HERPES et sport, ce que le sportif doit savoir

En préambule je précise que cet article ne remplace en aucun cas une visite chez votre médecin : la médecine par Internet n’existe pas et serait dangereuse, ce site se limite à de l’information et n’a aucune autre prétention.

Auteur de cet article : Dr Jean-Jacques Menuet

http://www.medecinedusportconseils.com/

Je vais parler dans cet article de l’« HSV » = « Herpès simplex virus » avec 2 types : le type 1, le type 2

  • L’   « HSV » de type 1 = localisation « au dessus de la ceinture » = responsable de lésions herpétiques au niveau des lèvres ou du visage
  • L’   « HSV » de type 2 = localisation « en dessous de la ceinture » responsable de l’herpès génital …  mais de plus en plus le HSV1 donne aussi des lésions génitales (un peu d’imagination…)  Au final les 2 types de virus peuvent affecter n’importe quelle région du corps.

L’HSV est un virus de la famille des virus Herpès humains ; dans cette famille : le virus de la varicelle, le virus du zona, le virus de la mononucléose, et d’autres plus rares. Donc de virus de l’  « HSV » de type 1 ou de type 2 n’est PAS le virus de la varicelle comme on le pense trop souvent.

C’est surtout la forme qui atteint les lèvres qui va nous intéresser, je liste ci-dessous quelques informations qui concernent le sportif

°°° Un « bouton de fièvre » c’est souvent une poussée d’herpès mais il faut quand même consulter son médecin.

°°° Comment on s’infecte la première fois (= « primo-infection ») un contact par voie buccale pour l’HPV1, un contact par voie sexuelle pour l’HPV2; le virus passe dans le sang  et va se « loger » dans un ganglion neurologique proche de l’oreille pour l’HPV1, proche du sacrum pour l’HPV2; et il rester là définitivement, il n’existe aucun traitement pour « fusiller » ce virus, de même qu’aujourd’hui il n’existe pas encore de vaccin. Si bien que la plupart des personnes possèdent un petit réservoir de virus, et dans certaines situations ce réservoir peut libérer du virus :

  • Le stress, un surmenage, un état de fatigue
  • Un sommeil peu récupérateur
  • Un surentraînement
  • Une infection virale récente : orl ou digestive ou bronches
  • Une infection dentaire ou des soins de dentisterie
  • Le froid
  • De la fièvre (d’où le nom de « bouton de fièvre »)
  • L’approche d’une compétition importante : les charges d’entraînements ont été importantes, une composante de stress peut être présente, le sportif est affûté (= il a perdu du gras) et plus on est affûté plus les défenses immunitaires sont abaissées.
  • L’exposition au soleil : le « classique » bouton de fièvre lors d’un séjour de ski. Ce pourquoi je conseille toujours à « mes » sportifs d’amener un stick labial protecteur des UV.
  • Le décalage horaire.

°°° Le traitement du bouquet d’herpès doit être le plus précoce possible, si possible avant même la poussée, et un sportif qui présente des épisodes fréquents d’Herpès sait bien que des symptômes annonciateurs sont présents quelques heures avant : petite brûlure qui démange. C’est immédiatement qu’il faut débuter le traitement : une crème d’Aciclovir et éventuellement des comprimés d’Aciclovir, ceci est à voir avec votre médecin. Le plus important c’est d’éviter que le « bouquet » s’infecte (souvent par du staphylocoque) avec alors 2 conséquences: la guérison du bouton de fièvre est plus longue (10 jours au lieu de 5), et cette surinfection va augmenter la fréquence des poussées ultérieures; c’est pourquoi votre médecin vous prescrira une crème ou pommade antibiotique. L’homéopathie: je ne suis ni pour ni contre (j’en prescris souvent en pathologie du sport où  je constate que ça marche), mais aucune étude scientifique contrôlée n’a montré d’efficacité de l’homéopathie contre une poussée d’Herpes.

°°° CE SUR QUOI J’INSISTE : une poussée d’Herpès c’est un « CLIGNOTANT », un « MESSAGE » qu’adresse l’organisme au sportif : « je suis fatigué, j’ai un « coup de moins bien en ce moment » DONC je dois alléger mes charges d’entraînements sinon je vais me « cramer » avec un risque de blessure non négligeable » Les fidèles internautes qui se connectent sur ce site savent bien que mon message ESSENTIEL c’est que le sportif doit être à l’écoute de son corps, de SES sensations.

°°° Une personne qui présente plus de 5-6 épisodes d’Herpès par an peut bénéficier par son médecin d’un traitement de plusieurs mois qui va diminuer la fréquence des épisodes et en raccourcir la durée et l’intensité : ça marche très bien.

°°° Une prévention simple s’impose à tous : pas question de partager avec d’autres les bouteilles, gourdes ou bidons dans lesquels on boit avant pendant et après l’effort ; et bien sûr ça protège aussi contre les virus digestifs, les grippes, l’hépatite, etc.

°°° Dans les sports « rapprochés », de contact, on emploie le terme « Herpes Gladatorum » ! Car les sportifs sont souvent au « corps à corps » : boxe, rugby, lutte, judo ; les lésions peuvent concerner la face, la tête.

Enfin: lors d’une poussée d’herpes: NE PAS se frotter les yeux (surtout chez les patients qui portent des lentilles) car la cornée est très vulnérable à une attaque herpétique; PAS de contact avec une femme enceinte, un nouveau né, un nourrisson, une personne fragile.

Auteur de cet article : Dr Jean-Jacques Menuet

http://www.medecinedusportconseils.com/

7 Comments HERPES et sport, ce que le sportif doit savoir

  1. Greco

    Bonjour docteur,

    Je viens de commencer un traitement homéopathique de 5 jours (chlamidya pneumoniaie) et au bout du 2è jour je me réveille pas très bien et avec un herpès. Je décide donc de réduire franchement l’entraînement + compétition (cyclisme). Est-ce que ce traitement homépathique (principe de similitude) peut me déclencher la maladie ? Il me reste 3 jours de traitement + un autre à la suite de 5 jours.

    Cordialement,

  2. Jean Jacques Menuet

    ok; difficile de répondre sans connaitre vraiment ton dossier; mais tu peux continuer ton ttt homéo qui ne peut pas être responsable de cet herpes; cet herpes est plutôt le témoin d’un « coup de moins bien »; je te conseille de voir ton doc; dans l’herpès j’ai pour habitude de prescrire un ttt homéo (Rhus Tox 9CH et Apis Mellifica 15CH 5 granules de chaque toutes les 2 heures pendant 4-5 jours) , mais c ton doc qui te connait; effectivement allège tes charges d’etts. Cordialement, JJM

  3. Greco

    Oui, concernant l’homéopathie, est-ce que le « principe de similitude » peut déclencher la maladie chez un organisme affaibli par exemple ?

  4. Jean Jacques Menuet

    ok; autant je revendique une belle expérience en médecine du sport et en nutrition du sport, autant je reconnais mes limites dans d’autres domaines et là, je ne sais pas; cdlt; JJM

  5. Pingback: Boire tous à la même bouteille. BEURKKK ! | Club de Football Soignies Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *