FOOTBALL : LES BLEUS EN STAGE D’ALTITUDE: POURQUOI ?? Par ailleurs, en dehors de cette préparation des bleus, j’évoque dans le sport en général les techniques de préparation en altitude (ou en chambres d’hypoxie), avec parfois des dérives possibles ??

Quels peuvent être les bénéfices attendus d’un stage en altitude:

j-jacques Menuet  http://www.medecinedusportconseils

 

La luminosité stimule l’épiphyse qui est une glande dans le cerveau qui sécrète la « mélatonine » qui a pour effet de stimuler l’éveil; on sait aussi que la luminosité agit sur le « moral » (vous savez même que certains patients dépressifs bénéficient de traitements qui consistent à s’exposer régulièrement à une lumière intense) et ….  cela peut toujours être utile pour « nos » sympathiques bleus. !! 

–Indépendamment de l’altitude un des objectifs d’un stage de regroupement est d’optimiser la cohésion du groupe, dans un contexte plus « hostile » qu’en plaine; aspect bien évidemment essentiel dans un sport collectif. 

–Habituer les joueurs à l’altitude; en particulier on leur souhaite de tout cœur de jouer une demi-finale et la finale à JOHANNESBURG qui se situe à 1750 m d’altitude: 

MAIS Il faut d’abord bien comprendre les effets de l’altitude sur l’organisme : avec un principe simplissime : si l’organisme est soumis aux contraintes de l’altitude il gardera « en mémoire » les mécanismes d’adaptation à ce « stress » de l’altitude ainsi que les sensations qu’il a expérimentées lors de cette exposition. Si bien que lors d’une future confrontation à l’hostilité de l’altitude il s’adaptera plus vite. 

–En altitude la pression en Oxygène est moins forte, donc on respire moins d’Oxygène donc les muscles reçoivent moins d’Oxygène, au repos, mais bien sûr surtout à l’effort. SI BIEN QUE CE SONT SURTOUT LES capacité en AEROBIE qui sont altérées pendant l’effort, mais aussi la RECUPERATION entre les matchs puisque le processus de récupération nécessite une bonne consommation de l’Oxygène. On peut penser que les attaquants seront moins déstabilisés dans leur jeu puisqu’ils parcourent moins de terrain. 

–Pour compenser ce manque d’Oxygène le cœur doit alors battre plus vite, et on doit respirer plus rapidement; donc on est plus vite essoufflé. Et comme on doit respirer plus, on se déshydrate plus vite surtout si le temps est chaud et humide. 

–En altitude, comme la pression en Oxygène est moins forte, la pression du ballon est modifiée, la pénétration dans l’air du ballon (et des joueurs!) est modifiée, le ballon « fuse » beaucoup plus, il est moins contrôlable. 

–En altitude le « retour veineux » est moins performant c’est à dire que le sang stagne plus au niveau des veines des jambes (il a du mal à « remonter » pour rejoindre le cœur), ça altère la qualité du fonctionnement des muscles des jambes pendant l’effort, et surtout la récupération après l’effort est moins bonne; donc très probablement les joueurs porteront-ils des chaussettes de contention avant-pendant et après les matchs. 

–En altitude, comme l’organisme est un peu déshydraté, le sang est plus épais, ce qui entraîne aussi un effet péjoratif sur l’irrigation des muscles. 

  

Alors, venons-en au principal: le stage en altitude à Tignes permet d’habituer les organismes à l’hostilité de l’altitude avec les effets que j’ai détaillés (respiration plus rapide, cœur bat plus vite etc.), de s’habituer aux modifications du jeu; et surtout comme les reins reçoivent moins d’Oxygène, pour compenser ils vont secréter une hormone qu’on appelle l’EPO; cette hormone a pour effet de stimuler la moelle osseuse pour qu’elle « fabrique » plus de globules rouges (au niveau biologique on va noter une progression du taux des « RETICULOCYTES » qui sont les « bébés » globules rouges), les muscles seront ainsi mieux oxygénés et l’effet de l’altitude sur les muscles sera atténué. 

  

MAIS ce n’est pas à une altitude de 1500 mètres que cette régulation des reins va se mettre en place: ce n’est qu’à partir de 3000 mètres que ce phénomène physiologique devient « performant », ce qui explique d’ailleurs que les « bleus » ont dormi pendant quelques nuits dans un refuge. 

  

On peut aussi craindre que les nations habituées à l’altitude (pays d’Amérique latine par exemple) soient avantagées car les joueurs sont déjà habitués à l’altitude, au niveau de l’organisme et au niveau des modifications du jeu. 

  

Je possède une bonne connaissance et expérience  sur la notion « sport-altitude » après avoir préparé plusieurs stages en altitude, dont une expédition de 15 jours à La Paz en Bolivie (pour laquelle j’avais assuré la préparation puis la présence sur le terrain) où 3 records du monde avaient été battus en cyclisme sur piste; si bien qu’il m’arrive régulièrement de mettre en place des protocoles de préparation en altitude avant  un objectif sportif (qui peut se dérouler à l’altitude « zéro » car l’objectif sera, vous l’avez compris, d’optimiser le processus aérobie; ou encore il peut s’agir d’un objectif qui se déroule en altitude comme par exemple à Mexico) car à mon sens il s’agit d’une technique de préparation qui respecte l’éthique sportive et médicale. Ce qu’il faut savoir: je conseille de s’entraîner à l’altitude 0 (donc pas de modifications au niveau des sensations comme par exemple au tennis : le rebond de la balle n’est pas modifié, la rigidité de la raquette non plus, les sensations du joueur ne sont pas modifiées, etc.) ET de dormir en altitude si possible en refuge (alpes françaises ou italiennes ou en Suisse); je suis convaincu qu’en dessous de 3000 mètres les effets attendus restent très moyens. Surtout, entre la fin du stage en altitude et la compétition le délai ne doit pas être supérieur à une petite semaine et même mieux 2-3 jours car très vite les bénéfices de l’altitude s’effacent.   

Je précise aussi qu’il m’arrive de « trembler » à l’idée que peut être un sportif va être tenté de cumuler les effets d’un stage en altitude et …. d’une prise illicite d’EPO, et/ou une transfusion de sang, …. c’est un tout autre problème …. mais que l’on se doit d’évoquer en notant qu’en altitude la prise d’EPO est bien plus « efficace » que si elle est réalisée à l’altitude zéro …          

  

Enfin certains sportifs peuvent avoir recours à des techniques de préparation qui simulent les effets de l’altitude : chambres d’hypoxie en particulier (= dormir dans une chambre dont la pression en Oxygène est réduite) ; il est de notoriété publique que de nombreux sportifs de haut niveau, dans de nombreux sports, utilisent ce type de préparation, parfois dans le cadre de séjours dans des hôtels « spécialisés » dont je ne vous donnerai pas … la liste ! Comportement dopant ou pas ? : les Instances françaises ne semblent pas, selon mes informations, s’être prononcées sur ce sujet « qui fâche », à suivre …. 

…. 

j-jacques Menuet  http://www.medecinedusportconseils

 

 

 

8 Comments FOOTBALL : LES BLEUS EN STAGE D’ALTITUDE: POURQUOI ?? Par ailleurs, en dehors de cette préparation des bleus, j’évoque dans le sport en général les techniques de préparation en altitude (ou en chambres d’hypoxie), avec parfois des dérives possibles ??

  1. Jean Jacques Menuet

    bsr; un grand merci pour ce commentaire mais euhhhh, je n’ai pas compris le msg! pour plus de détails il est possible de me contacter directement (« me contacter » barre verte du haut) on pourra échanger par mails; merci et peut-être à bientôt; JJM

  2. Cibille Maxime

    « J’avais refusé la participation obligatoire au stage fédéral en chambre hypoxie au mois de janvier dans le Jura (cf news février 2009)  »

    Cette triathlète élite, faisait partie de l’équipe de France, a refuser de prendre part à un stage fédéral comprenant des nuits en chambre hypoxie obligatoirement; (cf un article précédent : « De plus l’expérimentation de l’exposition en chambre hypoxique ne respecte pas ma conception du sport, fût-il de haut niveau. »)

    Cette athlète a perdu son statut de sportif de haut-niveau l’année suivante, et par conséquent les horaires aménagés au sein de l’armée…

    Cela laisse songeur

  3. Jean Jacques Menuet

    triste, bien triste; ne gardez aucune rancoeur ni souffrance de cette expérience du sport de « haut niveau »; vous avez respecté votre corps et c’est très bien; bon w-e; jjM

  4. Jean Jacques Menuet

    je suis très sincèrement désolé, ta question est vraiment intéressante mais complexe et me demanderait bcp de temps pour une réponse documentée; de plus je revendique le fait de ne porter que la casquette de médecin du sport, pas celle d’entrâineur; je te remercie de bien vouloir comprendre et accepter le sens de ma réponse. JJM

  5. Jean Jacques Menuet

    dsl mais quasi impossible de répondre à une question à partir du moment où je souhaite apporter des réponses complètes; et puis je ne suis pas entraîneur, une de mes convictions est que chaque intervenant qui gravite autour du sport doit garder sa casquette; vraiment dsl … JJM

  6. jean michel sardou

    les bleus sont nul malgré entrainement en altitude !!!!!
    je suis un français mais je dit bravo l’ALGERIE elle joue mieux que la France et comme ils disent les algériens one two three viva l’algerie .

  7. Jean Jacques Menuet

    Je ne suis pas loin de partager ton raisonnement … mes deux équipes préférées: le Mexique et l’Algérie; cdlt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *