SOIGNER UNE DOULEUR C’EST BIEN, EN TROUVER LA CAUSE C’EST BEAUCOUP MIEUX !!

Article mis à jour le 14 juillet 2015, sur le Tour de France, dans le cadre d’une chronique quotidienne que je rédige en tant que médecin de l’équipe cycliste « Bretagne-Séché-Environnement »

« docteur j’ai mal au genou » : 15 jours d’anti-inflammatoires, une « bonne » pommade, de la glace, du kiné, quelques séances de mésothérapie puis une infiltration ça marche !!, le sportif est satisfait ….  Puis … la douleur revient … Mais si cette douleur au genou était due à un problème de statique du pied ou chez le cycliste à un mauvais réglage de la selle du vélo ou un problème de cale, ou un chaussage inadapté, etc. ??  Poursuivons cette réflexion…

Jean-Jacques Menuet http://www.medecinedusportconseils.com/

La douleur n’est QU’UN signe d’alarme,  ET IL FAUT L’ECOUTER: «  j’ai mal ; je dois d’abord arrêter toute activité qui me fait mal, pratiquer une ou des activités qui ne déclenchent pas la douleur, et SURTOUT la démarche essentielle : quelle est la cause de la douleur ??????????????????? »

Quelques exemples :

L’épicondylite chez le joueur de tennis (« tennis elbow ») : geste technique, excès de pratique (stage, championnats), tension du cordage, taille et composition du grip, qualité et tension des balles, mauvais placement, poids de la raquette, équilibre trop en tête de la raquette, raquette trop rigide, acide urique ou triglycérides au bilan sanguin, alimentation trop acide, hydratation insuffisante, pratique d’une autre activité : manipulation d’objets lourds au travail, jardinage, tailler une haie, tournevis, perceuse, gros ménage de printemps ; ce véritable interrogatoire quasi policier prend du temps, mais la médecine du sport c’est avant  tout chercher la cause …

Le « syndrome de l’essuie-glaces » (« TFL ») si tant est que le diagnostic a été correctement posé : l’interrogatoire sera différent selon qu’il s’agit d’un cycliste (souvent problème d’axe de pédalage, d’orientation des cales) ou d’un coureur à pied (le plus souvent troubles statiques des pieds à bilanter chez un podologue du sport)

Une épaule douloureuse, par exemple une tendinopathie du supra-épineux : geste sportif, activité associée (travail, bricolage), etc.

Un problème de lombalgies: avant de foncer sur des médicaments et des séances de kinésithérapie, il faut se poser la question de la qualité du matelas, de la qualité du sommeil, des contraintes mécaniques du travail: port d’objets lourds, ergonomie du poste de travail; surpoids, amorti insuffisant du chaussage, etc etc

Une tendinite rotulienne chez un cycliste (si tant est que le diagnostic a été posé et qu’il ne s’est pas limité au vague diagnostic d’une « tendinite ») : il pédale en bec de selle ? sa selle est trop basse ?, sa selle est inclinée vers l’avant  ? ses manivelles sont trop grandes ?, la jambe du côté de la tendinite est plus longue ? la selle est trop avancée ? il met trop gros et ne mouline pas assez ? Il met trop gros dans les bosses ? en muscu Il a fait trop de squats ?

De façon générale : pathologie ORL, ou dentaire, un déséquilibre des mâchoires, un bilan biologique perturbé, une nutrition et/ou une hydratation inadaptée, une mauvaise stratégie de la récupération, des troubles du sommeil, etc.

Je n’ai listé dans cet article que quelques exemples, mais je suis convaincu que la médecine du sport c’est ça et rien d’autre.

++++  à lire: un super commentaire de notre ami Vincent BLONDEAU, référent dans le milieu du vélo, qui détaille les pathologies spécifiques chez le cycliste avec surtout les réglages à apporter pour la position: http://www.medecinedusportconseils.com/2010/05/10/velo-et-ses-pathologies-un-super-commentaire-de-mr-blondeau-expert-reconnu-dans-le-milieu/

Rédacteur de cet article: Jean-Jacques Menuet http://www.medecinedusportconseils.com/

Egalement vous trouverez sur ce site des séances de sophrologie à télécharger, pour le travail du mental du sportif, en particulier du cycliste.

Bien cordialement à tous et un grand merci pour votre fidélité; sur ce Tour de France vous êtes plus de 10000 à lire chaque jour ma chronique

3 Comments SOIGNER UNE DOULEUR C’EST BIEN, EN TROUVER LA CAUSE C’EST BEAUCOUP MIEUX !!

  1. BLONDEAU

    Bonjour, je suis d’accord avec vous .

    J’ai rédigé ceci , mais ce ne sont que des generalités . Pour le stendinites j’ai pu remarquer que trop de liberte au niveau du lien pedales chaussure associé a une hauteur de selle insuffisante etait une cause frequente .

    LE CYCLISME ET LES PRINCIPALES PATHOLOGIE PAR Vincent BLONDEAU

    En cyclisme il y a de nombreuses pathologies que nous allons vous présenter et tenter d’apporter des informations importantes pour les cyclistes.

    TENDINITE ROTULIENNE :
    Manivelles trop longues, selle trop basse, utilisation de trop grands braquets, position en  » bec de selle « .
    La  » bonne longueur de manivelles » doit permettre au cycliste de  » tourner les jambes à 90/110 tr/mn « . Pour cela l’engagement des cales sous la chaussure doit être parfait = manivelle et pédale horizontale; la verticale qui passe par l’axe de la pédale doit aussi passer par l’axe de la tète du premier métatarse. Si le cycliste fait du bec de selle c’est qu’il est assis trop à l’AR ou que le guidon est trop loin de la selle. Ceci se vérifie lorsque la manivelle et la pédale sont horizontales vers l’AV la perpendiculaire qui passe par l’axe de la pédale doit aussi passer par la tête du premier métatarse ou très légèrement en AR et par la face antérieure de la rotule, lorsque le cycliste pédale et fournit l’effort correspondant à son  » activité  » cycliste, c’est donc une position dynamique qui importe et sur la route parce que la position du cycliste sur un home-trainer et sur la route sera différente puisque dans le deuxième cas il y a l’inertie du couple et le cycliste est concentré sur la conduite du vélo .
    Il faut reculer et remonter la selle ou réduire la longueur des manivelles .
    Pour un EJ < 745 mm Long 165
    Pour un EJ < 775 Long 167.5
    Pour un EJ < 815 Long 170
    Pour un EJ < 855 Long 172.5
    Pour un EJ < 875 Long 175
    Pour un EJ <925 Long 177.5
    Pour un EJ <955 Long 180
    Pour un EJ <985 Long 182.5
    Ces valeurs sont une base mais la longueur des manivelles peut être modifiée suivant la laxité articulaire , le type de fibres musculaire et finalement la vélocité du cycliste sachant que la puissance P = F x V ou v est la vitesse de rotation et F la force d'appui sur la pédale . Plus V augmentera a P égale F diminuera et donc les contraintes articulaires aussi .

    TENDINITE DU QUADRICEPS.
    Assise trop basse et/ ou hyper flexion du genou.
    La hauteur se selle est importante surtout depuis que nous sommes équipés de pédales automatiques et de chaussures avec des talons " virtuels de 4 ou 5 cm. Pour vérifier la hauteur de selle il faut mesurer la valeur de l'Entre Jambe et X par 0.885 pour des pédales LOOK DELTA( solution qui évite les grosses erreurs ) Pour les autres pédales il faut diminuer de la différence de hauteur entre la semelle de la chaussure et l'axe de la pédale ( Bio position.).
    Dans ce cas il faut monter la selle et / ou la reculer .

    En fait la hauteur de selle correcte peut s'évaluer comme suit :

    – manivelle verticale
    – pédale en bas au PMB
    – la talon est relevé de 2 à 3.5 cm et la jambe n'est pas tendue , le pédalage en AR ne provoque pas de déhanchement important .

    DOULEURS DE LA ROTULE ( Face Externe ).

    Généralement cela arrive lorsque la selle est trop haute. Cependant l'expérience m'a prouvé plusieurs fois qu'il peu s'agir d'autres problèmes généralement posés lorsque le cycliste utilise des pédales TIME ( grande liberté en rotation et latérale ) et qu'il a un léger déplacement du bassin, pas suffisamment important pour générer une douleur immédiate.
    L'axe du bassin qui se déplace par rapport à celui du vélo et les chaussures viennent régulièrement en buté sur les cales. Compte tenu du nombre de coups de pédale cette situation engendre une tension et une tendinite .
    Il faut donc penser à voir son médecin Ostéopathe lorsque il y a ce genre de tendinite pour une auscultation complète des membres inférieurs et pas seulement s'attarder sur le genou mais aussi sur le bassin.
    La première des choses à faire est de contrôler l'état des pédales et de voir son ostéopathe pour vérifier s'il n'y a pas eu une problème mineur au niveau des hanches .
    Il faut aussi vérifier que la selle est toujours parfaitement dans l'axe du cadre . Le coup d'œil ne suffit pas toujours . utiliser un tube carre pour vérifier le jeu au niveau du tube horizontal entre celui-ci et la règle que vous allez appliquer contre le tube oblique et le bec de selle de chaque coté de cette dernière .
    Cette solution est plus précise . Nous avons toujours un œil directeur et les erreurs arrivent vite .

    TENDINITE DE LA PATTE D'OIE .( en haut du tibia sous le coté interne du genou).
    Pédale automatique orientant l'axe du pied vers l'extérieur , axe de la pédale faussé vers le bas .
    Lorsque le cycliste est équipé de pédales TIME ou SPEEDPLAY les contrôles visuels sont impossibles . Par contre si celui-ci est équipé de pédales LOOK un contrôle de la manière dont s'usent les cales permet de déterminer rapidement l'origine du problème : mauvaise orientation des cales ou selle qui n'est pas dans l'axe du cadre et qui désoriente le bassin ou déplacement du bassin pas suffisamment sensible pour être douloureux.

    Comme précédemment il faut vérifier tous les points .
    En général les douleurs aux genoux concernent la position du pied ou de la selle .

    DOULEURS AUX JUMEAUX ( muscles des mollets dans le creux du genou ).
    Assise trop haute ; hyper flexion des jambes ; généralement il peut aussi y avoir un déhanchement . Attention à l'aspect visuel du " déhanchement " qui trompe souvent, les cyclistes n'ayant pas tous 6% de masse grasse !
    Vérifiez votre hauteur de selle , avez vous changé la selle par un autre modèle sans vérifier la hauteur du chariot ?
    Avez vous changé de paire de chaussures ? Certaines marques proposent des chaussures avec un talon virtuel plus bas ? Cette petite différence peut engendrer ces pathologies .

    DOULEURS AUX ISCHIO-JAMBIERS ( Muscles postérieurs des cuisses).
    Assise trop haute , hyper flexion des jambes , manque de souplesse , pied trop engagé sur la pédale .( HS = EJ x 0.885 pour LOOK = bonne base ).
    Vérifiez votre hauteur de selle , avez vous changé la selle par un autre modèle sans vérifier la hauteur du chariot ?
    Avez vous changé de paire de chaussures ? Certaines marques proposent des chaussures avec un talon virtuel plus bas ? Cette petite différence peut engendrer ces pathologies .

    DOULEUR A LA POINTE DU COUDE.
    Bras tendu .
    Lorsque vous étes en position il faut que les bras soient " cassés" , légèrement pliés pour absorber les micro vibration de la route , ce sont vos amortisseurs .

    FOURMILLEMENT DES 1/2/3e DOIGTS.
    Poignets pliés et en hyper flexion ou mains aux cocottes avec appui important sur le cintre , bec de selle qui bascule vers le bas faisant supporter aux mains tous le poids du buste . Si c'est le cas il se peut que ces douleurs soient accompagnées de douleurs au niveau des quadriceps au dessus des genoux.
    Généralement c'est que les cocottes sont ou trop redressées ou trop inclinées vers le bas .
    Pour ma part je conseille simplement de mettre un niveau sur le bout haut de la cocotte et de mettre un doigt sur le dessus du cintre , le niveau doit être " de niveau " . La position de la cocotte dit permettre au niveau de jongler entre 1 et deux doigts au plus .

    DOULEURS AUX QUADRICEPS .
    Selle trop basse avec hyper flexion du genou .
    Selle dont le bec pointe vers le bas.
    Position trop avancée.
    Vérifier la hauteur de selle , Reculer la selle , vérifiez qu'elle soit horizontale . Le mieux pour cela étant d'utiliser un niveau après avoir vérifié que le sol était de niveau . Une autre manière de contrôle est de lâcher les mains sur le vélo , dans ce cas vous devez simplement être posé sur le vélo et ne pas " partir vers l'avant " ce qui va mettre les quadriceps en action pour retenir le buste

    DOULEURS AUX ADDUCTEURS.
    Selle trop large.
    Remplacer la selle par un autre modèle . Je conseille les FIZ'IK parce qu'elles n'ont pas de coutures sur le dessus.

    POINT DE COTE.
    Guidon trop étroit avec bras et coudés collés au corps. ( la largeur extérieure du guidon devrait être égale à la largeur des épaules / plus sensibles sur les petites tailles).

    DOULEURS CERVICALES ET DORSALES.
    Guidon mal centré , trop large ou trop étroit.
    Différence de hauteur des cocottes ( fréquent )
    Selle trop Haute. Position trop allongée avec bras tendus ou au contraire position trop ramassée avec buste trop droit.
    Les personnes qui souffrent du dos ont tendance à vouloir redresser le buste ce qui est la plus grosse des erreurs ( il faut tenir compte de la souplesse ) Le buste doit être inclinée pour être parallèle à la bissectrice de l'angle formé par le sol et le tube oblique : soit environ 30/35° .

    LOMBALGIES .
    Membres inférieurs de longueur différentes ( minimum 1 cm ) .Cales de compensation abusives . Bec de selle pointé vers le haut ( fréquent lorsque les tiges de selle sont à crans ) Selle tenue par le début des rails et qui s'incline vers l'AR. lorsque le cycliste est assis. Selle trop haute . position allongée avec bras tendus .Utilisation de grands braquets.

    Il faut vérifier la position de la selle et son inclinaisons mais aussi le réglage des cales sous les chaussures . En effet des cales sur engagées auront tendance à " bloquer " la liberté de la cheville , la vélocité sera limitée et l'utilisation de grand braquets sera une conséquence immédiate . Qui dit grand braquet dit travail en force la plupart du temps et pour équilibrer la " force " des appuis sur les pédales les lombaires sont soumises à un travail important pour lequel elles ne sont pas préparées . D'où les douleurs .
    Généralement il faut avancer la selle et avancer les cales vers la pointe de la chaussure .

    DOULEURS AU TENDON D'ACHILLE.
    Différence de longueur des membres inférieurs , selle trop basse , et/ou trop en avant , manivelle trop grandes , engagement du pied sur engagé ou sous engagé.
    Il faut faire vérifier la longueur des membres inférieurs par une radio , vérifier avec le tableau précédent que la longueur des manivelles n'est pas excessive .

    INDURATIONS PERINEALES .
    Selle trop souple , trop large ou trop étroite . Assise hors " creux de selle ". Selle trop haute . Sur-engagement des cales " hachant " le pédalage .
    La plupart du temps le cycliste a la selle trop reculée pendant le pédalage sur la route et non pas en cinq minute sur un home traîner le cycliste avance sur la selle , la zone au contact de la selle diminue et la pression augmente . Le cycliste doit être assis sur le creux de selle et la selle doit avoir le bon recul et la bonne hauteur .
    Dans certains cas il faut aussi analyser la qualité de la selle . En effet certaines selles du marché sont très belles en vitrine mais lorsque vous les prenez en main et que vous appuyez sur le revêtement vous pouvez parfois sentir un écrasement rapide de quelques millimètres et ensuite une zone de contact dure , pour peu que la largeur du bec soit " importante " et que la selle soit plate au lieu d'avoir un bec arrondi vous aurez une zone de contact très dure qui provoquera des pathologie et cela peut aller jusqu'à l'agression du nerf honteux.

    La selle , tout comme les chaussures est une accessoire primordial lorsque l'on achète un vélo et bien peu de personnes savent faire le bon choix .
    Trop de cyclistes pensent qu'il est normal de souffrir sur le vélo .

    ENGOURDISSEMENT DE LA VERGE .
    selle trop étroite , bec de selle vers le haut , selle trop haute , assise hors du creux de selle. Position en bec de selle suite à un mauvais recul de selle ou un guidon trop éloigné.
    Idem que précédemment.

    BRULURES AUX PIEDS .
    Généralement mauvaise position des cales qui sont sur engagées ou semelles pas assez rigides . Serrage trop important des sangles. Parfois il est nécessaire de réaliser des appuis de voûte plantaire pour favoriser le retour veineux. Pieds trop serrés dans les chaussures.

    L'achat d'une paire de chaussures de cyclisme Ets le premier acte important à ne pas négliger :
    – pour acheter une paire de chaussures il faut y aller avec deux paires de chaussettes ; celle fine de vélo et des chaussette de tennis . Le pied doit être libre sans serrage avec les socquettes de' vélo et serré uniformément avec les chaussettes de tennis . Ensuite il faut vérifier que l'on peut positionner le cale à la bonne distance sous la chaussure.
    – Si vous achetez une paire de chaussure avec une pointure de plus , pour que le pied soit tenu il vous faudra serrez sur les sangles et cette action va freiner le retour veineux d'ou le feu aux pied .

    Très peu de personnes qui pratiquent le cyclisme ont de véritables pathologies liées à un problème physique .
    La plupart du temps si , lorsque vous avez le feu aux pieds le fait de marcher 5 mètres suffit à le faire disparaître c'est que vous avez les cales trop engagées ou / et que vos chaussures sont trop grandes et que vous les errez trop .

    Une paire de chaussure doit être munie de semelles avec voûte plantaire et pour ma part je conseille les cyclistes à choisir les chaussures en ayant acheté au préalable des semelles comfortable de chez CARNAC , avec une vrai voûte plantaire pour favoriser le retour veineux naturellement .
    l'ors de la marche , la voûte plantaire , avec le déroulement du pied au sol , active la pompe de refoulement du sang vers le cœur , sur le vélo point de déroulement du pied et donc pas d'aide au retour veineux .
    Le choix d'aune bonne semelle comme celle citée est l'un des premiers actes l'ors de l'achat des chaussures.

    Comme nous venons de le voir il existe de nombreuses pathologies en cyclisme..

    Généralement il faut non seulement s'assurer que la position est bien réglée mais que les accessoires sont bien positionnés : selle horizontale , recul de selle correct , distance selle cintre correcte permettant une position buste incliné avec bras cassés , guidon suffisamment bas pour permettre l'inclinaison naturelle du buste , hauteur de selle correcte en fonction de la valeur de l'entrejambe mais aussi le la longueur des manivelles et de la longueur des pieds et métatarses , cocottes à la même hauteur et suffisamment redressées pour éviter une hyper flexion des poignets.

    La position commence aussi par le choix des chaussures et il est nécessaire de vérifier que le pied ne sera pas ni trop serré ni trop large mais aussi que les cales pourront être réglées correctement en recul .
    Enfin la selle doit être parfaitement adaptée et avoir une déformation dans le temps qui ne change pas la position du "creux de selle ".

    Traiter les pathologies en cyclisme c'est commencer par vérifier l'origine de celle-ci sur le vélo qu'utilise le cycliste et ensuite de vérifier sa position par rapport à sa morphologie, sa souplesse , et son activité cycliste.
    Pour plus de plaisir sur son vélo

  2. Tourte

    Oui, bien d’accord avec tout le monde sauf qu’il manque l’essentiel pour le sportif amateur : des spécialistes du domaine médical pouvant effectuer ces réglages en fonction des différentes pathologies (approche différente de la plupart des études posturales). Après + 10 ans de pratique du VTT notamment en compet sans aucun problème, je traine un souci au genou droit depuis 2 ans (TFL + souci au tendon rotulien…), c’est la grosse galère. Outre le parcours médical, j’ai réalisé une étude posturale sans grand changement. Il me reste la consultation de sites internet qui disent tout et son contraire, des forums qui vous démoralisent plus qu’autre chose (tous ne sont pas aussi bien que celui du Dr Menuet !) … J’ai moi même « bidouillé » différents réglages (jusqu’à mettre des rondelles sous les cales) avec des résultats très mitigés…

  3. Jean Jacques Menuet

    Oui Sylvain, je connais bien ton parcours et je sais bien la douleur morale que tu ressens car tu es limité dans ta pratique. Tu sais, dans le milieu pro quand on pense qu’un couriser présente un problème de réglage de vélo si par exemple il présente une tendinite rotulienne: tout le monde se déplace au « cul du camion »: le coureur, le mécano, le kiné, l’ostéo, le directeur sportif, le doc s’il est présent; le gaillard pédale sur Home traîneur, roulotte un peu, le mécano tente qqs réglages, si l’équipe dispose d’un podologue on lui adresse le coursier; souvent on trouve, et qqf on ne trouve pas … Avec le recul de l’expérience et pour avoir probablement examiné des milliers de cyclistes, je pense qu’il existe des prédispositions individuelles peu compatibles avec le vélo; ça ne veut pas dire que le coursier ne peut pas rouler, ça veut dire qu’il sera svt embété; comme dans toute approche médicale on ne peut pas tout guérir, on peut parfois apaiser; je comprends donc totalement ce que tu ressens; avec mes amitiés, JJac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *