La nutrition en course, que boit et que mange un coureur pendant une étape du Tour de France ?

Chronique N°3/21  Tour de France 2018 jjdok médecin référent équipe « Fortunéo-Samsic »:

La nutrition en course, que boit et que mange un coureur pendant une étape du Tour de France ?

Chaque jour sur ce Tour de France 2018 je vous fais entrer dans les coulisses de ma mission de médecin d’équipe; je n’ai pas la prétention d’apporter des conseils basés sur une recherche scientifique poussée, je laisse volontiers la place pour cela aux nombreux experts qui environnent le sport de haut niveau; juste je pense avoir une expérience de terrain, 20 grands Tours dont 15 Tours de France et ma carrière aux côtés du couruer qui je pense m’a toujour fait confiance.

Et donc aujourd’hui : LA NUTRITION PENDANT L’ETAPE

Je vais prendre un exemple précis : l’étape d’hier : Mouilleron Saint-Germain/La Roche Sur Yon ; 183 km, départ 13h10 ; météo : chaleur sèche (26 à 29°) ; dénivelé 1300m

Pourquoi ces précisions ? parce que la nutrition dépend de tous ces paramètres ; auquel j’ajoute un dernier paramètre : les faits de course, c’est à dire qu’un coureur échappé va devoir apporter plus de carburant glucidique. Ce que je vais développer concerne des coureurs de très haut niveau, dont la physiologie est « en dehors des normes », et bien sûr qu’un cyclotouriste ne bénéficiera pas des mêmes conseils. Sur ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport chacun trouvera, parmi plus de 500 articles déjà parus, les conseils et astuces qui lui conviennent. L’objectif de cette chronique quotidienne sur le Tour reste de vous permettre d’entrer dans les coulisses de notre équipe.

Parlons d’abord chiffres : dès l’arrivée, sur toutes les courses par étapes, chaque coureur remplit un tableur Excel que j’ai conçu (ça c’est top secret je ne vous le donnerai pas ? ) : je recueille tout ce qu’il a bu et mangé pendant l’étape, sa dépense énergétique, les watts, ses sensations, crampes ou pas, fringale ou pas, et de nombreux autres paramètres. Je recueille aussi des données urinaires en particulier l’état d’hydratation et le PH. Tout ceci avant tout dans une démarche de santé, également une démarche pédagogique (conseils et correctifs), et bien sûr un objectif de performance : « à quoi ça sert d’avoir une voiture de course si on ne met pas le bon carburant !!! »  Et donc, sur cette étape d’hier la dépense énergétique moyenne des 8 coureurs a été de 3050 Kcalories (2500 à 3850), les apports moyens 280 à 370 Kcalories/heure de course, le nombre moyen de bidon/heure 1,9 ; les watts en moyenne 184

Notre partenaire nutrition est Overstims ; la gamme proposée est très variée, avec un intérêt nutritionnel majeur : le PH des boissons est neutre, la digestibilité des barres est excellente même par forte chaleur ; plusieurs gels permettent un apport rapide de carburant.

Donc en moyenne chaque coureur boit 2 bidons par heure, plutôt des maltodextrines en début d’étape, puis des boissons plus « rapides » ; une boisson (Hydrixir longue distance) permet un apport complémentaire en BCAA et en protéines lorsque le dénivelé est plus important.

En moyenne : une barre par heure, en alternant du sucré et du salé. 3 ou 5 gels pendant l’étape.

Les conseils du jour : boire par petites quantités sinon l’estomac aura du mal à se vider et des troubles digestifs vont survenir ; ne pas attendre d’avoir soif pour boire : car la sensation de soif signifie déjà un état de déshydratation et donc il est déjà trop tard pour boire !

Demain j’aborde un des premiers sujets qui « fâchent » : « c’est quoi tous ces coureurs qui prennent de la Ventoline !! » Tous dopés ?? Réalité médicale ou intoxication médiatique qui « arrange » tout le monde ??

J’« alimente » régulièrement ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport ; également mon webmaster gère un site de séances de sophrologie du sport sur lequel je poste des enregistrements de terrain qui s’adressent à tous les sportifs, avec des séances spécifiques pour le cycliste, le joueur de tennis, le joueur de foot, etc. etc. . Ce site : https://www.seance-sophrologie.com/

nutrition d’une équipe cycliste professionnelle

La nutrition des coureurs de l’équipe cycliste  » Bretagne Séché Environnement  »  :

Comment sont élaborés les menus sur les courses, quelle logistique permet d’allier nutrition plaisir et performance ?  Trop de sportifs gèrent mal leur nutrition et s’enferment dans une rigueur trop sévère qui nuit à la santé du corps mais aussi du mental … Des « pseudos » intolérances alimentaires sont retrouvées chez trop de sportifs et entrainent une stratégie nutritionnelle qui nuit sévèrement à la santé du corps et de l’esprit, et à la performance … Eloigné de la notion de « modes » et de nouveaux « concepts » , et animé d’une volonté de m’exprimer librement je lance aussi une alerte contre certains concepts nutritionnels qu’adoptent certains sportifs …

 

Pour gagner et être en bonne santé il faut du soleil dans l’esprit, les muscles, et … l’assiette !!!!!!!!!!!!!!!

 

Voici un article paru sur le site de l’équipe cycliste  » Bretagne Séché Environnement « : bon appétit !! http://bretagne-seche-environnement.fr/slide/bienvenue-dans-notre-cuisine-mobile/

 

Dr Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutrition du sport

www.medecinedusportconseils.com

—————-

Autre aspect du sport: comment travailler le mental chez le sportif ??

sur le site https://www.seance-sophrologie.com/

vous trouverez sur ce site de nombreuses séances de sophrologie à télécharger, dont le thème est la préparation mentale du sportif; football, tennis, CYCLISME, etc. : comment se préparer pour un objectif, comment mieux récupérer après l’entrainement ou la compétition, comment gérer le mauvais stress qui constitue un frein à l’expression du potentiel du sportif, comment optimiser le sommeil, comment gérer les périodes d’inaptitude pour maladie ou blessure, et de nombreux autres moyens et techniques pour travailler le mental.