Sport et cannabis, les effets et les dangers du cannabis

Le cannabis c’est le « pétard » mouillé de la performance

CANNABIS ET SPORT                        ATTENTION DANGER

Cet article n’a pour objet que de livrer des informations médicales; de nombreux commentaires sont parfois postés par les internautes « le cannabis c’est inoffensif, c’est de l’herbe, moi je ne m’approvisionne qu’avec du naturel, donc vous médecins arrêtez de juger et ce produit devrait être légalisé »; ma réponse est claire: loin de moi l’idée de juger, de guider les gens dans leurs choix; chacun fait ce qu’il veut; juste je rappelle que ce produit est aisément détectable dans les urines, et que ça entraîne un contrôle positif. Mais il est clair que  l’alcool et le tabac font des ravages sur la santé bien plus dramatiques … ; voici donc les principales notions à connaître sur les conséquences de la consommation de cannabis:

Le cannabis se distingue comme la première cause de dopage pour la génération actuelle des sportifs

 

La santé : il est maintenant très largement admis que lorsque tu fumes un joint tu ne sais pas ce que tu fumes (il n’y a pas d’étiquette sur le joint avec la composition !!): la résine est souvent complètement trafiquée, elle peut contenir des amphétamines et plein de « bricoles » (herbe bien sûr mais aussi huile de vidange, caoutchouc, poudre d’ecstasy voire même héroïne ou cocaïne pour rendre plus dépendant le consommateur) La résine est parfois agglomérée avec de la merde de chameau, autant dire, sans être méchant avec les chameaux, que le cannabis c’est de la merde ! La substance toxique contenue dans le cannabis est le « THC », et les joints depuis quelques années sont beaucoup plus concentrés en « THC » Le cannabis agit sur le cerveau (petit à petit le consommateur est démotivé, ne s’intéresse plus à grand-chose, la mémoire s’altère, il plante ses objectifs scolaires professionnels et sportifs, il s’isole), mais aussi sur les intestins et l’estomac (troubles digestifs), et surtout sur la gorge la langue les bronches et les poumons, et les médecins spécialistes de la gorge et des poumons observent des cancers beaucoup plus fréquents à partir de l’âge de 25 ans chez les gros consommateurs de cannabis. Si lors d’une soirée « chaude » un fumeur est pris d’un malaise (qu’on appelle le « bad trip ») : il faut ouvrir la fenêtre, desserrer le col de la chemise, mettre de l’eau froide sur le front, placer la personne sur le côté, et surtout appeler des secours (les Pompiers ou le Samu), il ne faut pas perdre de temps.

Le sport :

  • Aucun bénéfice sur la performance sportive n’a pu être prouvé, tout au contraire : excès de confiance et le sportif, par manque de lucidité, de maîtrise de ses sensations, et par un manque de clarté dans la lecture du jeu va se blesser plus facilement, il va également être dans une attitude agressive.

 

  • Tu sais déjà qu’un contrôle anti-dopage peut avoir lieu autant pendant un entraînement que pendant un match.

 

  • Le cannabis fait partie de la liste des produits interdits et il est très facilement retrouvé dans les urines lors d’un contrôle anti dopage et les méthodes de détection sont de plus en plus précises.

 

  • Déjà sur le bord des routes les Autorités de contrôle disposent d’un dispositif qui recherche le cannabis dans la salive (test avec un buvard) ; cette technique arrivera probablement rapidement pour les contrôles anti-dopage.

 

  • Lorsque tu fumes un SEUL joint tu es positif dans les urines beaucoup plus longtemps que tu ne le penses : ça peut aller jusqu’à 30 jours après avoir fumé ce joint !! (plus le sportif est gras plus il garde longtemps des traces de cannabis, car le THC se fixe dans les graisses; sachez que les filles « gardent » le cannabis plus longtemps que les garçons)

 

  • Si tu ne fumes pas mais que par exemple lors d’une soirée ou d’un transport en voiture, quelques personnes fument des joints, tu respires la fumée et donc tu risques d’être positif lors d’un éventuel contrôle.

 

  • Sur 2 contrôles anti-dopage positifs, un contrôle concerne le cannabis, c’est énorme.

 

Comment s’en sortir ? : seul c’est difficile ;

  • Il faut en parler à quelqu’un de confiance, de ta famille ou un copain (qui ne fume pas !!)

 

  • Tu peux en parler à ton médecin, ce que tu lui diras est couvert par le secret médical, et il te proposera une aide.

 

  • Un  numéro de téléphone (8h à 20h) strictement anonyme :                 0 811 91 20 20

 

 

 

« divers » :

  • Si celui qui te vend « ton » cannabis est pris, ne t’inquiète pas, il donnera son carnet d’adresses et tes parents auront la surprise de voir « débarquer » la police …

 

  • Les gardes à vue sont de plus en plus fréquentes.

 

  • Si tu es positif  lors d’un contrôle anti-dopage bien sûr tu seras suspendu mais la réputation retentira sur ton entraîneur, ton club, ta Ligue, la structure sportive qui t’accueille.

 

N’hésite pas à parler de ces infos autour de toi et à réagir à ce document. Car toi aussi, beaucoup plus que moi, tu peux mener une lutte contre le cannabis et ses DANGERS tant sur la santé que sur la performance sportive.

Je tiens toutefois à préciser que je suis de ceux qui s’élèvent contre l’hypocrisie de certains « lobbyings »: l’alcool consommé avec la bénédiction des politiques qui ont la trouille de ne pas se faire réélire dans les régions vinicoles, l’industrie pharmaceutique qui « gave » certaines catégories de patients de tranquillisants, la bénédiction des politiques qui encourage sournoisement les soirées Redbull-Vodka et parties de « tombeau » (mélanges d’alcools) chez les adolescents. Mais il faut bien concevoir qu’en tant que médecin j’ai un devoir d’information et que le sportif doit connaitre les conséquences sportives et pénales de la consommation de cannabis, point.

Egalement vous trouverez sur ce site des séances de sophrologie à télécharger, pour le travail du mental du sportif, en particulier du cycliste.

 

18 Comments Sport et cannabis, les effets et les dangers du cannabis

  1. jean-yves

    Désolé d’intervenir si souvent ,mais plusieurs points m’ont interpellé
    Donc le cannabis atteint aussi bien les fumeurs passifs que les actifs ,et lors d’un contrôle de police ou anti dopage nous pouvons être passif d’être considéré comme fumeur de cannabis, le taux de THC est il le même chez un fumeur passif que chez un fumeur actif? Deuxième point il est difficile dans certaines soirées même si on ne consomme pas d’interdire les autres de consommer du Cannabis , même en les prévenant des risques , ils crieront souvent à l’intox ou certains parleront du caractère curatif du cannabis … Enfin bref c’est loin d’être simple dans une population qui compte une population de 18-25 ans qui est à peu près à 70% des consommateurs occasionels de cannabis

    MA REPONSE : c’est vrai que le débat est difficile, et mon argument de « cannabisme passif » peut paraître de l’intox; j’en avais discuté avec des toxicologues qui m’avaient dit que théoriquement, tout comme le « tabagisme passif », si on inhale la « fumée » des autres on peut retrouver des traces dans les urines; mais effectivement, comme tu l’évoques le taux de THC sera alors faible; de plus j’ai l’impression, mais attention je peux me tromper, que des cas récents de contrôles positifs au cannabis à l’entraînement sont suivis d’un simple avertissement; tout comme toi je vois bien que plus de la moitié des 15-19ans environ « fument »; par contre à partir du moment où ils sont licenciés dans une fédé sportive ils doivent accepter la règlementation anti-dopage, on est dans l’histoire du feu rouge à respecter mais beaucoup passent à l’orange … Ce qui est sûr, et c’est mon expérience comme celle des nombreux enseignants que je soigne, c’est que le cannabis c’est quand même une « belle merde » qui certes doit faire voir la vie en rose (je n’en sais rien, je n’ai jamais essayé), mais la motivation disparaît, pour les études à une période où tout se joue, et pour le sport également. Cordialement et merci pour ton intéractivité sur ce site dont le trafic augmente de jour en jour. JJM

  2. John

    En parlant du fait de fumer, cela m’évoque plusieurs questions:

    Ma mère est une fumeuse assidue (je parle de tabac hein) . La plupart de mes amis le sont (je parle toujours de tabac). Etant jeune, j’ai donc « en toute logique » suivi le chemin amical/familial en fumant avec mes amis: je n’étais pas un gros fumeur, cela devait etre 5/7 cigarettes par jour, et cela a du durer un an.
    Evidemment cette année là, je me suis ramassé beaucoup plus de rhum, j’étais essouflé, etc. Bref quand on a 16 piges on est pas bien futé.

    Ce que je me demande c’est si la voie que l’on prend par rapport au tabac est toute tracée: Tes parents fume, tu as respiré de la fumée étant jeune, etc => Cela m’étonnerait j’en suis le contre-exemple.

    Si c’est lié à une question de volonté: Ca a duré jusqu’à mes 16 ans pour m’amuser, par mimétisme social, puis maux de tête aidant, maladies, je suis retourné dans le sport (que je pratiquais depuis tout jeune), et cela fait 10 ans que je vis évidement sans et pour le vélo

    Ou alors troisieme hypothèse, est-ce qu’il y a une explication scientifique et réelle sur les disparités entre les sujets pour l’aspect « dépendance ». En gros, sommes nous tous égaux face à la dépendance de la cigarette et de fait: est-ce une question de volonté, ou alors certaines personnes sont elle plus sujette à vite devenir dépendant. Quand je parle de dépendance je parle de dépendance physique, pas psychique « je vais mal vite une clope », « il m’a enervé, vite une clope », « héhé quelle super soirée, vite une clope ».
    En gros d’autre personne ayant fumé une année à faible dose comme moi peuvent elle avoir beaucoup plus de chance que moi de devenir fumeur et dépendant réel, quelqu’en soit leur motivation pour cesser.

  3. Jean Jacques Menuet

    MA REPONSE à John, basée plus sur mon expérience en clientèle que sur la lecture d’études scientifiques dont je me méfie; car pour le tabac comme pour l’alcool il y a les lobbyings qui poussent insidieusement à la consommation, et tout à l’inverse ceux qui s’autorisent à interdire ce qui à mon sens constitue une entrave à la liberté. Comme praticien de terrain j’ai vraiment l’assurance que les facteurs déterminant sont: 1/ le jour de la découverte du tabac, avec le contexte environnemental qui a pu être déterminant 2/ les souvenirs et les images « gravés » dans la mémoire: l’odeur du tabac, l’image bien ancrée des parents qui fument et effectivement on reproduit ce qu’on a engrammé dans notre enfance tout comme on peut au contraire furieusement rejeter. 3/ les capacités de dépendance addictive à la Nicotine: chacun est différent et en 4/ je mettrais les facteurs sociaux (études en fac, soirées, copains, les collègues de travail qui fument, etc.) Puis en 5 le profil psychologique: celui qui résiste, ne veut pas coller au groupe, ne cherche pas à s’identifier par rapport au groupe, a la volonté de dire non, a les capacités de s’affirmer autrement, est conscient de la nécessité d’une bonne hygiène de vie, respect du corps, etc. Si bien que je pense qu’il n’y a pas de notion d’hérédité. Voilà un peu en « vrac » mes réflexions sur le tabac. J.J.M

  4. Zoe23

    Deuxième point il est difficile dans certaines soirées même si on ne consomme pas d’interdire les autres de consommer du Cannabis , même en les prévenant des risques , ils crieront souvent à l’intox ou certains parleront du caractère curatif du cannabis …

    Et bien, il est vrai que interdire les gens de fumer du canabis est difficile d’autant plus que on a surtout tandance a le banaliser. L’Hote de la soiree a son mots a dire il me semble si c’est vous (lHote) qu’elle est votre reaction ? Vous tolere?! ete bien chaqu’un se met la tete dans le sable ..Bravo si vous vous dites qu’il n’y a rien a faire …soyons serieux

    -consulter n’importe qu’elle site pour les ados pour lutter contre la drogue tout les demarches a suivre sont indiques
    -commence par demander le respect de votre environnement a vos proches selon leurs reactions vous aurez une réponse de la valeur de votre amitié et ou du respect qu’ils accordent a autrui………
    sinon a Vous

    nous fesons simplement face a une paresse ou une négligence dans le milieu des 20- 30 ans
    Zoe23

  5. Eric HURIER

    Bonjour Jean-Jacques,

    Courtoisie et respect étant de mise, je me permets de t’appeler par ton prénom, pour tout ce que tu m’as apporté par la sophrologie (années 1995-1997, passionné informatique, me déplaçant en moto, phobique…, ma fille Lucie qui a bien grandi) ; bref, je cautionne tout ce qui peut être dit sur ce qu’il se trouve en vente sur le cannabis (THC) actuellement ; tant qu’à donner une conseil, vous pouvez vous en passer ; mon intervention vient pour dire que je réserve cette alchimie moléculaire à des gens comme moi qui souffrent de douleurs dites « neuropathiques » ; un dérivé en spray existe au Canada, Etats-Unis, Suisse : il se nomme le « Sativex » ; hélas, aucun protocole d’essai thérapeutique en France à ma connaissance ; je connais pas mal de gens dans la souffrance (je souligne) qui ont tout essayé (Lyrica, Carmabazépine, Tegretol = des coups de massue) sans succès, et, pour lesquels le THC apporte de bon moment de répis, notamment dans la sclérose en plaque ; la seule et unique solution qui est répréhensible et de choisir ses plants et de savoir ce que l’on inhale pour passer une nuit tranquille ; maintenant, celles et ceux qui sont en bonne santé, faites du sport, votre organisme fabriquera des endorphines, c’est naturel et tout ira pour le mieux !^^

    Lucie, ma fille pratique l’équitation, c’est un sport à part entière et je souhaiterai ouvrir un « post » qui concerne cette discipline, un peu de côté, niveau sportif, j’entends (préparation, concentration, importance du mental, possibilité d’une approche mentale chez soi, récupération, bref je ne renierai jamais ce cher « Erickson » ; je peux désormais attendre dans des salles d’attente en faisant des micro-siestes qui valent mieux que des tranquillisants ou que d’écouter les commérages. Merci Jean-Jacques pour cet espace que je ne manquerai pas de faire connaître ; satisfait surtout de ressentir par le biais de ce lieu d’échanges, de meilleures vibrations 😉

  6. Jean Jacques Menuet

    ok Eric; oui je me souviens bien; je publie ton commentaire car ttes les expériences doivent être entendues et personne n’a le droit de juger; porte-toi bien; avec mon meilleur souvenir; jjacques

  7. Fred

    Salut,

    J’ai conscience que je déterre un ancien post, mais j’aimerai relever quelque chose quand même.

    Il y a un énorme amalgame dans l’article entre le cannabis, qui est une plante, et le « shit », qui est une préparation à base de cette plante.

    C’est à peu près aussi grave que de confondre de la farine et un gâteau.
    Donc en fumant un joint, on peut en effet ne pas savoir ce qu’il y a dedans, mais être aussi très bien au courant. La culture du cannabis, bien qu’illégale, est assez répandue en France et ailleurs, et une étude sérieuse se devrait de regarder les effets réels de la plante plutôt que tel ou tel dérivé merdique.

    Il ne faut pas croire, des fumeurs de cannabis s’interrogent tout de même et aimeraient avoir des réponses claires pour savoir à quels risques ils s’exposent, si risques il y a.

    C’est un débat éminemment politique, et c’est bien dommage.

  8. Jean Jacques Menuet

    Bjr et merci pour ce commentaire « honnête.

    Je suis médecin et ne peux donc m’interdire de juger.

    J’ai toutefois une mission d’information.

    Oui bien sûr vous avez raison: je ne suis pas herboriste mais je me doute bien qu’entre l’extrait « naturel » et le shit il y a une différence.

    Néanmoins les effets de la substance contenue dans le cannabis sont bien connues: altération sensorielles, sécrétions de neuro-médiateurs tels que la Dopamine, euphorie, somnolence, prise de distance par rapport à la réalité; et tout àa fait d’accord pour dire que qqun qui se gave avec des tranquillisants avec la caution des lobbyings de la pharmacie, ou qui picole avec la bénédiction de nos politiques qui ne peuvent se mettre à dos les régions vinicoles; ou encore les ados qui se biturent avec le Redbull et la vodka avec la bénédiction des politiques: ce n’est pas mieux, voire pire; du coup c’est effectivement un pb politique. Mais le devoir d’information du médecin existe; même si cela fait lgtp que je me suis « assis » sur cette notion de pouvoir, considérant que le savoir et l’expérience d’un jardinier ou d’un ouvrier sont tout aussi respectables, voire plus que l’attitude d’une (petite?) partie du corps médical qui ne respecte pas les « patients » en les expédiant et les rendant dépendants au lobbying médical, c’est un autre problème.
    Ensuite je suis médecin du sport: un sportif qd il signe une licence, il sait qu’il y a une liste de produits interdits, et donc il se doit de respecter ça, point.
    Enfin, mon recul de 30 années d’exercice m’a qd même fait observer un côté « délinquance » plus risqué dans la problématique du cannabis. Quoiqu’un conducteur saoul qui écrase 3 gamins …
    Donc, voilà, je tenais à répondre à votre commentaire, en résumé je suis contre tte attitude liberticide (on est de passage sur terre, qui peut se permettre de coacher tte notre existence avec des dogmes??), mais concevez bien que j’ai un devoir d’information et que pour le cannabis je n’ai pas « tout faux »; ok? très cdlt, jjM

  9. Jean Jacques Menuet

    bjr; je vous trouve bien agressif … Je suis médecin, je suis amené à suivre des patients jeunes et moins jeunes addicts à pas mal de trucs; sans juger, seult pour aider ce qui me semble ma mission; mieux que vous je connais les alternatives et solutions que je peux proposer à des patients qui souffrent de pathologies organiques et je n’ai pas besoin de votre article dont bien sûr je maîtrise les données, depuis bien plus lgtps que vous; plus que vous j’y consacre mon tps et mes efforts, c’est mon devoir; libre à vous de consommer ce que vous voulez; j’ai aussi le droit de mettre en alerte les sportifs (3 à 5000 par jour) qui fréquentent ce site sur l’usage du cannabis déjà parce qu’un contrôle antidopage serait positif; à titre récréatif pour cette consommation de cannabis, faites ce que bon vous semble, ça reste votre pb, chacun fait ce qu’il veut, je ne juge pas; que les gens aient besoin de se justifier ça me semble logique, c’est un bon moyen de se dédouaner, de se justifier, de pouvoir se regarder dans une glace; bien cdlt, jjM

  10. aazzz

    Puis alors j’ai oublié de le dire mais, faire une fausse études en parlant de cannabis et en déviant sur le hashish coupé, sans faire aucun test avec du vrai cannabis et donc la vrai herbe bien pure, c’est totalement débile.

    Vos incompétence est remarquable, je ne sais même pas comment ils est possible d’avoir un diplome de médecin et de ne pas êtres capable de distinguer ce qu’est un produits de base et un dérivé…. vous êtes un médecin pathétique.

  11. Jean Jacques Menuet

    Bjr et un grand merci pour votre sympathique commentaire; continuez à consommer du shit, ça concerne votre vie perso; j’ai toutefois le droit d’en deconseiller la consommation au sportif ne serait-ce que pk il s’agit d’un produit positif aux contrôles; un peu de tolerance, je vous trouve bien nerveux; peut-etre un conseil : remplacer le shit par de la verbeine ou de la camomille…… Bien cdlt

  12. Pingback: Le cannabis : le dopage en question | ExtraFoot

  13. Canna

    CONNERIES ! Ca dépends des personnes ca fait 30 ans que j’en fume et mes performances sont au top. lol

  14. Erwan lebreton

    après avoir lu ce passage  » résine est souvent complètement trafiquée, elle peut contenir des amphétamines et plein de « bricoles » (herbe bien sûr mais aussi huile de vidange, caoutchouc, poudre d’ecstasy voire même héroïne ou cocaïne pour rendre plus dépendant le consommateur) La résine est parfois agglomérée avec de la merde de chameau, autant dire, sans être méchant avec les chameaux, que le cannabis c’est de la merde ! » j’ai écris ce com’ et fermé a page, c’est un tissu de connerie et d’improbable ramassis de légendes possible mais au « mieux » anecdotique et au pire ridicule et inventé de toute pièce, la suite de l’article est peut être bien mais je le saurais jamais, quand on écrit un article sérieux on essaye d’évité de raconter des énormité pareil dés le début.. naze..

  15. Jean Jacques Menuet

    et bien continuez à fumer, pas de problème, ça ne dérange personne; et bravo pour vos performances !!! Juste chacun a le droit de penser ce qu’il veut; pour moi regarder la vie avec des lunettes roses c bof; bonne chance à vous

  16. Jean Jacques Menuet

    un gd merci pour la sympathie de votre message et votre esprit libéral; Juste chacun a le droit de penser ce qu’il veut; pour moi regarder la vie avec des lunettes roses c bof; et ma vision de terrain me fait confirmer que très svt le joint ne contient pas que de l’herbe; mais probablement avez-vous un fournisseur bio !! bonne chance à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *