IL FAIT CHAUD !!! COMMENT GERER LA CHALEUR ?? ATTENTION aux dégâts !!! voici 10 CONSEILS SIMPLES

Tout comme le froid, le décalage horaire, l’altitude : l’organisme doit s’adapter à la chaleur et cette adaptation demande 3-4 jours pendant lesquels il faut être très prudent. Voici DIX conseils simples :

°°° Soyons logiques : pour l’amateur ou le sportif qui pratique peu, il n’est pas question de partir rouler ou courir l’après-midi en plein soleil : la sortie sera matinale (mettez votre réveil !) ET BIEN SUR : dès l’apparition de mauvaises sensations (maux de tête, vertiges, nausées, grande soif, troubles visuels) il faut réduire l’intensité de l’effort voire même interrompre cet effort, puis se mettre au frais chez soi, prendre une douche fraîche, ne plus prendre le soleil dans la journée, et si sensations de nausées, maux de tête : prendre sa température et consommer dans un petit verre d’eau 500 mg de PARACETAMOL effervescent et (sauf si vous présentez une allergie ou intolérance à l’Aspirine) 500 mg d’ASPIRINE. SURTOUT ne pas hésiter à appeler un médecin si les signes sont bien marqués, ceci est surtout valable chez l’enfant qui est beaucoup plus fragile à la chaleur car son corps contient plus d’eau que l’adulte, d’où un risque de déshydratation, j’impose donc la plus grande prudence.

°°° Boire régulièrement un petit peu par un petit peu pendant la journée qui précède et le jour de l’épreuve jusqu’au départ ; avoir une bouteille d’eau plate à disposition la nuit à côté du lit pour boire 2-3 gorgées si réveil nocturne.

°°° Eviter une exposition au soleil prolongée avant  le début de l’effort. Privilégier une tenue blanche ou de couleur claire (c’est la même chose pour le casque : s’il est noir autant mettre la tête dans un micro-ondes !), ample (large au niveau des aisselles, cou pas serré, ceci pour que l’air circule) Bien sûr la casquette sera blanche et bien ventilée.

°°° Si le sportif présente un retour veineux « moyen » je conseille la prise d’un phlébotonique la veille au soir et le matin de la course ou du match, car le retour veineux est moins performant quand il fait chaud et dans certains sports comme le foot ou le cyclisme, le sportif présente volontiers ce qu’on appelle « le feu aux pieds » (= le pied gonfle dans la chaussure) De même qu’il est logique, avant  puis après l’effort, de porter une contention veineuse comme des chaussettes de contention même si je sais bien que quand il fait très chaud le port de cette contention n’est pas très confortable.

°°° ½ heure avant  le début de l’effort je conseille la prise de 10 granules de « CHAMOMILLA 5CH » et 10 granules d’ « ARNICA 5CH » à laisser fondre dans la bouche ; il peut être aussi légitime de prendre 500 mg de Paracétamol (DOLIPRANE, DAFALGAN, EFFERALGAN, etc.)

°°° Si cela est possible limiter la durée de l’échauffement. Bien gérer le début de l’effort (sauf si sur une course à vélo ça attaque souvent  au « kilomètre zéro !!) Il est préférable de gérer un effort régulier plutôt que des intensités fractionnées.

°°° Pendant l’effort plus il fait froid plus il faut sucrer alors que plus il fait chaud plus il faut saler et sucrer un peu moins ; si bien que je conseille de sucrer moins les bidons, et surtout de saler un peu (2 pincées par bidon sucré) et veiller à disposer d’un bidon d’eau plate pour s’asperger le front et la nuque pendant l’effort (car avec la vitesse l’eau s’évapore et abaisse la température de la peau)

°°° Bien sûr boire TRES régulièrement, un petit peu par un petit peu pendant toute la durée de l’effort, puis jusqu’au coucher.

°°° Eviter de boire glacé et gazeux pendant puis juste après l’effort car lorsqu’il fait chaud l’estomac et les intestins sont beaucoup plus sensibles Si pendant l’effort la transpiration a été importante: il faut assez vite après la fin de l’effort boire 250 ml de Vichy St Yorre, puis d’ici la fin de journée boire une petite c-à café de « sirop de Gluconate de Potassium » MAIS il faut voir ça avec votre médecin.

°°° Enfin, terminons par un sujet qui « fâche » : lorsqu’il fait chaud il faut éviter la « petite mousse » ou le « petit » verre de rosé qui ne seront pas de bons partenaires pour l’effort physique (avant –pendant-et juste après) en cas de chaleur (déshydratation plus rapide, élévation de la température corporelle) ; ensuite je ne peux pas interdire une « bonne » petite bière dans la soirée lorsque l’organisme a retrouvé son confort…

Je souhaite absolument que vous n’hésitiez pas à faire partager vos propres conseils et astuces, un grand merci pour nous tous. Je ne détiens aucune vérité, je ne parle que de mon expérience et de celle de « mes » sportifs, toute autre idée est bonne, c’est l’objectif de ce site.

8 Comments IL FAIT CHAUD !!! COMMENT GERER LA CHALEUR ?? ATTENTION aux dégâts !!! voici 10 CONSEILS SIMPLES

  1. alex

    La creme solaire est ultra ultra importante, on oublie trop souvent ce detail et les ravages sont souvent permanent.

    Aussi, on m’a toujours conseillé de simuler les conditions d’une course avant. Si je dois courir en floride, je m’entraine pendant 10 jours a faire du hometrainer sans ventillo et avec la fenetre fermée.

  2. Jean Jacques Menuet

    OK Alex, très bien; en fait je vais regrouper dans un article les commentaires constructifs qui me parviendront, comme le tien; cdlt, jjM

  3. Douet

    Bonjour,
    Vos articles sur les forte chaleur et la déshydratationsont très intérréssent et instructif.,
    J’essaie depuis 3 ans de trouver une solution a un probleme que je rencontre après chaque triathlon(notamment quand il fait chaud.Un gros mal etre qui apparait environs 45 min/1h aprés la course et qui peu durée jusqu’a 3 heures.Vomissement,diahrré,grosse fatigue…
    y a t’il un article ou je pourrais enfin me libèrer de mon cauchemard d’aprés course qui va me pousser à tout arreter.
    Merci.

  4. Jean Jacques Menuet

    ok; lors des compéts longues distances dans tous les sports mais encore plus en course à pied, le tube digestif, surtout quand il fait chaud, est soumis à d’énormes contraintes; il m’arrive souvent de conseiller la prise d’un sachet de SMECTA la veille avt le coucher, et le matin dès le lever; également je conseille la prise d’un gel gastrique (aun niveau du goût le meilleur c’est le « Polysilane ») 1/h avant le départ dans l’eau, puis avt la marathon. Parles-en à ton doc; cdlt, JJM

  5. loïc

    Bjr,
    pour répondre à Douet, il m’arrive excatement la même chose après les courses cyclistes (même durant 1h30 à 2h) : nausées, prostration, absence d’appétit jusqu’au lendemain matin, maux de crâne. Le pire c’est de savoir que ça va arriver avant de prendre le départ lorsque la T° dépasse 27/28°C et comme on ne va pas arrêter la compet quand vient l’été… Je vais tenter la prise de paracétamol 1g avant les courses et donnerai des retours. Cdlt

  6. Jean Jacques Menuet

    ok; difficile de t’examiner par mail … Vérifie d’abord que tu ne présentes pas de tendinopathie rotulienne; ou il pourrait aussi s’agir d’un hygroma (épancht de liquide synovial); fais une écho; après il peut s’agir d’un problème de retour veineux; bref comprends bien que je suis très limité pour te répondre, je ne peux pas t’examiner par mail, … cdlt, JJM

  7. Jean Jacques Menuet

    ok; je conseille de passer une écho des 2 genoux et de présenter le dossier à un médecin du sport qui prend le tps d’écouter et d’examiner; par mail je ne peux pas en dire plus, dsl !JJM

  8. Douet

    Merci Jean jaques pour les conseils je vais tester le smecta la veille et avant la course.Mon doc est largué dans mes probléme si ce n’était que gastrique encore c’est pas grave mais il y a réellement un probléme de coup de chaud!
    l’idée de « baignade aprés course »vous en pensée quoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *