La Nutrition du boxeur pour la préparation d’un combat

Dans ce superbe sport malheureusement mal connu, la nutrition revêt un aspect absolument essentiel; et les variations de  poids retentissent sur la santé bien sûr, mais aussi sur la performance ; au bord du ring on décèle trop de signes évoquant une mauvaise gestion de l’alimentation : boxeur trop sec ou trop gras, hypoglycémies fréquentes , déshydratation ; quel gâchis … tant de mois de préparation … pour RIEN ; voici quelques règles

Comme dans tous les sports à catégorie de poids, pour le haut niveau la discussion concernant le poids et la catégorie de poids doit être mise en place par une concertation entre le boxeur, son entraîneur et le nutritionniste. De nombreux critères sportifs et techniques entrent en compte (qualités du boxeur, son allonge, sa taille, quels sont les adversaires dans la catégorie de poids, etc.) MAIS des critères physiologiques et médicaux s’imposent également : taille, poids et surtout le % de masse grasse et l’IMC (« l’indice de masse corporelle ») : le boxeur ne devra pas être trop gras, mais pas non plus complètement « desséché » Et SURTOUT il devra combattre dans une catégorie de poids où les sacrifices pour arriver au poids seront faciles à gérer dans la tête et dans le corps.

En alternant des épisodes de relâchement où il prend du poids puis des périodes de trop grandes privations pour perdre du poids le boxeur joue avec sa santé physique mais aussi mentale. Le médecin ne sera JAMAIS d’accord avec cette attitude dangereuse pour la santé. On observe TROP fréquemment une prise de poids importante dans les jours qui suivent un combat, ce sera alors la « galère » (dans le corps et dans la tête) pour la préparation du prochain combat.

Si pour arriver au poids le boxeur doit s’imposer de trop gros efforts (alimentation et hydratation), il doit savoir que le jour du combat il ne sera pas à 100% de son potentiel et une contre performance sera très probable : manque de force et d’énergie, déshydratation, manque de lucidité et de vigilance, mauvaise lecture tactique du combat, prises de coups, hypoglycémie avant ou pendant le combat, mauvaises sensations, etc.

Ce document concerne le boxeur amateur et le boxeur pro qui boxent sur des galas (combat le soir) ; d’autres compétitions comme des Championnats de France ou du monde ou des Coupes de France demandent des adaptations spécifiques (le boxeur peut combattre le matin, et surtout il peut boxer plusieurs combats sur quelques jours)

 

LES CONSIGNES ESSENTIELLES

 

  • Entre les combats ne jamais être à plus de 3 kg maximum (2 kg c’est mieux) au dessus de la limite de poids de la catégorie ; si le boxeur a régulièrement du mal à réaliser cela il devra passer à la catégorie supérieure : la décision appartient avant tout au coach : quelle « allonge », quels candidats sérieux sont présents dans la catégorie supérieure, etc. 

 

  • Se méfier de la reprise de poids souvent très rapide dans les quelques jours qui suivent un combat (d’autant plus rapide et importante si le boxeur a fait de trop gros efforts pour être au poids) C’est un problème trop fréquemment rencontré. Oui je me répète parce que les boxeurs répètent cette énorme erreur.

 

  • Etre un kg au dessus de la limite de la catégorie une semaine avant le combat.

 

En pratique 2 situations peuvent se présenter 

BOXEUR N°1

Il a la chance d’avoir un Entraîneur ou un Manager qui programme longtemps à l’avance ses combats, et surtout ce boxeur connaît bien les règles de la nutrition adaptée à la boxe, il est donc quasiment au poids dans la semaine qui précède.

 

BOXEUR N°2

Il n’est prévenu que peu de temps avant de la date d’un combat et il est en surpoids : il est alors possible de mettre en place une nutrition adaptée pour une perte (trop rapide) de poids mais ce sera très souvent au prix d’une contre-performance. Un conseil : ne pas perdre de temps avec un sportif non motivé par une prise en charge adaptée. Ci-dessous je vais détailler des stratégies nutritionnelles adaptées MAIS chaque boxeur est différent donc chaque prise en charge nutritionnelle est différente. Les conseils seront organisés autour des notions suivantes : peu ou pas de graisses, peu ou pas de sel, apports de glucides limités, augmentation des apports protéiques et des légumes verts cuits; ceci jusqu’à la pesée, puis la stratégie nutritionnelle s’efforcera de reconstituer une partie des réserves de carburant et d’eau. Il existe pour chaque situation des conseils nutritionnels très cadrés qui permettent d’atteindre l’objectif de poids, MAIS je répète que cette situation doit absolument être évitée.

Revenons vers nos 2 boxeurs :

BOXEUR N°1

TOUT VA BIEN POUR LUI !!

Les 2 jours qui précèdent le combat et le jour du combat: un petit déjeuner complet = 100g de pain aux céréales ou de biscottes aux céréales, boisson chaude (café, thé) mais pas de lait car peu digeste avant un combat, confiture ou miel, un yaourt nature, un petit pot de compote de fruits. Un fruit vers 11h et vers 17h. Repas de midi équilibré avec : un peu de crudités; de la viande blanche ou de la volaille (sans la peau) ou du poisson ; un peu (50g) de pain aux céréales ; une assiette (volume moyen) de légumes composée de  ¾ sucres lents (riz ou pâtes ou semoule ou pommes de terre cuites à la vapeur avec la peau) et ¼ légumes verts cuits. Le moins de sauce possible ; saler normalement ; dessert = un yaourt nature ou yaourt aux fruits. Dîner : comme le midi mais moins de viande. Le soir 1/2h avant le coucher mélanger dans un bol un petit pot de compote et une dose rase de protéines à plus de 90% (pas d’achat sur Internet ; Décathlon ou Intersport ou autre magasin : par exemple « protéines 90 » Décathlon ou « Régéprot » Overstim, ou autres marques) Matin soir il est utile de prendre 2 comprimés de « BCAA » (= acides aminés « branchés ») que vous trouverez dans toutes les surfaces de sport (Décathlon, Intersport, etc.), qui peut être remplacé par un sachet d’ « ACM20 » (mêmes acides aminés mais … beaucoup plus chers ; vente seulement en pharmacie) Une c-à café de germe de blé matin et soir (dans les hypermarchés)

Le repas ou la collation d’avant combat : l’estomac doit bien sûr avoir fini de digérer en entrant sur le ring ! Il faut absolument ne plus rien manger entre la fin du dernier repas (ou la collation) et le combat.

  • Composition du dernier repas (terminé par exemple, selon les habitudes du boxeur, entre 18h ou 19h si le combat est prévu à 22h, entre 16h et 17h si le combat est prévu en début de programme à 20h) c’est-à-dire que le délai doit être de 3 bonnes heures, 4 heures pour certains ; je rappelle que chaque boxeur est différent, il doit se connaître et alors les conseils du nutritionniste seront adaptés. Les grands principes du dernier repas ou de la dernière collation : aucune graisse (ni beurre ni huile ni fromage ni œufs ni charcuterie ni viande grasse ni viennoiserie : pain au chocolat, croissant etc.) ; une assiette moyenne de pâtes ou de riz ou 2-3 pommes de terre moyennes cuites avec la peau à la vapeur ; saler un peu ; un peu de viande blanche ou de volaille (sans la peau) ; un peu de pain aux céréales (si possible qui aura été grillé : plus digeste); un peu de compote de fruits, et c’est déjà très bien. Ne pas boire de soda ni Coca pendant ce repas : un verre d’eau plate suffit. Puis éventuellement un café.

 

  • Si le boxeur a dîné vers 18h alors qu’il combat vers 23h, le dernier repas ne suffit pas pour apporter du carburant, il faut alors une petite collation qui sera terminée 2 à 3 heures avant le début de l’échauffement : par exemple un petit sandwich avec du pain aux céréales tartiné avec du fromage St Moret et un peu de thon ou de viande blanche (ou sauce au yaourt mais surtout pas de mayonnaise), puis manger un petit pot de compote de fruits. Ensuite d’accord pour un café ou un thé peu infusé.

 

  • Pendant les 90mns qui précèdent la mise des bandes (qui se mettent 30-35mns avant  le combat)  il faut consommer une « boisson d’attente » pour maintenir le niveau de l’hydratation et le niveau du taux de sucre (= le « carburant ») dans le sang et dans les muscles ; composition : pour 750ml à un litre d’eau plate ajouter un centimètre de sirop de fruits, 2 c-à soupe rases de fructose  (= sucre en poudre qu’on trouve dans les rayons diététiques des grands hypermarchés), et le jus d’1/2 citron. Cette boisson est à boire un petit peu par un petit peu, environ 100ml toutes les 10mns jusqu’à la mise des bandes. Plusieurs marques (Overstim, Décathlon, W-Cup) proposent des boissons toutes prêtes.

 

  • Puis pendant la dernière demi-heure avant  le combat inutile de boire, une petite gorgée d’eau plate suffit, à prendre avant de quitter le vestiaire.

 

  • 13-14mn avant de rentrer dans la salle (soit 20 petites mn avant  le combat) consommer un tube ou un sachet de « gel de Glucose » (nombreuses marques chez Décathlon ou Intersport ou autre grande surface du sport); puis bien rincer la bouche avec un peu d’eau plate. C’est un sucre rapide qui permet de limiter le risque d’hypoglycémie.

 

  • Pendant le combat s’hydrater à la pipette entre chaque round, un petit peu par un petit peu. L’eau est à température normale, surtout pas glacée. Ne pas recracher, il faut boire !!! Sécher la sueur du visage et du thorax puis vaporiser (un brumisateur en bombe c’est mieux) de l’eau puis ventiler avec une serviette ;  envelopper le front ou le visage et la nuque avec une serviette humide et fraîche ; « ventiler » la ceinture du short.

 

  • Pendant l’heure qui suit le combat il faut récupérer une partie de ce qui a été perdu pendant le combat : eau + sucre + sel + potassium ; mon conseil = d’abord boire très tranquillement 250ml de Vichy St Yorre en 4-5 minutes; puis encore très tranquillement un petit peu par un petit peu une boisson ainsi composée : 750ml d’eau plate, 3 centimètres de sirop de fruits, une c-à café de sirop de Gluconate de Potassium Egic (en pharmacie) 

 

  • Le repas qui suit : pauvre  en protéines (viande poisson œufs fromage) mais riche en glucides ; pas d’aliments acides (crudités, tomates, sauce tomate) Boire jusqu’au coucher.

 

BOXEUR N°2

TOUT VA MAL POUR LUI !! il n’est pas du tout au poids dans les jours qui précèdent ; je vais détailler plusieurs situations précises :

  1. boxeur à plus de 4kg de son poids 15 jours avant le combat
  2. boxeur à plus de 3kg de son poids une semaine avant le combat
  3. boxeur à plus de 2kg de son poids 2-3 jours avant…

C’est une catastrophe pour le corps et pour la « tête » mais il faut bien proposer quelque chose ; en sachant que ce sera la DERNIERE fois que ce boxeur devra faire cette erreur de ne pas être au poids.

4 kg à perdre en 15 jours : REGIME N°1  

  1.  
    • Supprimer toutes les graisses pour la cuisson.
    • Pas de salière à table, ne saler que l’eau de cuisson (pâtes, riz etc.)
    • Ne pas boire à table (boire en dehors des repas un litre ½  de thé léger peu infusé sans sucre)
    • Supprimer le sucre.
    • Arrêt du fromage, des danettes, yaourts aux fruits, crèmes dessert, etc. pour les remplacer par des yaourts natures 0% ou du fromage blanc à 0%
    • Manger de tout SAUF : charcuterie, alcool, fromage, sucre-confiture-miel (sauf au petit déjeuner), figues-dattes-noisettes-noix-noix de cajou-biscuits apéro-cacahuètes, croissants-pains au chocolat-biscuits-« BN »-gâteaux-tartes-pâtisseries-Nutella, banane-raisin-glaces-crèmes glacées-sorbets, céréales pour petit déjeuner, boissons sucrées (Coca, sodas, limonade, jus de fruits sucrés, pas de jus de fruit sauf pour le petit déjeuner), entremets.
    • Pour les viandes tenir compte du tableau page suivante.
    • L’assiette de légumes, de volume moyen = MOITIE féculent et MOITIE légume vert cuit (poireau, endive cuite, haricots verts, ratatouille, courgette, aubergine etc.) le midi, et ¼ féculents pour ¾ légumes verts cuits le soir.
    • Pas plus d’une c-à café d’huile (olive ou colza) par jour.
    • Une c-à café de GERME DE BLE matin soir.
    • 2 ampoules de Magnésium par jour.
    • Petit déjeuner = 80g de pain complet ou de pain de seigle ; une « noisette » de beurre ou de margarine, une c-à café de miel ou de confiture, un yaourt nature sans sucre, un œuf dur, un petit verre (100ml pas plus) de jus d’orange 100% pur jus ou un kiwi.
    • 17h : un fruit sauf banane-raisin, un yaourt nature 0% sans sucre ou un verre de fromage blanc 0% sans sucre, puis un thé léger sans sucre. 

3 ou 4 kg à perdre en une semaine : REGIME N°2

= régime N° 1 avec en plus les consignes suivantes : poisson 5 fois par semaine (poisson blanc surgelé comme du cabillaud, ou thon naturel en boite, ou carré de saumon), viande blanche ou volaille (sans la peau) 2 fois par semaine ; l’assiette de légumes le midi = 1/4 féculent pour 3/4 légumes verts cuits, au dîner QUE des légumes verts cuits pour l’assiette de légumes

2 ou 3 kg à perdre en 2 jours : REGIME N°3

  • Le petit déjeuner se limite à : un bol de thé léger peu infusé sans sucre, ou café léger. 100gr de viande blanche ou de volaille sans la peau.
  • 10h : une pomme ou un kiwi. Un yaourt nature 0% sans sucre ; et une ampoule de Magnésium dans un petit verre d’eau.
  • Midi : 200g de poison blanc ou de viande blanche sans matière grasse ; une grande assiette (300g) de légumes verts cuits (micro-ondes, vapeur, ou poêle sans matière grasse) ; pas de pain.
  • 17h : un bol de thé léger peu infusé. 2 yaourts natures 0% sans sucre ou un bol de fromage blanc 0% sans sucre.
  • Une c-à café de germe de blé matin et soir.
  • Dîner : dans un grand bol mélanger : 100g de fromage blanc 0%, un yaourt nature 0%, 2 c-à soupe bombées de lait écrémé en poudre, un peu d’Aspartam si besoin. OU 300ml de soupe de légumes verts (pas de féculents) puis 2 yaourts natures 0% ou un verre de fromage blanc 0%, et un peu d’Aspartam si besoin. Une ampoule de Magnésium dans un petit verre d’eau.

PUIS :

 Si boxeur professionnel : la pesée a lieu la veille au soir, ou le matin ou le midi ou en milieu de journée, donc ne rien manger ni boire jusqu’à la pesée. Puis bien boire régulièrement, manger après la pesée puis collation, puis boisson d’attente etc. (relire ce que j’ai détaillé précédemment)

 Si boxeur amateur : 2 situations :

 1/ le boxeur se pèse chez lui le matin : si encore 500g au dessus du poids il n’est pas possible d’attendre la pesée (qui a lieu souvent vers 18h) pour manger et boire, autant annuler le combat

2/ le matin du combat (le boxeur se pèse chez lui) il y a moins de 400g à perdre on peut valider un footing à jeun, un peu couvert pour transpirer, de la corde à sauter l’après-midi mais on précisera au boxeur que c’est la DERNIERE fois qu’on accepte médicalement cette stratégie. On expose aussi des conseils: petit déjeuner un verre de thé et 100g de viande blanche. Vers Midi une assiette de 200g de légumes verts cuits avec une tranche de pain complet, puis un kiwi. Ne pas boire à table, mais boire un verre de thé léger peu infusé non sucré en milieu de matinée et en milieu d’après-midi. Une ampoule de Magnésium le matin et le midi dans très peu d’eau. Tout de suite après la pesée consommer la « boisson d’attente » (cf. )  jusqu’à la demi-heure qui précède le combat, un petit peu par un petit peu, en 2 à 4 heures selon l’horaire du combat. Volume 1,5 litre si possible.

  

SURTOUT, et je le rappelle dans toutes mes interventions : NE JAMAIS PRENDRE DE DIURETIQUES NI DE LAXATIFS : DANGER EXTREME (et de plus les diurétiques sont des produits dopants très facilement retrouvés dans les urines) NE pas « jouer » non plus avec des extraits thyroîdiens (effets très néfastes sur la santé), ni avec des « compléments alimentaires » à base de « citrus » (en fait de l’éphédrine qui énerve le cœur, qui fait trembler), du thé vert,  trop de caféine etc.

 

UNE SEULE CONCLUSION : LE BOXEUR DOIT S’Y PRENDRE LARGEMENT A L’AVANCE POUR ARRIVER AU POIDS 

MES CONSEILS SONT FERMES : au maximum être à 3kg du poids un mois avant, 2kg du poids 15 jours avant, 1kg du poids une semaine avant. SINON DANGER POUR LA SANTE ET GROS RISQUE DE CONTRE-PERFOMANCE

 

 

 

 

 

26 Comments La Nutrition du boxeur pour la préparation d’un combat

  1. Alexandre

    Merci beaucoup pour cet article, la préparation pour mon combat me sera beaucoup plus facile sans affecter ma santé. Enfin un article professionel et intéressant sur l’alimentation des boxeurs.

  2. christian

    bonjour, vos conseils sont tres interessant,car nous manquons souvent d’informations serieuses
    juste une remarque je pensais que la pesée chez les boxeurs se faisait la veille.

  3. Jean Jacques Menuet

    merci pour ton commentaire; en fait pour les amateurs la pesée a lieu le plus svt lors de l’enregistrement du boxeur auprès du Délégué de la soirée, puis le boxeur se pèse et ensuite c’est la visite médicale; il est alors environ 18h, et les premiers combats débutent vers 20h; si un ou des pro(s) participent au gala, ils sont effectivement svt pesés avant, dans la matinée, mais pas forcément la veille; ensuite effectivement pour une soirée exclusivement pro les boxeurs sont pesés la veille; enfin, pour les compétitions amateurs de haut niveau comme les championnats de France ou d’Europe ou du Monde, la pesée a lieu très tôt le matin et les combats se déroulent dans la journée avec 2 ou 3 sessions, dont la première débute svt à 10h, la deuxième en début d’a-midi, la troisième en soirée autour de 20h. Bref plusieurs situations se présen,tent si bien que les conseils varient d’un boxeur à l’autre; cordialement, JJM

  4. cedric

    on voi que tu ti coné,jvé essayé mintenen séte métode o lieu de plu rien mangé penden une seméne..!

  5. Aïsha

    Bonjour Docteur!
    Je lis et relis toujours avec autant de plaisir ces articles sur la boxe.
    Un grand MERCI pour toutes ces info’!
    Une question sur les diurétiques….
    étant une femme, j’ai tendance à faire de la rétention d’eau à certaines périodes…
    Je prends des tisanes dites « diurétiques », compositions: feuille de bouleau, racines de chiendent, verges d’or tardives, racines de bugrane, racines de réglisse.
    J’ai mon prochain combat dans 17 jours exactement (et je suis à + 1,2kg 🙂 je suis dans la norme), est-ce dopant??? Parce que je n’en ressens pas les effets alors!!
    Combien de temps avant un combat dois-je arrêter de boire cette tisane?
    En plus je me suis habituée au goût et elle est sympa, en faite j’en bois tout le temps.
    Ou est-ce les diurétiques synthétiques qui sont considérés comme dopants?
    Là ce sont QUE des plantes.
    Voilà, merci beaucoup.

  6. Jean Jacques Menuet

    bjr et merci pour votre fidélité; SI et SEULEMENT SI cette tisane ne contient AUCUN médicament diurétique elle ne pose bien sûr aucun problème; Par contre si présence du moindre médicament diurétique les techniques de dosage sont telles qu’un contrôle urinaire sera positif; je ne m’adresse pas à vous mais aux boxeurs en général: j’espère bien que la vieille culture des diurétiques a totalement disparue car un sortif ne peut jouer ni avec sa santé ni avec les réglements sportifs; cdlt, JJM

  7. Rhum1

    Bonjour,

    merci beaucoup pour la mise en ligne de cet article,

    juste une question : pourquoi une contre indication sur les bananes et le raisin (datte et figues conservés séchées je me doute qu’il y a des sucres ajoutés à la conservation mais pour les bananes et raisins je vois pas, pour ma part je consomme souvent des raisins secs 1h/1h30 avant les entrainements car aucun soucis digestif malgré l’effort intense et aucune remontée comme pour une pomme ou même une orange…)

    merci

  8. Jean Jacques Menuet

    ok; ta question est très bonne; mon argumentation n’est pas basée sur la qté ou la qualité des sucres mais sur le présence de fibres dont la digestion est TRES lente, du coup au moment du combat l’estomac n’aura pas fini sa « vidange »; pour la banane c’est un peu pareil: c’est de l’amidon cru (comme si on mange la pâte d’un gâteau ou d’une tarte avt de mettre au four …) et donc une banane c’est très lg à digérer (ou alors il faut qu’elle soit « pochée » cad cuite avec sa peau) bien cdlt, jjM

  9. Dalleau

    Bonjour,
    Super article merci beaucoup!! Il est vrai qu’au delà des entrainements, le plus dur reste le maintien de poids dans la catégorie choisie. De plus que cela joue sur le mental du boxeur…
    Juste une petite question, j’ai pris l’habitude de prendre du thé vert au citron quotidiennement pour « réguler » mon poids (ce qui fonctionne), est ce que je peux continuer à faible dose?
    Merci d’avance.

  10. Jean Jacques Menuet

    ok merci; alors …. si ça fonctionne tu continues! le thé vert a stt des propriétés antioxydantes utiles chez le sportif; il est également stimulant (l’action de la théine semble durer plus lgtps que celle de la caféine); est-ce qu’il fait « maigrir »: pas si sûr que ça et ce n’est pas son ppal intérêt; mais comme il stimule il augmente un peu la dépense énergétique; et aussi il est un peu diurétique;

  11. abdel nour

    Bonjour et merci pour cette article qui est très intéressant et qui m’a beaucoup servi par le passé (avant que je comprenne qu’il fallait mieux être dans une catégorie au dessus plutôt que de ce gâcher la vie et éviter les contre performance ) j’ai quelque question d’abord pourquoi recommencé vous de peux infusé le thé ? Est ce que le coca light peux être mauvais pour mon régime ? Et est ce que la viande rouge est il mauvais pour un sportif ?
    Merci encor

  12. Jean Jacques Menuet

    ok bsr; si on infuse trop le thé, la qté de tanins peut freiner l’absorption du fer à travers la muqueuse de l’intestin; le coca light c’est un peu trop acide; ça fait pisser du calcium; un peu = ok; tous les jours = non; la viande rouge contient du fer, il faut en manger mais 2 fois par semaine ça suffit; et c’est une viande acide; cdlt, jjM

  13. Don

    bonsoir et merci pour votre article que j’ai trouver très intéressant et relativement complet . j’ai une question je sais pas si vous pourrez m’éclairer .. je vai tenter . Voila je pratique la boxe en loisir depuis peu et j’ai remarquer récemment que le soir après les entrainement je me reveiller pendant la nuit en sueur ( Sueur nocturne : pas excessif mais assez pour me reveillez ! ) donc je me demandais si ce serai pas du a un manque de quelques chose , une carence alimentaire peut etre .. merci beaucoup

  14. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; ça peut tout simplement être une adaptation de l’organisme après un entraînement intensif réalisé tard le soir; ça peut aussi correspondre à d’autres hypothèses ce qui justifie, si ça continue, de consulter un médecin du sport; à distance il ne m’est pas possible de donner un avis sans interrogatoire, examen clinique, bilan, etc; cdlt, jjM

  15. rhum1

    Je te rassure Don, tu n’es pas le seul concerné. Il m’arrive de tremper littéralement les draps. Deux trois nuits de suite même (je boxe ts les soirs). Je n’ai pas d’explication mais c’est un peu chiant quand même! Lessives à gogo…

  16. Don

    merci rhum1 je pense qu’il doit y avoir une explication quand même et une solution pour chacun A mon avis ! en tous cas je vais essayer quelque truc ce soir , déjà je vais tester la boisson d’attente , appliquer le  » un petit peu par un petit peu  » , suivre les conseil concernant les repas , et la vichy saint yorre que je connaissais pas a part de nom . sa va me permettre une bonne récup je pense 🙂 encore merci a Mr menuet pour ces conseils

  17. Rykwoine

    Bonjour, je voulais savoir si le régime alimentaire que vous proposer on peut le suivre régulièrement y compris pour les protéines? Ou bien c est seulement 2 jours avant le combat?

  18. Julie

    Bonsoir docteur,

    Merci pour ce super article!

    Voilà j’ai un combat dans 9 jours et j’ai 2 kg à perdre, j’y arrive vraiment difficilement car même en ayant une alimentation normale je suis toujours deux kg au dessus de ma catégorie (60kg). Je n’arrive à perdre qu’en effectuant des régimes drastiques qui m’affaiblissent, de plus je m’entraine en général 4 à 5 fois par semaine.

    Que me conseillez-vous ? Dois-je effectuer le régime n°2?

    Merci d’avance

  19. Jean Jacques Menuet

    ok bjr; oui tu peux essayer ces conseils « N°2 »; mais il m’est impossible d’individualiser une prise en charge à distance; cdlt et bonne chance; jjM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *