Articles Taggés ‘Troubles digestifs et sport’

helicobacter pylori chez le sportif, troubles digestifs et sport

3 septembre 2017

L’hélicobacter pylori chez le sportif

Cette atteinte digestive serait une pathologie rare ? Oui parce qu’on ne la recherche pas systématiquement !!! En médecine on ne trouve que ce que l’on cherche !!

Mon parcours de 30 années dans le sport de haut niveau mais aussi en contact avec le sport amateur m’amène à affirmer qu’on retrouve souvent la présence de ce microbe dans l’estomac. Probablement que ce microbe se « plait » bien dans l’estomac du sportif : présence de sucre (le sportif consomme plein de boissons sucrées) et pendant l’effort le tube digestif n’est plus vascularisé.

Quelles sont les circonstances qui doivent faire rechercher cette pathologie ?

  • Un sportif qui décrit une baisse de forme, des sensations modifiées par rapport à son sport, un état de fatigue, des coups de moins bien
  • Des signes digestifs non spécifiques : brûlures gastriques, remontées acides, mauvaise digestion.
  • Une carence en fer qui est mal corrigée par les complémentations : probablement que cette atteinte microbienne de l’estomac est responsable d’une malabsorption digestive du fer.

Dans l’équipe cycliste dont je suis le médecin 3 de nos coureurs ont présenté cette pathologie pendant la saison ; si bien que pendant l’intersaison je vais faire une recherche systématique de cette pathologie digestive (sérologie et test respiratoire)

Quel est le traitement : l’association de 2 antibiotiques pendant 14 jours auquel on ajoute la prise d’un inhibiteur de la pompe à protons. En fait le traitement est à individualiser en fonction de chaque dossier.

Les conseils que j’énonce dans ce document ne peuvent remplacer la prise en charge assurée par votre médecin.

En plus de ce site de conseils en médecine du sport, j’assure aussi la gestion d’un site de sophrologie sur lequel vous trouverez de nombreuses séances pour le sportif: https://www.seance-sophrologie.com/

Un grand merci pour votre fidélité, bien à vous, Jean-Jacques