le petit déjeuner d’un coureur sur le Tour de France, chronique quotidienne de jjdok équipe Fortunéo-Samsic

Tour de France chronique jjdok 2018 équipe Fortunéo-Samsic  Article 1-21   le petit déjeuner des coureurs sur le Tour de France

Bonjour ; chaque jour sur ce Tour de France 2018 je vais rédiger un court article sur des éléments de terrain qui concernent la vie des coureurs de l’équipe. L’idée c’est de vous faire entrer dans l’équipe avec un regard de terrain, pour aborder des éléments pratiques de la vie de nos coureurs et du staff. Je vais essayer de vous confier des astuces, des conseils, des clins d’œil.

Aujourd’hui je détaille ce que doit être un bon petit déjeuner, dans l’hypothèse d’un départ à 11 h comme aujourd’hui, 1ère étape du Tour.

Le staff a pris son petit déjeuner à 6h10 ; lever très tôt, ça pique un peu ; pas pour moi qui me suis levé à 5h, l’habitude d’aller taquiner le poisson l’été très tôt ? à 4h45 l’été je suis déjà sur l’eau ! Les meilleures pêches se font bien avant le lever du soleil. Bon, aujourd’hui on va parler vélo, pas poissons ?

Le staff c’est Françoise notre cuisinière expérimentée, 4 mécanos, le Manager, un entraîneur, 3 Directeurs sportifs, un DRH, 2 responsables des partenariats, 3 personnes qui gèrent la communication, le chauffeur du bus, 4 assistants, un kiné, un ostéo, et … jjdok ; on ajoute quelques invités qui représentent nos partenaires et sponsors, bref ça représente un peu de monde …

A distance parce qu’il n’est pas sur le Tour, Corentin, ancien coureur pro qui fait un cursus universitaire de diététique, m’aide à élaborer la nutrition des coureurs tout au long de ce Tour de France.

Les coureurs ont déjeuné à 7h15 ; du porridge que Françoise notre cuisinière a préparé hier soir : une boisson végétale, quelques raisins secs avec des morceaux de dattes et de figues, du miel bio, un peu de compote de pommes, et des flocons d’avoine bio. Le tout a été mis au réfrigérateur pendant la nuit. Une petite coupelle de salade de fruits rouges, un kiwi. Un œuf cuit mollet pour 4 de nos coureurs, cette cuisson me semble la plus digeste. Une tranche de jambon pour 3 coureurs. Un verre de smoothie de fruits rouges fait avec une boisson végétale. Quelques coureurs ajoutent au porridge un peu de céréales « plaisir » ; 2 coureurs ont consommé des céréales sans gluten à base de riz et de sarrasin ; un coureur a remplacé le porridge par du pain aux céréales (qu’il a fait griller de sorte qu’il soit plus digeste), très peu de beurre, de la confiture ou du miel (enrichi en propolis) ; oui le beurre n’est pas interdit, cet apport de lipides entretient la synthèse de la testostérone ; 2 autres coureurs ont mangé moitié céréales et moitié pain. 5 coureurs ont également consommé une moyenne assiette de riz blanc, une petite cuiller à café d’huile d’olive, pour ralentir l’index glycémique ; une petite poignée de baies de cranberry pour un apport en vitamines et antioxydants, et voilà donc un bon petit déjeuner, complet, qui apporte 850 à 950 calories, 70% de glucides, 15% de protéines, 15% de lipides ; et le plein de vitamines, minéraux et oligo-éléments.

Ce repas est consommé dans une ambiance détendue, ça rigole à bloc, les gars sont contents que le Tour parte enfin, après 3 (trop) longues journées passées à l’hôtel ;

Le conseil de jjdok : « ce que l’on mange est important, la façon dont on mange l’est encore plus : ambiance détendue, prendre le temps de prendre le temps, bien mastiquer »

Bien à vous et un grand merci pour votre fidélité, bientôt 15 millions d’internautes auront visité mon site.

J’« alimente » régulièrement ce site de conseils en médecine du sport et en nutrition du sport ; également mon webmaster gère un site de séances de sophrologie du sport sur lequel je poste des enregistrements de terrain qui s’adressent à tous les sportifs, avec des séances spécifiques pour le cycliste, le joueur de tennis, le joueur de foot, etc. etc. . Ce site : https://www.seance-sophrologie.com/

Tour de France 2016, le regard du doc de l’équipe Fortunéo Vital Concept avant-veille du départ

Bonjour ; jeudi 30 juin 2016; je vais essayer chaque jour de ce Tour de France 2016 de vous faire entrer dans les coulisses de l’équipe, avec mon regard de doc ; avec bien sûr le respect du secret médical et le respect de l’intimité des coureurs.

Abordons tout de suite, ce sera fait !! la problématique du dopage, mais ça va être compliqué car au fur et à mesure des années les médias ont sculpté dans le cerveau des gens qu’un cycliste ne peut pas faire le Tour sans dopage ; je n’ai pas envie de revenir sur le passé, juste j’énonce quelques vérités : oui le cyclisme a fait des erreurs ; le dopage existe dans tous les sports sauf que certains sports sont protégés ou bénéficient gentiment de la « présomption d’innocence » ; tous les cyclistes et tous les sportifs sont-ils dopés ? Ma réponse est affirmative : c’est non ; tous les trains n’arrivent pas en retard mais on ne parle que des trains qui arrivent en retard. Quoiqu’il se passe autour de moi et autour de l’équipe dont je suis le médecin, je regarde droit devant, en m’occupant de ce qui me concerne et de la mission qui m’incombe. Ceux qui pensent que je ne respecte pas l’éthique, circulez et arrêtez de lire mes propos, de toute façon je ne pourrai pas vous convaincre ; que ceux qui préfèrent les cures de jeûne passent aussi leur chemin, moi je m’occupe de médecine et de nutrition. Ceux qui me connaissent et qui me font confiance, on continue, et c’est avec plaisir que je vous fais entrer dans les coulisses de l’équipe.

Ma mission est d’assurer le suivi médico-sportif d’un groupe de 9 coureurs pendant une épreuve sportive qui exerce sur l’organisme des contraintes anatomiques, physiologiques, nutritionnelles, et mentales ; chacun de ces aspects justifie un regard et une prise en charge préventive et curative si besoin ; il s’agit de mon 11ème Tour de France, de mon 15ème grand Tour, je pense avoir acquis une certaine expérience de terrain, plus à même de disserter sur le retentissement de l’activité sportive intensive que certains qui n’ont pas accès au terrain du sport.

Ce qui me passionne dans la médecine du vélo c’est qu’il s’agit d’une médecine globale, où chaque intervenant de l’équipe peut apporter quelque chose, chacun à sa place, chacun avec son expérience ; un seul exemple : un coureur présente une tendinopathie à un genou : la réflexion est collégiale : le doc, le mécano (position, matériel), le DS (particularités de l’étape qui a déclenché la douleur), le kiné, l’assistant qui va masser le coursier, et notre kiné-ostéo. Et si un coureur présente une diarrhée, j’adresserai à nos 2 cuisiniers des consignes sur l’alimentation.

Voilà le préambule avant d’évoquer chaque jour ma mission dans l’équipe : nutrition, hydratation, quels apports énergétiques avant pendant puis après l’étape, la gestion de la chaleur (euhhhh aujourd’hui ce n’est pas le cas …), fatigue de l’organisme, problèmes de sommeil, pathologies microtraumatiques, prise en charge des chutes, comment bien récupérer après l’effort, etc. etc.

Ce matin les 9 coureurs ont eu un bilan biologique à 8h ; j’aurai les résultats dans la journée ; ce bilan revêt un aspect médical, mais aussi réglementaire : par exemple si le taux de cortisol d’un coureur est trop bas il ne sera pas autorisé à prendre le départ, il sera remplacé par un autre coureur. Le suivi médical des coureurs se positionne dans un relationnel convivial avec les autres médecins d’équipe, les médecins de la Fédération, et les Instances.

Là les coureurs sont partis rouler, repérer une « bosse » ; s’il pleut ils ont la consigne de revenir à l’hôtel, ils feront du home-trainer, pas question de « choper » une angine avant le début du Tour !!

Bonne journée, à demain !

Jean-Jacques Menuet médecin référent de l’équipe cycliste professionnelle « Fortunéo – Vital Concept »

Me suivre sur Twitter: @FRJJDOK

Site de séances de sophrologie à télécharger: https://www.seance-sophrologie.com/

 

intérets et bénéfice de l’entrainement à jeun, pourquoi courir ou rouler à jeun ?

Encore une étude récemment publiée par nos amis belges (je mets le lien de cette étude à la fin de cet article) qui me confirme que nous médecins on ferait bien d’être à l’écoute de « nos » sportifs, et que bien souvent on peut apprendre de leurs expériences ; nous ne savons pas tout, nous avons parfais la prétention de proposer des dogmes et des affirmations … Et si on se remettait en question ? Continue reading

JUS DE BETTERAVE ROUGE ET SPORT

UNE BOISSON « SANTE » qui présente un véritable intérêt chez le SPORTIF …….

Mon expérience de terrain, corroborée par la lecture de plusieurs études scientifiques, m’amène à considérer l’intérêt de cette boisson dans le sport et plus particulièrement dans les sports d’endurance, dont le cyclisme sur route. Egalement cette boisson aurait un effet pour booster la mémoire !

Continue reading