arréter de fumer avec l’hypnose médicale, avec le choix de l’hypnose éricksonienne

 

Arrêt du tabac par hypnose : arrêter de fumer

définitivement ?

L’hypnose est une technique efficace dans la prise en charge médicale de l’arrêt du tabac

Le prix du tabac augmente encore … je n’ai pas trop d’avis là-dessus si ce n’est qu’on doit souhaiter que la manne récoltée par l’Etat soit utile pour la santé de nos concitoyens avec des démarches de prévention car oui le tabac est toxique, tout le monde est d’accord.

Pourquoi rédiger sur mon site de conseils en médecine du sport un article sur l’arrêt du tabac ? tout simplement parce que, ainsi que je vais le développer, j’ai la conviction qu’associer l’hypnothérapie médicale et la mise en place d’activités physiques structurées (adaptées à chaque personne) constitue une stratégie plus performante; de même qu’il me semble justifié de formuler également des conseils nutritionnels. 

Jean-Jacques Menuet,

–site de conseils en médecine et en nutrition du sport:  http://www.medecinedusportconseils.com/

     –site sur lequel sont mises en ligne des séances de sophrologie : http://www.seance-sophrologie.com/

Après qui peut se permettre de juger, d’interdire avec des arbitraires, des dictats ; il ne s’agit pas de fustiger les fumeurs, de les jeter à la vindicte populaire ! Le tabagisme est une dépendance, et les personnes qui souhaitent se libérer de cette dépendance doivent se faire aider.

La dépendance au tabac est double : la personne est dépendante « chimiquement » de la nicotine mais elle est aussi dépendante de l’habitude de fumer (horaires, la cigarette après le café, le rite pour allumer la cigarette, la solution pour lutter contre un petit coup de stress, la cigarette après le repas, etc. etc.) Cette composante physique justifie que cette prise en charge de l’arrêt du tabac soit médicalisée, l’interrogatoire doit être spécifique.

De nombreux outils sont efficaces dans la lutte contre le tabac ; la décision personnelle d’arrêter de fumer est celle qui marche le mieux ! … mais s’il est facile d’arrêter, il est difficile de ne pas reprendre. Mon expérience dans l’aide que j’apporte pour prendre en charge cette dépendance m’amène à dire que le taux de réussite est d’environ 50%, toutes techniques confondues  : l’arrêt spontané, l’homéopathie, les patchs, l’acupuncture, l’hypnose, la sophrologie. J’aurais tendance à dire que pour réussir à arrêter de fumer il faut surtout s’attacher à remplacer la place qui occupait une partie de notre cadre de vie : une « case » est vide, il faut la remplir. Si on ne remplace pas ce vide, le risque de reprendre à fumer est majeur. La nature ayant horreur du vide, spontanément l’arrêt du tabac est volontiers relayé par une prise de poids, ou un stress, des troubles du sommeil, ou une autre dépendance.

Si bien que j’ai pour habitude, c’est tout du moins mon expérience, de proposer une stratégie globale pour augmenter la réussite de ce challenge qu’est l’arrêt du tabac.

En qualité de médecin du sport et de nutritionniste du sport il m’apparaît logique de proposer la mise en place d’activités physiques adaptées, et d’associer des conseils nutritionnels pour diminuer le risque de prise de poids et apaiser le stress du fumeur qui souvent hésite à arrêter de fumer par crainte de prendre du poids. D’où une triple stratégie :

  1. séance d’hypnose médicale,
  2. nutrition,
  3. activité physique.

Bien sûr ma longue expérience de la pratique de l’hypnose médicale m’amène à proposer cet outil dès lors bien sûr que la personne présente un haut degré de motivation pour l’arrêt du tabac ; si cette technique est proposée par un professionnel de santé, que sa formation est sérieuse (pas en quelques w-ends …), que l’éthique la plus stricte est assurée, de nombreux professionnels sont en mesure de proposer cette technique. Et souvent une seule séance suffit, après une première consultation pendant laquelle le patient et moi-même construisons le contenu de SA séance. J’ai pour habitude d’enregistrer la séance, de sorte que le patient puisse écouter chez lui, à son rythme, quand il en ressent le besoin, cet enregistrement qui est un véritable exercice, tout comme un sportif travaille à l’entraînement.

Dans son histoire avec le tabac, chaque personne est différente, et donc chaque dossier est différent, et donc chaque séance sera différente ; avant d’installer une rupture il y a eu une histoire d’amour, de dépendance; si bien qu’il apparaît plus logique de proposer une stratégie personnalisée (séance d’hypnose, nutrition, activité physique ou sport) plutôt que de prescrire les mêmes patchs à tout le monde. Parmi toutes les solutions pour arrêter de fumer je ne dis pas que l’hypnose est la plus efficace, je dirais plutôt qu’elle me semble la plus confortable, la plus respectueuse du mode de fonctionnement de la personne.

De plus l’hypnose ericksonienne représente à mon sens un véritable outil de développement personnel, dans un mode de vie actuel où il est parfois difficile de prendre le temps de prendre le temps pour profiter de ce qui se passe autour de soi.

Il est fréquent d’observer que la prise en charge proposée par l’hypnose éricksonienne pour l’arrêt du tabac permet à la personne de progresser par rapport à d’autres difficultés : les troubles du sommeil, la gestion difficile d’une vie qui va trop vite et dans laquelle le stress s’invite trop souvent, un regard inquiet sur des soucis somme toute banaux et que l’on résoudra mieux si on n’y attache que l’importance qu’ils méritent. Et souvent la personne va progresser dans sa confiance en soi, pour mieux aborder d’autres combats.

Arrêter de fumer grâce à l’hypnose semble donc une solution efficace qui apaise les symptômes de sevrage, encourage le patient à se projeter dans un avenir où son challenge a été victorieusement remporté, pour un bénéfice au niveau de sa santé : mieux respirer, être moins essoufflé, le retour de l’odorat et du goût, la préservation de son cadre de vie pour soi et les personnes qui partagent ce cadre (l’haleine, les odeurs du tabac par exemple …), un bien-être physique avec moins de palpitations (la nicotine est un composé « psychoactif ») ; et la satisfaction immense d’avoir remporté une belle victoire, pour soi mais aussi pour les gens autour de soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *