des médecins du sport partagent mon avis; dès lors que l’ « esprit » est concentré sur une musik qui bouge, sur une chorégraphie à rspecter, dès lors qu’il faut aller jusqu’au bout pour ne pas se faire passer pour un c ou une c, bien sûr que certaines personnes vont aller au delà de leur potentiel; on est quand même d’accord là dessus; après, que ce soit à la mode, que les salles relaient cet effet de mode car bien sûr que se pose le pb du clientélisme, là je suis ok et absolument pas ringard; je pense que la composante de distraction et de vidage du cerveau après une journée compliquée revêt un caractère interessant; et puis bon, on va pas sfaâcher quand même!! et puis top secret avt de publier cet artcicle, un de mes amis qui tient une salle m’avait offert 3 séances et j’avais trouvé ça sympa, mais bon je pratique des activités foncières quasi tlj et du tennis donc je ne faisais pas partie des plus handicapés; bien cdlt !! jjM

  22. david

    Bonjour Jean jacques,

    Je pratique le body pump depuis le mois d’aout et je partage certaines de vos reflexions.
    N’étant pas un sportif accompli, les premieres séances m’ont parues vraiment très physique. J’avais le palpitant a 200% et les lendemains étaient difficile. J’ai eu plusieurs contractures musculaires et quelque coup de fatigue avec le travail harassant en region parisienne. Il est clair aussi que certains profs poussent un peu les sportifs a prendre des charge trop lourdes pour respecter leur programme. Je pense qu’il faut avant tout s’ecouter, et je n’hesite pas a protester lorsqu’on me dis que je prends pas assez lourd lol….

    Par contre pour complèter votre point de vue, je dirais quand meme que j’ai rarement vu une activité physique aussi complète et aussi valorisante. Au bout de quelque séances et quelques mois de pratiques on commence a se sentir fiers des progres accomplis, heureux de vivre et beaucoup plus résistants.

    Le fait d’etre en groupe motive, car meme si on tire un peu, on n’abandonne moins facilement que si on était seul.

    Voilà j’espere que mon témoignage, le plus honnete possible, apportera sa contribution…

    un semi debutant du body 🙂

  23. Jean Jacques Menuet

    ok, merci pour ce témoignage; je ne suis pas « contre » cette activité, je dis simplement qu’elle doit se concevoir comme tte autre activité, cad dans un contexte de santé; pour moi le délire ce sont 3 secrétaires qui dès la sortie du travail foncent à la salle, alors qu’elles ont grignotté vite fait le midi, pas forcément bu suffisemment; c’est pareil pour 3 cadres d’entreprise cette fois-ci enrobés qui vont se défouler sur ces séances certes attractives mais dont la conception (musik-chorégraphie-ne pas passer pour un con donc ne pas abandonner)et encore dsl mais c’est une activité qui occasionne des pbs de santé dès lors que les règles d’hygiène du sport ne sont pas respectées; cdlt, jjM

  24. Vanessa Girard

    Bonjour M. Menuet,

    Votre article est bon, mais semble retenir des points généraux qui se retrouvent dans la pratique de tous sports pour les problèmes cardiaques et tendineux. Les gens qui pratiquent peu de sport son sujet à avoir les troubles que vous avez soumis dans votre textes/opinions.

    Je suis d’accord avec votre réticence pour la pratique du BodyPump pour les débutants puisque les mouvements exigent une belle posture. Mais quelques points propres au BodyPump n’ont pas été abordés. Ce sont des points que les centre de sport tel
    Énergie Cardio (pour le connaître suite à quelques entraînements) se déresponsabilisent en tenant responsable le pratiquant sans limiter l’accès au cours qui nécessite une capacité physique ou cardiovasculaire donné. Le problème avec le BodyPump est qu’il est populaire et subit le phénomène de mode. Les centres en profite pour donner les cours en masse (+ de 15 pers.). Les débutants sont mélangés avec les plus expérimentés. Le BodyPump exigent une posture parfaite pour diminuer tous les risques de blessures et une autonomie (un athlète sera autonome par exemple). L’entraîneur n’aura pas le temps de corriger les débutants dans une salle de plus de 15 personnes. Énergie Cardio n’est pas un bon modèle de classe pour le BodyPump. La capacité et l’autonomie à prendre les bonnes postures de leur clients ne sont pas évalués. Leur groupe ne sont pas divisés non plus selon le niveau de leur clientèle gens. Les horaires de classe doivent satisfaire au plus grand nombre de clientèle. Plus il y a de monde, plus c’est payant.

    Par contre, les points que je viens de soulever sont valables pour bien des classes qui se donnent en Yoga et Pilates. La différence c’est que les gens n’iront pas si loin avec leur limite corporel soit par manque d’équilibre ou de souplesse.

    Dans le cas des postures, on retrouve beaucoup d’erreur dans les salles de gym conventionnel. Trop souvent on voit des hommes avec des bras plus gros que leur mollets. Pourtant, n’y a-t’il pas des entraîneurs/kinésiologues dans la salle? Jamais un entraîneur m’a conseillé sur la façon dont je devais travaillais sur un appareil. Les jeunes qui se regardent le biceps en faisant ses répétitions (Ouch leur cou), quand est-ce qu’on voit un entraîneur passer et dire : pense à ta posture!

    Bref, je crois que ce qui est important d’informer les gens en ce qui a trait le BodyPump c’est de prendre soins de choisir un entraînement de groupe adapté à leur niveau et qui on moins de 15 personnes par classe. Et malheureusement, au Québec, le promoteur exclusif de BODYPUMP Énergie Cardio n’offre pas des entraînements adaptés pour ce sport.

  25. Jean Jacques Menuet

    Un grand merci pour ce commentaire richement argumenté; tous les avis sont interessants à exprimer; bien cordialement, jjM

  26. Stéphane

    Mr Menuet bonjour,

    Je pratique depuis peu le body pump.

    J’ai choisi de me rapprocher de cet activité car je pratique l’escalade de manière assez intensif (3 à 4 séances/semaine), séances planifiés et personnalisées pour atteindre un objectif de performance au printemps prochain.
    Le body pump va m’apporter une complémentarité et un rééquilibre musculaire, et aussi un affinement général.

    Je pense que vous avez raison sur certains points, notamment:
    – De mettre en garde les individus qui ne pratiquent aucun sport et qui se pointent dans un cours de body pump sans pouvoir être à l’écoute de son corps à cause de la musique et de la déconcentration qu’occasionne une nouvelle activité.
    – De se risquer à des blessures musculaire causées par mauvais positionnement

    Cependant, le body pump est pour ma part moins violent qu’un cours basé sur le cardio pure. Il ne sollicite pas vraiment le cardio donc laisse malgré tout l’opportunité au pratiquant débutant de pouvoir gérer dans son coin la charge, les répétitions, sans être « poussé » par l’instructeur comme on peut le voir dans des cours cardio.

    Personnellement, je trottine sur un tapis de course une bonne demi heure avant, je complète l’échauffement avec des exercices de gainage et d’abdos, donc j’arrive dans la séance de body pump plutôt serein et sans être pris au dépourvu.

    Aussi, lors de ma première séance, je regardais les charges de mes voisins ou voisines, et très franchement, j’ai compris que l’exercice était basé sur des poids légers.. donc pas de quoi être trop inquiet.

    Votre mise en garde à mon sens devrait être plus orienté vers les cours cardio qui à mon avis sont bien plus violent pour un organisme non entraîné.

    Pour finir, je me ferais un plaisir de vous donner mes impressions quand au résultat de la complémentarité d’un sport pratiqué intensément avec du body pump.

  27. Jean Jacques Menuet

    bjr et un gd merci pour la pertinence de votre commentaire; je partage tout à fait votre réflexion; et je rappelle donc que je n’ai « rien contre » le Body Pump dès lors que les moniteurs qui encadrent cette activité mettent en place un cadre adapté (échaufft, conseils, hydratation, récup, étirts, prudence etc etc.) Et bien sûr que de nbreuses salles proposent un encadrement de qualité; bien cdlt, jjM

  28. Maya

    Je pense perso, si on n’est pas pratiquant ou peu pratiquant, on pourrait se blesser même avec 10 mn de footing.
    C’est à la personne de choisir le cours qui lui convient, selon, sa condition physique, ses antécédents médicaux et ses expériences sportives. Perso, si je ne fais pas 2h de gymp ou sport intensif par séance, je me sens très mal et j’ai l’impression de ne pas avoir fait travailler mon corps et d’avoir vraiment perdu mon temps. Mais je me souviens aussi de mes tous débuts en sport, où j’étais essoufflée dès les 1ères dizaines de mn de cardio.
    Je pense qu’un adulte, contrairement aux enfants, sait ressentir ce qui est bon ou mauvais pour lui et gérer ses limites.
    Sinon, on pourrait aussi mourir juste en buvant 10L d’eau par jour. Devrions-nous, aussi demander un certificat médical pour nous hydrater?
    Donc moi je suis plutôt d’accord avec Hologram, ds le sens où n’importe quel cours de fitness, devrait logiquement commencer avec un échauffement et finir avec un stretching et que l’utilisation du,matériel dépend de la capacité de chaque individu.
    Il y’a aussi ceux qui pensent à tort que la musculation fait prendre du volume, alors que moi par exemple, c avec des cours de body pump (à relativement petites charges) que j’ai vu mon corps de femme s’affiner et se sculpter merveilleusement.
    Ensuite, comme dans tout, c’est la dose qui fait le poison.
    N’allons pas loin; un footing de 30 mn, peut tuer quelqu’un qui est débutant ou qui ne sait pas s’y prendre, qui ne commence pas par un échauffement etc etc.. Pas besoin d’arriver jusqu’au pump, un simple saut à la corde, peut achever une personne qui n’est pas habilitée à le faire.
    J’ai fait des années de pump, et j’en fais encore, je ne me suis jamais aussi bien sculptée, affinée et avec le sourire. Je travaille avec les autres, je suis le rythme, on a des périodes de récupération (repos ou hydratation) et je ne m’arrête jamais, je finis mon cours jusqu’au bout. Mais la première année, j’ai ramé, j’ai travaillé à mon rythme, je m’arrêtais quand je me sentais fatiguée et par la suite, j’ai gagné en endurance et j’enchaine des cours de 2h et c vraiment un réel plaisir.
    Si on n’est pas raisonnable, ce n’est ni le médecin, ni le coach qui arriveront à nous raisonner et si on se blesse, ce ne sera sûrement pas à cause du body pump mais à cause de manque de responsabilité des individus. Donc les disciplines à risques, c surement pas cette petite merveille de Body pump.

  29. Jean Jacques Menuet

    bjr et merci pour votre commentaire riche de réalité de terrain, de psychologie et de réalisme; bien sûr que le médecin ne doit pas se situer en « gendarme » de ce que font ses patients ou sportifs; vous défendez brillamment cette activité qu’est le bodypump et qui présente de très nbx intérêts; je ne cherche vraiment pas à faire peur et encore moins à juger, diriger; j’émets simplement qqs alertes; très cdlt, jjM

  30. Françoise

    Bonjour, j’ai 62 ans et je pratique le body pump 2 fois par semaine, ce qui me permet de garder la forme et le moral. Toutefois j’observe fréquemment dans la salle des debutants (es) qui risquent se blesser en prenant de mauvaises positions. Même si le prof est competent et donne les bonnes consignes, lorsqu’il y a une quarantaine de personnes en cours il vaut mieux connaître les bons mouvement et avoir fait de la musculation et du cardio avant de se lancer dans ce sport. J’adore et suis accro !

  31. Laurent Remmy

    Bonjour,

    Depuis 2,5 ans, je pratique le Body Pump et je trouve cela un moyen excellent de me renforcer musculairement pour préparer les nombreux trails que je fais au cours de l’année.

    Toute séance comence par un échauffement et ce n’est donc pas un endroit où l’on va « va « foncer » dans la salle de sport ».

    De plus les profs sont formés et bien souvent en France ils sont détenteurs d’un Brevet d’Etat des métiers de la forme, formation qui donne de très bons profs qui sont de très bons conseils pour ne pas arriver à des blessures.

    Par contre, il peut y avoir des profs qui pousseraient à augmenter les poids et je pense que dans ce cas, il faut toujours écouter son corps et savoir dire non, trouver sa propre limite.

    Le « Pump » est devenu une drogue saine.

    Je ne peux plus m’en passer…

    N’hésitez pas à essayer…
    … et ainsi vous pourrez parler en connaissance de cause et peut-être même devenir accro!!

    Salutations sportives,

    :o)

    Laurent.

  32. Angie

    A cause de mes études j’ai dû arrêter le tennis et le football n’ayant plus le temps de les pratiquer. Cinq ans plus tard, mes bras sont devenus faibles et mes abdos moux. Je me suis inscrite dans une salle de fitness qui proposait toute la gamme Les Mills (que j’avais découvert et pratiqué aux USA). J’y suis allée progressivement, j’ai d’abord fait du cardio pendant 3 mois, vélo elliptique et de la muscu pour réveiller un peu tout. Quand mes pulsations cardiaques ont nettement baissé en période d’effort, j’ai commencé les cours collectifs, body balance pour le coté soft et élastique et ensuite Body Attack, Body Combat & Body Pump.
    Le tout est d’écouter son corps et de ne pas forcer au début, il faut établir ses objectifs les uns après les autres : ne pas surcharger sa barre, comprendre que quand son corps dit « stop » ce n’est pas par caprice. Bref, je ne pense pas que le Body Pump soit beaucoup plus dangereux qu’un autre sport,( prenons le squash par exemple, responsable d’énormément d’arrêts cardiaques), le problème est juste dû à l’importance qu’on accorde à la performance.
    Malgré tout, votre article permet de rappeler qu’on est pas invincible et qu’aucun mouvement n’est anodin. Je tâcherai de m’en souvenir dans les moments sportivement durs ^^

  33. Francoise

    J’ai 63 ans et fait 2 body pump par semaine depuis 16 ans, ainsi que du cardio et de la musculation. Je suis en forme et ne vais jamais chez le médecin…
    Alors je dis vive le body pump tant j’aurais la force de le pratiquer !
    Cordialement. Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *